Le premier site d'actualité sur le Tibet

www.tibet.fr

19/07/15 | 16 h 26 min

CHENGDU, 20 juillet 2015 : L’état de la dépouille de Tenzin Delek Rinpoche alimente les soupçons sur son traitement en prison.

Tenzin_delek

Les descriptions de la dépouille de Tenzin Delek Rinpoche fournies par les moines qui ont préparé son corps pour la crémation jeudi, ont intensifié les soupçons entourant les circonstances de sa mort, et on peut craindre qu’il ait été empoisonné, nous apprennent plusieurs sources.
La crémation de Tenzin Delek Rinpoche, 65 ans, organisée par les autorités de la prison de Chengdu, capitale de la province du Sichuan, s’est déroulée le 16 juillet contre le souhait de sa famille et de ses soutiens. En effet, ceux-ci souhaitaient que le corps de leur très respecté maître spirituel soit retourné dans sa région d’origine afin qu’il puisse recevoir les rites traditionnels.

Un membre de la famille du moine vivant en Inde, a rapporté au service tibétain de Radio Free Asia (RFA), que l’information concernant la crémation n’avait été donnée que quelques heures avant qu’elle ne se déroule. « Le 15 juillet, les officiels ont annoncé que la crémation de Tenzin Delek Rinpoche aurait lieu le lendemain à 7 heures du matin », déclare Geshe Lobsang Yonten, citant des contacts à Chengdu.
« Vingt Tibétains, venant principalement du monastère de Tenzin Delek Rinpoche, sont venus voir le corps », nous apprend Yonten, ajoutant que tous ont été minutieusement fouillés avant leur entrée dans la prison.
« Ils ont enlevé la tenue de prisonnier de Tenzin Delek Rinpoche, lavé et nettoyé son corps, qui paraissait comme en vie. » mentionne t-il.
« Cependant, ses ongles et ses lèvres étaient noires. »
À 6 heures du matin, après que le groupe ait récité quelques prières d’usage, la crémation du corps de Tenzin Delek Rinpoche a eu lieu  dans un « four électrique », nous apprend Yonten.

Suspicions

Une seconde source de Tibétains en exil, a confirmé qu’un groupe de moines avaient pu préparer le corps de Tenzin Delek Rinpoche pour sa crémation.
« Dix sept lamas et moines ont pu pénétrer dans la prison pour s’occuper du corps et réciter les prières rituelles. » déclare Geshe Jamyang Nyima, citant des sources de la région.
« Ils ont changé ses vêtements et lavé son corps, puis ont récité les prières dans la prison jusqu’aux premières heures de l’aube. » rapporte t-il.

« Bien que Tenzin Delek Rinpoche fut maigre et dans un mauvais état de santé lorsque les membres de sa famille lui avaient rendu visite en 2013, son corps montrait les signes d’une récente prise de poids et il semblait être en meilleure santé avant son soudain décès, déclare Yonten.»
« Cela alimente les soupçons que nous pouvons avoir » nous apprend Yonten.
Tenzin Delek Rinpoche allait en fait bien, mais il est subitement décédé, les officiels ont montré à trois membres de sa famille une vidéo montrant le moine manger et en bonne forme mais ensuite « il est apparu être malade » à rapporté Yonten.
Un membre de la famille, nommé Tendar, a ensuite accusé les autorités de l’avoir empoisonné avec de la nourriture.
« Les officiels l’ont averti de ne pas colporter de rumeurs de ce genre, et l’ont gardé, ainsi que deux autres membres de la famille, en détention pendant près de deux heures. » a t-il ajouté.

Torture

Tenzin Delek Rinpoche est mort pendant sa 13ème année de détention, cette peine lui avait été infligée suite à ce que ses soutiens et les groupes de défense des droits de l’homme considèrent comme une condamnation injustifiée, après son inculpation dans l’organisation d’un attentat à la bombe.
Pendant sa détention, « des rapports ont montré à plusieurs reprises, que Tenzin Delek Rinpoche avait été torturé et que son état de santé se détériorait » rapporte l’ International Campaign for Tibet (ICT) le 16 juillet.
« Connu partout dans la communauté tibétaine pour sa participation, à la fin des années 80 et durant les années 90, à la construction d’écoles, d’un monastère, ainsi que d’un orphelinat, il s’était également engagé contre la déforestation, ce qui eut pour conséquence d’irriter les autorités locales » nous apprend l’ICT.

Traduction France Tibet