Le premier site d'actualité sur le Tibet

www.tibet.fr

05/12/16 | 13 h 13 min

Le pouvoir chinois pense que Trump ne rencontrera pas le Dalaï Lama

Citant des experts chinois, le Global Times a annoncé que le souhait exprimé par le Dalaï Lama de pouvoir rencontrer le futur président américain pourrait bien ne jamais voir le jour. L’organe de presse relayait ainsi des analyses considérant que Donald Trump était trop absorbé dans l’élaboration de sa politique économique de redressement et de sa doctrine de politique étrangère et qu’il n’appartenait pas aux cercles élitistes impatients d’obtenir une rencontre avec le leader tibétain.

L’article citait ainsi le professeur Li Haidong qui enseigne au sein de l’Institut des Relations Internationales de l’Université Chinoise des Affaires étrangères qui déclarait : « Le Dalaï Lama peut tout à fait emporter le soutien de certaines élites américaines, cependant Trump a été décrit comme un président anti-système et anti-élites et il ne rencontrera probablement pas le Dalaï Lama » avant d’ajouter qu’« une quelconque rencontre ne participerait en rien à la promotion de sa nouvelle politique ».

Le 23 novembre dernier, à la fin de sa visite de six jours en Mongolie qui s’est déroulée en dépit des vigoureuses oppositions des autorités chinoises, le Dalaï Lama a déclaré qu’il n’était aucunement préoccupé de l’élection de Donald Trump à la tête des États-Unis d’Amérique et qu’il aimerait aller rencontrer le nouveau président. Il pense en effet qu’en dépit des déclarations tenues lors de la campagne électorale, qui lui avaient valu de fortes critiques de la part des groupes de défense des droits de l’homme, le businessman américain adaptera sa politique aux réalités du monde contemporain.

Geng Shuang, le porte-parole du Ministère chinois des Affaires étrangères, avait réagi au souhait de rencontre de Donald Trump exprimé par le Dalaï Lama en affirmant que le leader spirituel tibétain en exil parcourait le monde en quête d’audiences avec les chefs d’états étrangers dans l’optique d’altérer les relations que ceux-ci entretiennent avec la Chine.

Traduit de l’anglais par Éric Pegorer pour France-Tibet.