Le premier site d'actualité sur le Tibet

www.tibet.fr

04/06/16 | 14 h 51 min

Le Sikyong annonce la stratégie des cinq-cinquante pour son second mandat

2016-05-27-Sikyong-G04-_D4D2636

Sous le regard de Sa Sainteté le Dalaï Lama, le Sikyong, Lobsang Sangay, signe le livre officiel dans le cadre de la cérémonie d’investiture pour son second mandat, au Tsuglagkhang, à Dharamshala, Himachal Pradesh, Inde le 27mai 2016. Photo/ Tenzin Choejor

DHARAMSHALA – Le Sikyong, Lobsang Sangay, a présenté ce jour la stratégie des cinq-cinquante lors de son discours officiel au cours de la cérémonie d’investiture pour son second mandat, au Tsuglagkhang à Dharamshala.

Cette stratégie des cinq-cinquante appelle le peuple tibétain à un nouvel effort dans sa lutte pour une véritable autonomie dans les cinq années à venir tout en élaborant une stratégie pour renforcer et nourrir le mouvement tibétain sur les cinquante prochaines années.

« Sa Sainteté le Dalaï Lama nous a encouragé à maintes reprises à espérer le meilleur et à nous préparer au pire. C’est pourquoi j’ai proposé cette stratégie des cinq-cinquante, » a expliqué le Sikyong dans son discours devant plus de deux mille Tibétains, invités et membres du public.

Au cours des cinq prochaines années, il est clair que nous devrons faire le maximum afin de parvenir à une véritable autonomie, basée sur l’Approche de la Voie du Milieu, pour tous les Tibétains. Cependant, au cas où nous resterions en exil et devrions continuer notre lutte sur le long terme, nous devrons élaborer une stratégie qui nous permette de consolider et de renforcer notre cause sur les cinquante prochaines années, » a-t-il expliqué.

« Il nous faut protéger et préserver notre identité et nos traditions tibétaines uniques. Nous devons construire notre autonomie au sein du monde tibétain, à la fois dans le domaine de l’éducation et celui de l’économie, » a-t-il ajouté.

« La stratégie des cinq-cinquante est une stratégie de succès car soit nous accédons à une réelle autonomie dans les cinq ans à venir, soit la Chine évoluera positivement petit à petit dans les cinquante prochaines années, » selon le Sikyong qui a expliqué que si les Tibétains parviennent à survivre, à consolider et à renforcer le gouvernement tibétain au cours des cinquante prochaines années, cela permettra de rétablir les libertés fondamentales du peuple tibétain au vu des changements qui ne manqueront pas de se produire en Chine.

Pour que cette stratégie soit un succès, le Sikyong a indiqué que le 15ème Kashag ferait tous les efforts nécessaires sur la scène internationale et aussi en Inde pour sensibiliser à l’Approche de la Voie du Milieu.

 

IMG_6735 (1)

Le Sikyong Lobsang Sangay en compagnie de Sa Sainteté le Dalaï Lama lors de la cérémonie d’investiture le 27 mai 2016.

Le Sikyong a également rendu hommage aux sacrifices des Tibétains au Tibet, y compris ceux qui se sont immolés. « Leurs sacrifices ne resteront pas vains. J’exprime ma solidarité et ma sincère reconnaissance envers la ferveur patriotique qui continue de brûler au Tibet dans le cœur de tous les Tibétains, en particulier les communautés monastiques, les intellectuels et les écrivains, les professeurs et les étudiants, les chanteurs, les fermiers et les nomades, » a-t-il souligné.

Le Sikyong a par ailleurs confirmé la Voie du Milieu comme axe politique officiel du 15ème Kashag pour résoudre la question tibétaine. « La politique de la Voie du Milieu, imaginée par Sa Sainteté le Dalaï Lama et approuvée à l’unanimité par le parlement tibétain en exil continuera d’être la politique officielle. Nous nous engageons à faire tous les efforts nécessaires pour la tenue de discussions entre les émissaires de Sa Sainteté le Dalaï Lama et les représentants du gouvernement chinois afin de résoudre la question tibétaine de manière pacifique au cours de la vie de Sa Sainteté le Dalaï Lama », a annoncé le Sikyong.

Le Sikyong Lobsang Sangay conduit la politique tibétaine depuis son élection comme Kalon Tripa en 2011 quand Sa Sainteté le Dalaï Lama a délégué toute son autorité politique. Dans les récentes élections tibétaines, Sangay a recueilli 33 876 voix, soit 57,08 % du total des suffrages exprimés.

 

2016-05-27-Sikyong-G12-_DSC0593

Des membres de l’Institut Tibétain des Arts du Spectacle exécutent une danse au cours de la cérémonie d’investiture du Sikyong dans la cour du temple principal à Dharamsala, Himachal Pradesh, le 27 mai 2016. Photo/Tenzin Choejor.

Brève biographie :

Lobsang Sangay est né et a grandi dans une colonie tibétaine près de Darjeeling, où il a fréquenté l’École centrale pour les Tibétains. Il est titulaire d’une licence (avec mention) et d’un diplôme de droit de l’Université de Delhi. En 1992, il a été élu plus jeune membre exécutif du Congrès de la Jeunesse Tibétaine (CENTREX). Lauréat d’une bourse d’étude Fulbright, il a obtenu sa Maîtrise en 1996, et son Doctorat en 2004, ce qui fait de lui le premier Tibétain à avoir reçu un tel diplôme de la Faculté de Droit de Harvard. Sa thèse, La Démocratie en perdition : La politique de l’exil est-elle un remède? Le cas du gouvernement en exil du Tibet a obtenu le Prix Yong K. Kim en 95. En 2005, il a été nommé chercheur associé et il a été promu chercheur en titre au début des années 2011.

Sangay est spécialiste en droit international relatif aux Droits de l’Homme, en Constitutionalisme démocratique, et en Résolution des conflits. Il a participé à des centaines de séminaires à travers le monde. Il a organisé sept grandes conférences entre des intellectuels chinois, tibétains, indiens et occidentaux, y compris deux rencontres sans précédent entre Sa Sainteté le Dalaï Lama et des intellectuels chinois en 2003 et 2009 à l’Université de Harvard. En 2007 il a fait partie des vingt-quatre Jeunes Dirigeants d’Asie sélectionnés par l’Asia Society et a été choisi comme délégué au Forum Mondial pour la Justice à Vienne, en Autriche, où étaient rassemblés les principaux experts juridiques et juges venus du monde entier.

En 2011, il a été élu au poste de Kalon Tripa au cours d’une élection démocratique ouverte au sein de la diaspora tibétaine. Le 8 août 2011, pendant la cérémonie d’investiture du Kalon Tripa, Sa Sainteté le Dalaï Lama avait dit, « Quand j’étais jeune, un vieux régent, Takdrag Rinpoché, m’a transmis le Sikyong (pouvoir politique), et aujourd’hui c’est moi qui le transmets au jeune Lobsang Sangay … Par ce geste, j’ai atteint le but qui me tient à cœur depuis longtemps. » Il a été réélu Sikyong pour un second mandat en 2016 après le dernier tour des élections le 20 mars.

Traduction France Tibet