Le premier site d'actualité sur le Tibet

www.tibet.fr

05/02/16 | 15 h 17 min

L’État approuve les cours de langue tibétaine à Tawu

Des professeurs de langue tibétaine recevant des écharpes en guise d’amitié lors d’une cérémonie (photo non datée).

Certaines classes qui faisaient la promotion de l’étude de langue tibétaine, enseignée par des professeurs d’Université, ont réalisé un grand pas en avant. En effet, elles ont eu l’approbation de l’État dans le Sichuan (Chine occidentale), selon le Service tibétain de Radio Free Asia ( RFA).

Ainsi, les cours ont eu lieu pendant les vacances d’hiver : ils ont attiré environ 200 étudiants à Tawu (Daofu), dont la Préfecture Autonome tibétaine est Geshe Yarma Tsering. Un moine  originaire du monastère Drepung de l’Inde du sud ainsi que certaines personnes de Tawu y ont participé, selon le Service tibétain de RFA.

« Basé sur les compétences en langue des différents étudiants, les classes ont été divisées en quatre niveaux : avancés, dialectiques, intermédiaires et débutants, » selon Tsering.

« Les étudiants tibétains originaires de Tawu ont beaucoup aimé ce cours intensif. Ils étaient très attentifs pendant les enseignements, » explique Tsering, ajoutant que les nombreux cours intensifs ont été aussi bien appréciés par les parents que par les étudiants.

Certains cours ont été enseignés par Tawu Gyaltse,  étudiant à  l’Université du Nord-ouest du Lanzhou (capitale de Gansu) et par deux de ses amis universitaires, représentant probablement l’approbation des collectivités locales pour cette initiative. La fin du cours d’hiver  d’une durée de vingt jours à Tawu a été marquée par une cérémonie finale  présidée par Tawu Nyatso, maître du monastère Geshe Paljor, selon Tsering. Des prix ont alors été délivrés aux étudiants les plus performants.

« Les cours bilingues sont devenus une nécessité pour vivre dans la société moderne, » déclare le professeur Tawu Gyaltsen, en abordant les étudiants lors de cet événement.

« L’enseignement de la langue tibétaine devrait être promu et renforcé par des cours tout au long de l’année,» expliquait Gyaltsen.

Les droits  à la langue maternelle sont devenus un point central pour les Tibétains, leur permettant de réaffirmer l’identité nationale, ces dernières années. Hélas, les autorités chinoises ont régulièrement  empêché les cours de langue de se produire argumentant qu’ils étaient hors système éducatif (contrôlé par l’État).

Ces cours de langue donnés de manière informelle sont typiquement  considérés  comme étant « des associations illégales, » avec des mesures de sécurité serrées comme à Pema (Qinghai). En effet, il y a eu dans ce lieu des résidents qui ont récemment tenu des cours de langue dans le secret, par peur des arrestations.

Rapporté par Sonam Wangdue. Traduit par Marie CLERGEAU pour France Tibet