Le premier site d'actualité sur le Tibet

www.tibet.fr

07/09/15 | 13 h 40 min

Le groupe de droits de l’homme chinois demande « de mettre la pression » sur Xi Jinping lors de sa visite aux USA

DHARAMSHALA, 4 septembre 2015 : Depuis la première visite aux États Unis en 2013 du président Xi Jinping, l’organisme Human Rights Watch basé à Washington presse l’administration Obama de faire des progrès significatifs sur les droits de l’homme en Chine et d’ exercer « de réelles pressions » sur le Président chinois Xi Jinping pour stopper la prédominance des violations des droits de l’homme.

Le China Human Rights defenders (CHRD), une organisation non-gouvernementale, accuse le gouvernement de Xi d’une politique répressive continue contre les Tibétains, de mettre en oeuvre des mesures telles qu’envoyer des officiels Han vivre dans des monastères, de forcer les nomades à la relocalisation, de criminaliser les rites religieux pour ceux qui protestent en s’auto-immolant et de punir collectivement des villages entiers pour des actes d’immolations.

L’organisation a noté qu’en général les conditions des droits de l’homme en Chine se sont détériorées depuis l’arrivée au pouvoir de Xi en 2013. « Sous sa présidence des détentions, des emprisonnements de nombreux dirigeants de la société civile et de militants des droits de l’homme ont eu lieu; il a supervisé une des périodes les plus répressives de l’ère post-Mao vis-à-vis des minorités ethniques et religieuses. »

Les organisations des droits de l’homme prétendent que la Chine a fait preuve d’une utilisation excessive de la torture dans les centres de détention et les prisons chinoises. Quatre prisonniers impliqués dans des dossiers sensibles sont décédés en prison au cours des deux dernières années, dont Tulku Tenzin Rinpoché, décédé le 12 juillet dernier.

Avec la visite prévue les 24 et 25 septembre prochains, le groupe de défense des droits de l’homme a demandé aux États-Unis d’utiliser cette opportunité pour forcer certains dossiers, incluant la levée des restrictions concernant les séjours des journalistes internationaux et des diplomates, afin de leur permettre de visiter le Tibet et le Xinjiang, en profitant de la même liberté de circulation que les journalistes et les diplomates chinois aux États-Unis. Le groupe a également appelé à la libération de tous les prisonniers politiques, les avocats et les militants des droits de l’homme détenus par l’administration chinoise, et a fait remarquer que les dernières entrevues entre les deux Présidents avaient « manqué de pression considérable », d’où il ne résulte « aucune amélioration ».

Hu Ping, rédacteur en chef du mensuel Beijing Spring, basé à New York, en langue chinoise déclare « Depuis l’arrivée au pouvoir de Xi Jinping, la situation des droits de l’homme en Chine a empiré. Maintenant sont condamnées des personnes pour des raisons pour lesquelles elles  n’auraient jamais été détenues auparavant. »

Suite à sa visite en Chine le mois dernier et exprimant des inquiétudes similaires, l’Ambassadeur David Saperstein, Ambassadeur pour la Liberté Religieuse Internationale , a appelé à une complète liberté religieuse au Tibet et à la réévaluation des restrictions concernant les pratiques religieuses des bouddhistes tibétains.

« Je presse les autorités chinoises de réévaluer les politiques contre-productives, y compris les restrictions concernant les pratiques religieuses des bouddhistes tibétains », a déclaré l’Ambassadeur.

Traduction France Tibet