Le premier site d'actualité sur le Tibet

www.tibet.fr

11/01/18 | 21 h 26 min par Colonol Vinayat Bhat

L’armée chinoise s’installe derrière la frontière avec l’Arunachal Pradesh

Vinayak Bhat/ThePrint

. Par le Col. Vinayak Bhat (en retraite), le 4 Janvier 2018.

 

Le nouveau casse-tête indien loin du Doklam : des troupes chinoises aperçues près de la zone d’incursion de Tuting. Il y a également des signes de la présence de 2 brigades supplémentaires de l’Armée Populaire de Libération (A.PL.) dans la ville de Nyingchi [au Tibet, NdT], et une nouvelle voie ferroviaire qui pourrait être opérationnelle cette année.

New Delhi : L’incursion et la tentative des Chinois de construire une route dans le secteur de Tuting dans l’état de l’Arnachal Pradesh constituent un souci de plus pour l’Inde car elles sont étayées par la présence massive de troupes et des infrastructures de l’Armée Populaire de Libération comme cela s’est passé au Doklam.

Les images satellitaires consultées par ThePrint montrent que la Chine a construit des installations susceptibles d’héberger des milliers de soldats de l’A.P.L. et des progrès rapides ont été accomplis dans l’établissement d’une liaison ferroviaire permettant d’acheminer des renforts en un temps record.

entre le Bhoutan et le Myanmar/Birmanie : l’Arunachal Pradesh indien

L’incursion dans le secteur de Tuting a été découverte le 28 décembre, quand des ouvriers chinois ont été aperçus entrain de construire, en toute illégalité, 1 km de voie à l’intérieur du territoire de l’Inde, à l’endroit précis où le Brahmapoutre quitte le Tibet pour pénétrer en Inde.

Un peu plus tard, une patrouille de l’Armée indienne a fait arrêter les travaux et les équipements de construction des Chinois sont restés sur place, du côté indien de cette frontière controversée.

En octobre dernier, ThePrint avait révélé que des images satellites exclusives montraient des troupes chinoises amassées  du côté du plateau du Doklam, et ceci bien que, après deux mois d’un face à face acharné, une solution pacifique ait été trouvée le 28 août. Le plateau du Doklam est la zone tri-frontalière entre l’Inde, la Chine et le Bhoutan.

On pense que deux brigades de l’Armée Populaire de Libération – à savoir les Brigades de Montagne 52 et 53 – sont cantonnées dans la ville de Nyingchi,  district de Mainling. Cette région très accidentée possède des montagnes dont l’altitude oscille entre 4 000 et 5 000 mètres.  La plupart de ses villes et villages se regroupent le long du Brahmapoutre, ou Yarlung Tsanpo comme on l’appelle du côté chinois.

Alors que les jonctions avec Lhassa vers l’ouest et Chengdu vers l’est étaient médiocres par le passé, la construction de routes et de voies ferrées a bondi à la fin des années 90. Les images satellite de Google Earth réalisées le 14 novembre 2017 fournissent un aperçu stupéfiant des infrastructures construites par les Chinois dans cette zone lointaine .

De logements et des garages flambant neufs

Un nombre impressionnant de casernes, de bâtiments et d’entrepôts a été construit pour l’A.P.L. dans la région de Nyinchi au cours des 4 dernières années. Des photos satellite récentes révèlent de nouvelles constructions – selon toute probabilité à destination de l’Armée Populaire de Libération – à proximité de l’aéroport de Mainling.

Il y a 5 vastes bâtiments de trois étages en forme de C, ainsi que 16 grands hangars pouvant abriter aussi bien des véhicules à chenilles que des véhicules à roues. Ces garages et ces bâtiments pourraient desservir une force de quasiment 2 brigades mécanisées. La région de Nyingchi peut aisément accueillir une force comportant une division de plus.

Si l’on considère les divisions du Doklam et de Nyingchi (sans parler d’une division supplémentaire) de l’Armée Populaire de Libération, il faudrait au moins 4 corps d’armées indiens de haut niveau pour combattre sur ce terrain montagneux si un ratio de 1 :6 ou 1 :9 est considéré comme suffisant.

Une nouvelle ligne ferroviaire

La Chine a planifié une ligne ferroviaire entre Lhassa et Nyingchi le long du Brahmapoutre, sensée être achevée à l’horizon 2021. Des rapports disent que cette ligne pourrait atteindre Nyingchi dès 2020, avec une année d’avance.

Vinayak Bhat/ThePrint

Cependant, les images satellite les plus récentes révèlent un tournant inattendu. Des travaux sur la nouvelle gare de Bayi dans la région de Nyingchi sont en cours. Les fondations de la gare et la voie sont achevées.

La plupart des ponts et tunnels le sont également, ce qui laisse supposer que la voie sera opérationnelle dès décembre 2018, si ce n’est même dès le mois de juin de cette année. Il en résultera qu’un trajet de Lhassa à Nyingchi prendra environ 3 heures. Nyingchi, située à peine à 15 km de la frontière, constituerait donc pour l’Inde une sérieuse menace en termes de sécurité.

Une nouvelle route

La nouvelle route menant de Lhassa à Nyingchi a été récemment achevée, d’après des articles du People’s Daily. Cette route, d’une longueur de 410 km traversant des zones à une altitude pouvant aller jusqu’à 3000 m, peut être parcourue en moins de 5 heures.

C’est une autoroute moderne à deux fois deux voies, pouvant assurer un trafic important à une vitesse moyenne de 80 km/h.

Un nouveau barrage

Un nouvel ouvrage hydro-électrique est installé sur la Nyang depuis 2014, aux abords de la ville de Nyangchi. L’ immense réservoir en amont sur la Rivière Nyang a provoqué l’abandon de nombreux petits villages et le déplacement de ses habitants.

Vinayak Bhat/ThePrint

L’héliport

La piste qui fut autrefois sur le territoire de l’Inde Britannique a été promue au rang d’héliport avec des hangars et des surfaces en dur pouvant accueillir au moins 10 hélicoptères de grande taille. Un grand nombre de ceux-ci, pour la plupart des Mi-171 a pu être observé à l’héliport à diverses reprises.

Il y a peu, des hélicoptères d’attaque ont même pu y être observés.

Vinayak Bhat/ThePrint

Un aéroport modernisé

Un aéroport à double vocation a été bâti près de Nyingchi en 2004, avec une piste de 3 km de long sur 60 m de large. Il était principalement utilisé par l’aviation civile et occasionnellement par des avions militaires de reconnaissance.

Cet aéroport a été récemment modernisé avec l’adjonction d’une aire de trafic de 200 m de longueur pour 150 m de largeur et d’un hall d’arrivée. Le point carburant situé derrière les pistes a également été modernisé.

Le Colonel (en retraite) Vinayak Bhat est un vétéran des services secrets de l’Armée Indienne avec une vaste expérience dans l’analyse de l’imagerie satellite. Il a été employé comme interprète en chinois et est un spécialiste de l’Armée Populaire de Libération et des forces armées du Pakistan. Twitter : @rajfortyseven