Le premier site d'actualité sur le Tibet

www.tibet.fr

18/06/20 | 23 h 22 min

L’APPEL DU 18 JUIN 2020 de France-Tibet : « Alibaba le géant du web va s’implanter à Belin-Beliet en Gironde, Nouvelle Aquitaine. »

Le géant chinois du e.commerce Alibaba annonce dans Sud-Ouest, daté 29/05/2020, son intention d’implanter une gigantesque plateforme logistique en Gironde, dans la Zone Sylva 21 à Belin-Beliet (33 830), au sud de Bordeaux.

https://www.sudouest.fr/2020/05/29/le-geant-chinois-du-web-alibaba-va-s-implanter-en-sud-gironde-et-creer-300-emplois-7522338-705.php?fromsar=conseilRedac

Le projet validé en juin 2019 par le Conseil de communauté de communes du Val de Leyre pourrait n’être qu’anecdotique, mais le principal concurrent d’Amazon fait déjà saliver les élus locaux, arguant de la création de 300 emplois et la construction de 71 000 m2 de bâtiments répartis sur 19 hectares.

A ce jour, il est étonnant qu’aucune association n’ait contesté le permis de construire, compte tenu du nombre important d’entrepôts déjà installés dans la région, qu’ils soient matérialisés sur des terrains dédiés ou complétés par des stockages via les conteneurs circulant sur routes, bateaux et trains.

Autre interrogation : pourquoi sacrifier 19 hectares de forêts et d’excellentes terres à maïs, les plus productives de France, alors qu’il existe en France d’innombrables friches industrielles qui n’attendent qu’un recyclage de ce type ? Et quid de la noria des camions sur les routes dans le secteur déjà saturé ?

Le Parti Communiste Chinois, via Alibaba, ne pourrait que s’enorgueillir de transporter et distribuer des produits  « made in China  » depuis les villes de Hangzhou, Shanghai ou Canton, soit du bord de l’Océan Pacifique jusqu’aux rives européennes de l’Atlantique nord, totalisant ainsi l’un des plus longs parcours, près de 18 000 km, finalisant ainsi le projet mondial des

«Belt and Road Initiative  » – sans oublier le terme ceinture  «belt  » plus évocateur de la réalité …- les fameuses routes de la soie du Pacifique à l’Atlantique, initiées par Xi Jinping, Président à vie.

Ces douze derniers mois, et ce malgré les restrictions imposées par la pandémie, Alibaba se vante d’avoir pu engranger  « environ 1 000 milliards de dollars sur sa plateforme de marché » , dépassant largement Amazon et pouvant ainsi prétendre lui ravir son A dans la bande des 4 GAFA !

Notons que le site french-china.org fourni les informations suivantes :

« L’office de la communication et du transport de la province chinoise du Jiangsu fait état, en date du 27/05/2020, de 340 mouvements de trains Chine-Europe enregistrant une augmentation de 59,3% en glissement annuel au cours du premier trimestre 2020 »

En pleine pandémie … quand les échanges étaient censés être suspendus pour ne pas la propager.

La société China Railway enregistrait, à Manzhouli – plus grand port terrestre sur la frontière sino-russe – depuis le début de l’année 2020 à ce jour, 1 100 trains de fret Chine-Europe, ( en augmentation de 11% ) en provenance de 60 villes chinoises et à destination, entre autres, de 28 villes de 13 pays européens dont Allemagne, Pologne, Belgique, France, Espagne, etc….

Selon les douanes, 18% des produits importés ne répondent pas aux normes européennes, et 20% sont des contrefaçons.

Alors que l’on parle de transition environnementale et d’objectifs de croissance neutre en carbone pour l’avenir, peut-on ignorer la contradiction flagrante entre les   accords de Paris / Cop 21 / 2015 » , et un tel projet ? Des entrepôts étendus sur 71 000 m2, stockant du « made in China  » produit en utilisant principalement pour sa fabrication l’énergie du charbon des centrales thermiques polluantes dont Pékin a relancé la construction ! Le Conseil de l’électricité chinois a ainsi appelé à augmenter la capacité des centrales à charbon nationales à 1.300 gigawatts d’ici à 2030, soit 30% de plus que les niveaux actuels. Et ce alors que, préservation de la planète oblige, « Le nombre de centrales à charbon reculent partout dans le monde, sauf en Chine  » (AFP du 28/03/2019).

