Le premier site d'actualité sur le Tibet

www.tibet.fr

16/02/17 | 13 h 43 min par Tenzin Monlam

Le premier ministre tibétain annonce une révision de la politique d’émancipation des femmes

Dharamsala, le 2 février. Le premier ministre tibétain, Dr. Lobsang Sangay, a annoncé que son administration avait révisé sa politique quant à l’émancipation des femmes.

Le diplômé d’Harvard a déclaré que le 15ème Kashag (qu’il a lui même présidé) a fait tout son possible pour que les tibétaines deviennent égales aux hommes dans tous les domaines et tous les aspects de la société à travers une participation égalitaire aux activités socio-économiques et politiques. « La politique existante quant à l’émancipation des femmes, décidée en 2008, a permis de grands bénéfices quant à l’égalité entre les hommes et les femmes. Mais comme il n’y a jamais de fin au progrès et au changement autour du monde, une révision était nécessaire » a déclaré le premier ministre, en précisant que le 14ème Kashag avait bien contribué à l’écriture du brouillon de ce projet.

Sangay, dans son deuxième mandat consécutif, a précisé que l’administration actuelle reconnaissait le besoin de réviser cette politique pour permettre aux femmes tibétaines de prendre part égalitairement à toutes les activités socio-économiques et politiques du pays, ainsi que pour contribuer au progrès de la communauté et du monde.

Les mesures, révisées en sept points, couvrent les droits des femmes et les droits humains au Tibet, l’éducation, la santé, l’économie, la politique, les enjeux sociaux ainsi que la protection contre la violence basée sur le sexe ou le genre.

Le premier ministre tibétain Lobsang Sangay avec Topgyal Tsering, secrétaire du Kashag annonçant que le 15ème Kashag avait révisé sa politique concernant l’émancipation des femmes le 2 février. February 2, 2017. Photo- Phende/TibetNet

Alors qu’il expliquait les différentes clauses des nouvelles mesures le premier ministre à indiqué : « les femmes tibétaines ont toujours pris un rôle crucial dans la lutte et la protection des traditions religieuses, linguistiques et culturelles du Tibet. Il est donc important que les femmes en exil puissent approfondir leurs lien à la culture pour en devenir des protectrices fortes. »

Fier qu’il n’existe pas d’écart de salaire entre les hommes et les femmes, Lobsang Sangay a aussi communiqué sur le fait qu’aujourd’hui 45% des employés du gouvernement tibétain en exil étaient des femmes.

Le leader politique tibétain, condamnant le harcèlement sexuel dans les écoles, les camps, les maisons et au travail, a dit que de tels actes étaient inacceptables et ne devaient pas être passés sous silence.

Comme part intégrante des engagements sur l’émancipation des femmes, l’administration représentée par Sangay a organisé ce qui est appelé la première Conférence pour le Droit des Femmes, du 21 au 23 février à Dharamsala. Cette conférence verra se rassembler près de 250 participants (hommes et femmes) venus de tous les coins du monde.

Traduction François Gremaud pour France Tibet.