Le premier site d'actualité sur le Tibet

www.tibet.fr

28/03/19 | 23 h 07 min par Valérie Sasportas

MACON : Vente aux enchères de l’exceptionnel « Pavillon du Bhoutan », le plus beau pavillon de l’Exposition Millenium de Hanovre

L’incroyable voyage du pavillon du Bhoutan en Saône-et-Loire

INSOLITE – Plus beau pavillon de l’Exposition Millenium de Hanovre, il devait enrichir l’offre culturelle et touristique du département de la Saône-et-Loire qui en avait fait l’acquisition. Mais stocké depuis dix-neuf ans en 17.000 pièces détachées, le Pavillon du Bhoutan sera vendu, ce vendredi, aux enchères.

C’est une histoire hors du commun. Star de l’exposition universelle en l’an 2000 de Hanovre, en Allemagne, qui attira plus de 18 millions de visiteurs, le «pavillon du Bhoutan», avait été déclaré «le plus beau». Construit en pierre et pin bleu du Bhoutan, assemblé sans clou, ni mortier, l’édifice avait attiré toutes les convoitises. Plusieurs pays avient voulu l’acquérir, l’Allemagne, l’Autriche, les États-Unis, la Suisse, et même l’ acteur Richard Gere. Mais, pour 228.000 €, c’est finalement un département français, la Saône-et-Loire, qui l’ avait emporté, en raison de la présence sur son sol des «Mille Bouddhas», le plus grand temple bouddhiste d’Europe. Une véritable curiosité touristique dans les environs de Châlon.

Paldenshangpa La Boulaye est un centre d’étude et de méditation bouddhiste situé dans le domaine du château de Plaige, à La Boulaye, village de 200 âmes à 28 km au nord-ouest de Monceau-les-Mines. Le moine Kalou Rinpoché l’a fondé en 1974, et le nouveau Temple des mille Bouddhas, a été inauguré treize ans plus tard. Sa galerie du premier étage fait tous les jours l’objet de visites libres ou accompagnées. Le site internet informe en outre sur la possibilité d’y suivre des ateliers de sculpture sacrée, afin de réaliser en argile et coton mélangés divers symboles -biche, bol de bouddha- tels que ceux introduits au Tibet et dans tout l’Himalaya au VIIIe siècle.

                                                                 Le grand Tcheuten et le château à La Boulaye.

Une œuvre exceptionnelle

Le «pavillon du Bhoutan» était destiné à enrichir l’offre culturelle et touristique de la Saône-et-Loire. Pensez: c’est une œuvre exceptionnelle, d’une superficie de 300 m², bâtie en une année par des dizaines d’artisans bhoutanais, sous la direction de l’architecte suisse Peter Schmidt et selon des techniques ancestrales et totalement inconnues en Europe. Sa partie principale est en forme d’Ihakhang, «maison des divinités» en tibétain, elle-même reliée à des galeries latérales. Son triple toit est recouvert d’un pinacle traditionnel en cuivre. L’ensemble est richement décoré de statues en argile et de peintures et motifs traditionnels.

Las! Le rêve trop coûteux de son implantation et de son entretien a bouleversé son destin.

Dès son arrivée en Saône-et-Loire, le bijou architectural a été stocké dans un entrepôt. Puis le département l’a cédé à la municipalité de La Boulaye. En 2009, le pavillon a été logé en 17.000 pièces détachées dans 17 containers offerts par Arnaud Montebourg, alors député socialiste de la Saône-et-Loire, pour un euro symbolique. Et à son tour le village a cherché un financement pour le reconstruire. En vain.

La Boulaye a décidé de le vendre aux enchères, sous le marteau d’un commissaire-priseur bourguignon (il est natif de Beaune), Jérôme Duvillard.

La vente aura lieu à Mâcon, vendredi 29 mars, à 18 h.

Mais combien peut valoir un pavillon bhoutanais ?

Pareil «objet» n’a pas de cote. «Nous commencerons à 80.000 euros», indique le commissaire-priseur, en caressant l’espoir de le revoir entier.