Bien sûr, ce projet suscite à juste titre l’enthousiasme des élus locaux, puisque qu’il sous-entend 300 emplois potentiels et un développement urbain et social certainement conséquent.

Mais, ce projet, durable ou éphémère, subventionné avec l’argent public, donc avec nos impôts, ne deviendra-t-il pas, selon les caprices de l’opérateur, une nouvelle friche industrielle comme on en connaît tant et tant en France ? Souvenons-nous des curieux déboires de quelques mirobolants investissement chinois sur notre territoire, à Toulouse et ailleurs.

La zone d’Ozans*, commune de Châteauroux, en a fait les frais. Des millions d’euros investis en pure perte dans l’ Eurosity, la Citech ou le hub sino-européen : réhabilitations de friches en bâtiments ultra-modernes et de l’ex-aéroport de l’OTAN.

Déjà à l’époque, dans un premier temps un volet économique alléchant, ensuite un dossier agricole de rachat de 1700 hectares de terres dans l’Indre et de 900 dans l’Allier, puis, toujours à Châteauroux, l’ouverture de l’université de La Martinerie et enfin, un prétentieux Pôle d’Enseignement Supérieur International pour l’élite des étudiants en sport venus de Chine.

A ce jour, la réponse de Pékin se fait toujours attendre malgré ses  «lettres d’intention à tour de bras  » ,  « promesses d’emplois par milliers  » et  « accueil d’édiles en Chine en grande pompe  » «e t p’y pus rin  » comme m’a confié un ami du terroir !

Par ailleurs, il est bon de rappeler que ces mirifiques projets chinois, toujours menés sous la main du Parti Communiste Chinois, sont rarement sans arrière-pensées d’intrusions dans les pays d’accueil.

Aussi, il est légitime que l’implantation de ce projet girondin, en zone reconnue sensible, puisse soulever quelques interrogations.

Alibaba jette son dévolu à Belin-Beliet, à proximité de l’autoroute A63 Bordeaux-Bayonne (rien que de très logique ) presque au fin fond des Landes ( pourrait-on penser ) mais… et surtout … pour un citoyen vigilant, proche, mais tellement proche de Biscarosse…

Biscarosse ? Belin-Beliet n’est qu’à :

  • 40 km de Biscarosse, c’est-à-dire des installations du Centre d’essais des missiles de la Direction Générale des Armées,
  • 45 km de la base aérienne 120, sise à  Cazaux,
  • 70 km de la plus importante base militaire aérienne française, la base 118, sise à Mont de Marsan !
  • 10 km de la commune de Le Barp où est installé le Laser Mégajoule qui est un des principaux éléments du programme militaire français de simulation destiné à assurer la pérennité de la dissuasion nucléaire de la France !!

A Pau, c’est un Institut Confucius qui a ouvert, il y a peu, dans une zone où se trouvent le 5e Régiment d’hélicoptères de combat, et à 10 km de Bordes où se trouve le siège social et centre d’études du leader mondial de moteurs d’hélicoptères, la société Safran Helicopter Engines ( ex Turbo-Méca ) !

Ajoutons à ces observations, la potentielle surveillance de ces infrastructures hyper sophistiquées si Huawei parvenait à imposer sa 5G en France.

No Pasaran

France-Tibet France-Tibet Occitanie

A Pau le 18 juin 2020

Le Monde du 28/01/2020 : A Châteauroux le hub sino-européen a fait long feu.

https://www.lemonde.fr/economie/article/2020/01/28/a-chateauroux-le-hub-sino-europeen-a-fait-long-feu_6027498_3234.html

Pour rappel http://www.opex360.com/2019/10/24/le-renseignement-chinois-sinteresserait-de-tres-pres-aux-militaires-affectes-en-bretagne/

18 juin 2020 AltPy Rédacteurs Laisser un commentaire