Le premier site d'actualité sur le Tibet

www.tibet.fr

12/11/16 | 11 h 54 min

Les personnes expulsées de Larung Gar sont forcées d’assister à des classes de « rééducation politique », dès leur retour dans leurs villes d’origine

Political-Re-education

Les moines et les nonnes expulsés de l’Académie bouddhiste de Larung Gar, située au Sichuan, sont soumis à des mois de « rééducation politique » après leur retour dans leurs villes d’origine. Pour certains, ils seront ciblés pour des périodes de détention allant jusqu’à un an et demi, selon les sources tibétaines.

Political-Re-educationUn groupe d’environ 100 personnes originaires de Larung Gar ont été envoyées en août, pendant deux mois, dans le comté du Sud-Est de Nyungtri (en chinois : Linzhi), relate un résident de cette zone au service tibétain de RFA.

«La réhabilitation de ces moines et nonnes déplacés, exige l’étude des politiques chinoises et de ses règlements, quant au Tibet» ajoute une source anonyme de Radio Free Asia.

Les classes, qui sont conduites en tibétain avec l’aide de rétroprojecteurs, font aussi la promotion de l’attention que la Chine apporte dans son programme pour l’assistance aux nomades tibétains et aux fermiers.

La plupart des personnes inscrites à ces classes, sont maintenant retournées dans leurs maisons familiales, mais pour certains, le programme continue toujours, confie à nouveau la source.

Les fonctionnaires chinois de Serthar, du Comté de Larung Gar, avaient demandé l’aide des autorités de la préfecture autonome du Tibet, pour faciliter le retour au Tibet des moines et moniales expulsés, dont certains ont été informés, qu’ils seraient autorisés à revenir à Larung Gar « après un certain temps  », a-t-il dit.

Pendant ce temps, environ 300 moines et nonnes renvoyés en septembre dans le Comté de Riwoche (Leiwuqi) et de Sershul (Shiqu) Comté du Sichuan, ont reçu l’ordre de faire un rapport à la police, dès leur retour.

« Par la suite, ils ont été mis en détention pour rééducation patriotique », confirmait cette même source.

Parlant séparément, une autre source tibétaine a confirmé que les classes politiques étaient tenues à travers toute la région.

« Tous ceux qui ont été forcés de quitter Serthar doivent subir une rééducation patriotique pendant environ six mois à l’arrivée dans leurs localités d’origine », dit-il.

Environ 3000 moines et nonnes ont déjà été expulsés de Larung Gar et environ 1000 habitations détruites. Les autorités cherchent à réduire la population du complexe tentaculaire d’environ la moitié à un niveau maximum de 5000 l’année prochaine, selon des sources.

https://www.facebook.com/FreeTibetOrg/videos/1905436412805313/

Rapporté par Sonam Wangdu et Lhuboom pour le service tibétain de RFA. Traduit par Dorjee Damdul. Rédigé en anglais par Richard Finney.

Traduction pour France Tibet : Laëtitia Fromenteau

In Larung Gar, hundreds of monks and nuns have returned home from their classes to find their homes padlocked shut.

With the threat of severe punishments for tampering with the locks, most have been forced to leave without even being allowed to collect their belongings.

Over 4,000 residents have already been forcibly evicted from Larung Gar this year, with more removals and demolitions to come. Read more here: ow.ly/n2TZ306346q