Le premier site d'actualité sur le Tibet

www.tibet.fr

12/06/16 | 16 h 39 min

La police chinoise a détruit plus de 600 «structures illégales» au lac Qinghai

lac_qinghai

Les travailleurs chinois détruisant les «structures illégales» près du lac Qinghai, le 3 Juin 2016.

Une campagne de démolition de structures non autorisées le long d’un tronçon du lac Qinghai a entraîné jusqu’à présent la destruction de plus de 600 maisons et magasins. Les propriétaires tibétains ne sont pas les seul touchés, il y a également des propriétaires musulmans et Han, selon certaines sources.

L’assaut commencé le 1er juin dans la municipalité de Tanakma (en chinois, Heimahe) dans le comté de Chabcha (Gonghe) dans la préfecture autonome tibétaine de  Tsolho (Hainan), a été réalisé par des centaines de policiers dirigés par un responsable du comté et accompagnés d’engins de chantier, ont rapporté des sources de la région au service tibétain de RFA.

Plus de 600 structures, pour la plupart des magasins et des restaurants, mais également des logements privés, ont été démolies. Des démolitions devraient se poursuivre après une pause d’un week-end, évoque un résident local à RFA.

« Un tiers de ces structures appartenait aux Tibétains, les deux autres appartenant aux musulmans et chinois Han » déclare la source de RFA, parlant sous condition d’anonymat.
La raison donnée pour la destruction de ses bâtiments : des « structures illégales », a déclaré la source.

« Toutefois, les propriétaires ont indiqué qu’ils avaient formulé des demandes de permis de construire aux fonctionnaires, mais ayant refusé de leur verser des pots de vin, les autorités ont alors refusé leurs demandes ».

Enchaînés, détenus

Cinq propriétaires – trois Tibétains et deux musulmans – avaient protesté contre la destruction de leurs propriétés et ont été arrêtés par la police, mais ont été libérés après avoir été détenus pendant un jour.

« Nous craignons que les zones voisines comme Chang Shikhuk, Hodon Yangtrang et Chik Nga Chik puissent être les prochaines cibles du plan de démolition du gouvernement».

Les propriétaires tibétains à Chabcha sont souvent contraints de vendre leurs biens immobiliers à de riches hommes d’affaires qui paient des pots de vin aux autorités locales pour forcer la vente, a déclaré une source dans un précédent rapport.

« Et quand les Tibétains tentent de résister à la prise de leurs terres, les fonctionnaires du comté sévissent contre eux. »

« Il est extrêmement rare de trouver un chef de comté qui est juste et raisonnable » dans ses relations avec les Tibétains, a- t- il dit.

« Les deux fonctionnaires et les dirigeants d’entreprises exploitent la terre appartenant à la communauté nomade. »

Les Tibétains vivant en Chine se plaignent fréquemment de la discrimination politique, économique et religieuse, ainsi que des violations des droits de l’homme.

Rapporté par Kunsang Tenzin du Service Tibétain RFA. Traduit par Karma Dorjee. Rédigé en anglais par Richard Finney.

Traduction France Tibet