Le premier site d'actualité sur le Tibet

www.tibet.fr

30/08/15 | 18 h 03 min

Le Tibet, réservoir d’eau de l’Asie à protéger

Le Premier Ministre tibétain Lobsang Sangay au centre international du Ladakh. CTA-DIIR

 » Le Tibet n’est pas un problème pour la Chine, c’est plutôt une solution pour toute l’Asie » a déclaré le Sikyong (Premier Ministre du Gouvernement tibétain en exil), M. Lobsang Sangay, lors d’une conférence qui s’est tenue à Leh au Ladakh.
Dans son discours inaugural, le dirigeant tibétain élu de façon démocratique a souligné les problèmes environnementaux auxquels le Tibet est confronté, ainsi que leurs répercussions en Asie, en citant les dix fleuves les plus importants qui prennent leur source au Tibet, tels  le Yangtse et le Fleuve Jaune en Chine, le Mékong en Thailande et au Vietnam, le Brahmapoutre  en Inde et au Bangladesh; quarante pour cent de l’eau douce de l’Indus provient des glaciers du Tibet.

Aujourd’hui, alors que des milliards de personnes souffrent de pénurie d’eau douce, le Tibet est en fait une planche de salut pour l’Asie. Le Tibet est connu comme le « troisième pôle », en référence à ses énormes réserves de glace, qui à la différence des pôles Nord et Sud, ne fondent pas dans les océans mais dans les fleuves de l’Asie.

Replaçant le Tibet et ses ressources considérables en eau dans le contexte actuel, M. Lobsang Sangay a montré que si l’on se battait autrefois  pour la terre, ou encore récemment pour le pétrole, bientôt on se battra pour l’eau.

L’exploitation de l’environnement tibétain par la Chine passe par la construction de barrages et de bâtiments, par la déforestation et l’extraction minière sans états d’âme ; toutes ces pratiques nuisent aux systèmes écologiques du Tibet et représentent par ailleurs une menace pour l’avenir des pays voisins.

En mentionnant une récente étude scientifique qui démontre que le réchauffement climatique au Tibet est deux fois plus rapide que dans le reste du monde, il a fait part de son inquiétude et de son découragement.

« La question du Tibet ne concerne pas seulement le Tibet mais toute l’Asie, et en particulier le sous-continent indien. Le Tibet est une question qui ne se pose pas seulement pour la Chine et le Tibet devrait être vu comme la solution aux problèmes de l’ eau en l’Asie. » concluait le dirigeant tibétain.

Traduction Ranjung Dorje

 

Résoudre la question du Tibet est la clé pour prévenir une guerre de l’eau en Asie (Sikyong)

Tibet.Net

Mardi 25 août 2015, par Communauté Tibétaine // Actualités

Publié le 22 août 2015

NEW DELHI : Les vies de milliards de personnes vivant en Asie sont menacées alors que la Chine construit des barrages à grande échelle sur les rivières du Tibet qui fournissent de l’eau potable aux pays d’Asie en aval, a dit le Sikyong Dr Lobsang Sangay lors d’une conférence sur « Un Tibet pour étancher la soif de l’Asie en développement » aujourd’hui à New Delhi. Parmi les intervenants à cette conférence figurent le Professeur Sreemati Chakaraborti, M. Thubten Samphel, les Professeurs Abanti Bhattacharya et Madhu Bhalla, l’écrivain Claude Arpi.

Sikyong a souligné que la question du Tibet ne concerne pas que 6 millions de personnes, mais qu’elle a des ramifications majeures pour un milliard de personnes dans les pays du sud et du sud-est de l’Asie.

« Seul le Tibet peut étancher la soif de l’Asie. Un milliard de personnes en Asie, dont 400 à 500 millions en Chine et plus de 500 millions en Inde, qui survivent grâce aux eaux des fleuves qui prennent leur source sur le plateau tibétain, sont confrontés à une raréfaction de l’eau potable. Quand un milliard de personnes font face à la raréfaction de l’eau potable, vous pouvez clairement voir les conflits et les tensions se dessiner » a-t-il dit.

Sikyong a fait part de sa grande inquiétude quant aux tensions géopolitiques, dont la guerre de l’eau en Asie, tel que les experts environnementaux le prédisent. « L’eau est devenue une arme stratégique pour la Chine » a t’il dit, ajoutant que « la Chine n’a pas signé la convention des Nations Unies sur le partage de l’eau. »

« Les environnementalistes en Chine disent que la Chine a construit 87 000 barrages, qui ne sont pas seulement les plus grands mais aussi les plus dangereux. La Chine prévoit de construire un barrage sur le Brahmapoutre plus grand que celui sur le Yang Tse. Si cela se produit, qu’adviendra t’il de l’écoulement des eaux du fleuve vers l’Inde et le Bangladesh ? Si la Chine contrôle le cours du fleuve, cela peut avoir des conséquences majeures pour les récoltes des pays en aval. »

Leh

«Le Tibet, connu comme le 3ème pôle, compte plus de 47 000 glaciers qui alimentent en eau potable les fleuves assurant la survie de 1,3 milliards de personnes en Asie. La NASA prédit que 60% des glaciers du Tibet vont fondre au cours des 40 prochaines années. Qu’arrivera-t’il à ces milliards de gens si les glaciers fondent si vite ? C’est le plus grande défi auquel nous faisons face aujourd’hui» a-t-il dit.

Source : http://tibet.net/2015/08/sikyong-r