Le premier site d'actualité sur le Tibet

www.tibet.fr

13/03/18 | 9 h 54 min par Tenzin Monlam

L’association Human Rights Watch : « La Chine devrait autoriser des experts des droits de l’Homme des Nations Unies à se rendre au Tibet. »

L’observatoire des droits internationaux, Human Rights Watch (HRW), a déclaré que la Chine devrait autoriser des experts des Nations Unies à se rendre au Tibet pour « qu’ils puissent documenter les violations présumées des droits de l’Homme et qu’ils puissent rendre compte publiquement de leurs observations pour que d’éventuelles mesures soient prises envers les responsables. »

Sophie Richardson, Directrice de HRW région Chine, a appelé les Nations Unies à estimer la répression exercée sur les prisonniers politiques tibétains « Les lourdes peines infligées aux dissidents pacifiques tibétains sont bien plus que de simples applications de la loi comme le prétend le gouvernement chinois. »

« La Chine devrait inviter les experts du droit international des Nations Unies à constater l’emprisonnement des Tibétains dont les familles se voient refuser le droit de visite, qui subissent des sévices en détention et qui sont injustement condamnés. »

La HRW, basée à New York, a souligné le fait qu’il est difficile d’évaluer correctement le nombre deTibétains qui sont actuellement emprisonnés pour dissidence ou qui l’ont été.

HRW a également déclaré qu’il était difficile d’obtenir des informations sur les dossiers ou sur les sentences car les personnes qui divulguaient ces informations se mettaient en danger pour dissidence.
Il a aussi été pointé que la procédure classique dans ces cas était « tout d’abord une détention arbitraire et tenue secrète puis un procès à huis clos qui aboutit à une longue peine. »
« Les autorités chinoises vont jusqu’ à utiliser des chefs d’accusation abusifs comme ‘séparatisme’ ou encore ‘mise en danger de la sécurité de l’État’ lors de procès de dissidents pacifiques. »

Tout en dénonçant la constante dégradation des droits de l’Homme au Tibet comme résultat direct du déni au Tibétains de leurs droits les plus basiques par la Chine, Richardson ajoute « La Chine pourrait montrer au monde qu’elle tente sérieusement de mettre fin à ces abus continuels en laissant des experts des Nations Unies venir évaluer la situation dans les zones tibétaines. »

La HRW a également produit un document recensant 30 prisonniers politiques tibétains entre juin 2016 et février 2018.

Traduction France Tibet