Le 21 décembre, Beijing a exhorté la Mongolie à « tenir parole de ne pas autoriser de nouveau le Dalaï-lama à visiter ce pays enclavé ».  « La Chine espère que la Mongolie tirera des leçons de la visite du dalaï-lama le mois passé et respectera les intérêts fondamentaux de la Chine », a déclaré Hua Chunying, porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères lors d’une conférence de presse régulière.

Le lendemain, le ministre mongol des Affaires étrangères, Tsend Munkh-Orgil, s’est dit regretté « l’impact négatif de la visite du Dalaï-lama sur les relations entre la Mongolie et la Chine« . Ce dernier a annoncé que son gouvernement n’autoriserait plus les visites du chef spirituel tibétain en Mongolie, même au nom de la religion.

Suite à cette annonce, Hua Chunying a indiqué que ls autorités attachent « une importance aux propos clairs du ministre mongol des Affaires étrangères. La Chine exhorte la Mongolie à honorer son engagement et à faire des efforts pour améliorer les relations bilatérales ».

Le Dalaï-lama a effectué une visite en Mongolie du 18 au 23 novembre, rencontrant d’autres religieux bouddhistes et n’ayant pas été reçu par des dirigeants du pays.  Pour protester contre le gouvernement mongol, Beijing avait bloqué des camions mongols à la frontière entre les deux pays, perturbant les exportations de charbon, pilier de l’économie de son petit voisin.

Posted by | Déc 26, 2016 | , , | 0 |