Le premier site d'actualité sur le Tibet

www.tibet.fr

30/10/20 | 17 h 48 min par CTA

Dr Lobsang Sangay, président du CTA, a réfuté les orientations politiques proposées par le président chinois Xi Jinping sur le Tibet.

Le président du CTA, le Dr Lobsang Sangay *, a réfuté aujourd’hui les orientations politiques proposées par le président chinois Xi Jinping sur le Tibet et les a qualifiées de «malavisées» et «irréalistes».

Xi Jinping a défini quatre orientations politiques clés sur le Tibet, notamment la lutte contre le «séparatisme» et la sinisation du bouddhisme tibétain, lors du 7e Symposium Central consacré au Tibet à Pékin, ce samedi 29 août 2020.

«La politique chinoise de sinisation du bouddhisme tibétain est une tentative malavisée de contrôler la croyance religieuse du peuple tibétain et le système de réincarnation. La Chine doit s’inspirer de ses expériences passées et permettre au peuple tibétain de maintenir sa foi et ses traditions religieuses distinctes », a-t-il déclaré.

«Pour les Tibétains, le bouddhisme est plus important que le communisme. Les forcer à traiter le communisme comme plus important que leur foi est non seulement une violation de la liberté religieuse internationale, mais est également profondément erroné. La sinisation du bouddhisme tibétain ne fonctionnera jamais. Les 60 dernières années de domination chinoise au Tibet témoignent de ce fait », a-t-il ajouté.

«La démolition de Larung Gar et Yarchen Gar, deux des plus grands Instituts bouddhistes du monde par les autorités chinoises, a été un exemple tragique des atrocités chinoises contre le bouddhisme tibétain. Les Tibétains continuent de subir des souffrances et des brutalités indicibles. Freedom House a classé le Tibet comme la région la moins libre du monde après la Syrie pendant cinq années consécutives. Pourtant, la détermination du peuple tibétain à l’intérieur du Tibet est toujours forte et il reste fidèlement dévoué à Sa Sainteté le Dalaï Lama.  »

Répondant à l’affirmation de Xi Jinping de construire «une forteresse imprenable» au Tibet, le Dr Sangay a expliqué que «pour favoriser la stabilité au Tibet, la Chine doit d’abord répondre aux revendications légitimes  du peuple tibétain et ne pas oublier les 154 Tibétains qui se sont immolés par le feu au Tibet, en signe de  protestation contre la politique chinoise au Tibet.  »

« La cause profonde de l’instabilité au Tibet n’est pas la foi du peuple tibétain mais les politiques répressives et ratées du gouvernement chinois. La poursuite de ces politiques de ligne dure et de la répression ne fera qu’empirer les choses. C’est pourquoi l’autonomie authentique basée sur l’approche de la voie médiane est la seule solution viable. « 

«Comme l’envisage Sa Sainteté le Dalaï Lama, les Tibétains recherchent une véritable autonomie dans le cadre de la constitution chinoise. La reprise du dialogue avec Sa Sainteté le Dalaï Lama ou ses envoyés reste la seule solution à envisager pour résoudre le problème du Tibet », a-t-il déclaré.

Se déclarant préoccupé par le renforcement de la présence militaire de la Chine sur le plateau tibétain, il a soulevé la question des volontés expansionnistes militaires de la Chine et de ses intentions sur les «cinq doigts» ainsi que sur les régions frontalières de l’Himachal Pradesh et de l’Uttarakhand. «La Chine militarise tranquillement le plateau tibétain depuis plus de 60 ans sous prétexte de développement et de modernisation. Pour le Tibet, cela n’a conduit qu’à un afflux de soldats, de colons Han et d’armes. Pour ses voisins, cette militarisation du plateau tibétain a conduit à un renforcement militaire à ses frontières, mettant en péril les régions frontalières déjà litigieuses, comme en témoigne le récent incident de Galwan.  »

«La Chine considère que la sécurité et la stabilité de la Chine dépendent de la sécurité et de la stabilité du Tibet. C’est pourquoi la militarisation croissante du Tibet est une grave source de préoccupations pour les Tibétains ainsi que pour la sécurité de l’Inde et de l’Asie en général. Rétablir le statut du Tibet en tant que zone de paix avec sa frontière historique démilitarisée avec l’Inde est le seul moyen de pérenniser la paix en Asie », a affirmé le Dr Sangay.

Dans ce qui est considéré comme la décision politique la plus sinistre  concernant le Tibet, le président chinois Xi Jinping a présenté samedi quatre orientations politiques clés pour «mettre pleinement en œuvre la stratégie du Parti de gouverner le Tibet dans la nouvelle ère». Premièrement, il a appelé à des efforts pour «combattre les activités séparatistes » au Tibet et forger « un bouclier de fer » pour assurer «la stabilité dans la région». Deuxièmement, il s’est engagé à construire un « nouveau Tibet socialiste moderne» qui soit « uni, prospère, civilisé, harmonieux et beau ».

Le plus scandaleuse de toutes ces orientations est l’appel lancé par Xi Jinping pour une sinisation complète du bouddhisme tibétain ce qui vise à effacer le bouddhisme tibétain de la surface de la Terre. S’adressant aux dirigeants du Parti, du Gouvernement et de l’Armée, lors de la réunion sur le Tibet, au plus haut niveau du PCC, Xi a demandé que le bouddhisme tibétain soit adapté au socialisme et soit « développé dans le contexte chinois». Se concentrant sur la sécurité aux frontières du Tibet, M. Xi a également déclaré que la sauvegarde de la sécurité des frontières devrait être une priorité et a appelé à « solidifier les défenses frontalières et assurer la sécurité des frontières ».

Ces travaux du 7e Symposium Central consacré au Tibet constituent le plus important des forums du PCC pour les politiques appliquées au  du Tibet.

Cette réunion de deux jours était la première du genre depuis 2015.

Dharamshala 31/08/2020

Traduction France -Tibet