Le premier site d'actualité sur le Tibet

www.tibet.fr

14/04/18 | 21 h 10 min par MANU PUBBY

L’Inde surprise par une route chinoise nouvellement construite et proche de la zone frontalière contestée en Jammu et Cachemire

En janvier, ThePrint informait sur les avant-postes de l’Armée de Libération du Peuple et une nouvelle route au nord de Siachen, le Général en chef Rawat disait qu’il n’y avait pas de construction en cours dans cette zone.

New Delhi : L’Inde semble avoir été prise de court par la Chine et sa construction d’une route stratégique dans la vallée de Shaksgam – au nord du glacier de Siachen situé dans le Cachemire pakistanais – bien que le Général en chef de l’armée ait initialement parlé d’une « tâche » impossible.

ThePrint avait informé ses lecteurs de la construction d’une nouvelle route et de postes militaires dans la vallée de Shaksgam. Les images satellite montraient les travaux entrepris par la Chine, après le conflit larvé de juin 2017 entre le Bhoutan, l’Inde et la Chine, dans la zone frontalière de tri-jonction.

Lundi, le Hindustan Times informait que le Ministère des Affaires étrangères avait demandé une expertise détaillant les raisons et les objectifs militaires qui pourraient avoir motivé la Chine à construire la route.

Quelques jours avant la publication de ThePrint le 15 janvier, l’armée ne semblait pas au courant de l’activité chinoise autour du glacier. Lors d’une conférence de presse du 12 janvier, le Général en chef Bipin Rawat déclarait : « En ce qui concerne la vallée de Shaksgam, c’est une portion septentrionale du Siachen de 5 400 km². C’est une vallée très étroite, ce sont des gorges. »

« Il n’y a pas d’activités de construction là-bas. La route chinoise là-bas ne traverse pas la vallée de Shaksgam, » ajoutait le Général.

De fait, l’armée pensait qu’il était impossible de construire une route à travers la vallée de par la rigueur du terrain. « Il est quasiment impossible de construire une route ou une autoroute à travers la vallée de Shaksgam, » avait répondu le Général à une question de ThePrint.

« Ils pourraient établir une piste pour des mules ou des jeeps mais à travers la vallée, vous ne pouvez pas construire une autoroute, » avait-il ajouté.

Ces nouveaux postes [militaires] et les 36 Km de route dans la vallée de Shaksgam –Le Hindustan Times parle désormais de 70 km – ouvre une nouvelle voie d’approche pour les troupes chinoises le long de la Ligne de Contrôle actuelle, bien que ce ne soit pas encore une menace militaire directe pour les troupes indiennes basées sur le glacier de Siachen, le plus haut champ de bataille du monde. La construction pourrait être considérée comme une nouvelle provocation.

 

« C’est un territoire que les Pakistanais ont cédé à la Chine, c’est une partie de la région du Jammu et Cachemire. C’est la partie la plus au nord de Siachen et, pour parler franchement, rien ne peut arriver dans cette zone.

Le Hindustan Times informe qu’ alors que satellites et missions de reconnaissance ont confirmé la présence d’une route, les officiels spéculent sur le changement d’alignement de la route du Karakoram par la Chine et des possibles implications sur la sécurité intérieure de l’Inde dans les secteurs du Siachen et de Daulat Beg Oldi.

Comme rapporté par ThePrint, l’alignement de la nouvelle route est parallèle à la rive nord de la rivière Shaksgam. La route est construite avec la technique de compression terrestre utilisée par la Chine au Xinjiang et a besoin de plusieurs ponts au-dessus des ruisseaux.

Les images satellite montrent également que la nouvelle route est reliée à deux postes militaires chinois en dehors de la vallée de Shaksgam. Au moins deux postes militaires pouvaient être observés dans la vallée. L’un d’eux possède une double barrière en grillage ainsi que deux digues qui l’ encerclent, avec les barbelés directement sur les berges.

Traduction France Tibet