Le premier site d'actualité sur le Tibet

www.tibet.fr

14/07/16 | 14 h 38 min

MER DE CHINE / TAIWAN : « Le verdict de la Cour internationale de La Haye porte atteinte à nos revendications territoriales et à nos droits sur les îles en mer de Chine méridionale »

tAIWAN

 Le verdict de la Cour internationale de La Haye continue de faire des vagues. Tsai Ing-wen s’est engagée aujourd’hui, mercredi 13 juillet, à défendre la souveraineté taïwanaise sur l’île de Taiping, alors qu’elle présidait au départ d’une frégate pour une mission de patrouille en mer de Chine méridionale. Une mission qui a été avancée d’un jour, et qui intervient au lendemain de la décision de la Cour d’arbitrage. Celle-ci a en effet rétrogradé l’île de Taiping au statut de « rocher », ce qui limite l’extension territoriale maritime de Taïwan. Une décision qui n’est pas au goût de la présidente taïwanaise :« Le verdict de l’arbitrage du litige en mer de Chine méridionale, plus particulièrement la définition de l’île de Taiping, a sérieusement porté atteinte à nos revendications territoriales et à nos droits sur les îles en mer de Chine méridionale », a-t-elle déclaré lors de son discours aux officiers.

Et d’ajouter : « Cette mission de patrouille a pour but de montrer la détermination des Taïwanais à défendre leurs intérêts. »Les autorités taïwanaises ont d’ores et déjà rejeté la décision de la Cour internationale hier soir, mardi 12 juillet.

Pour le gouvernement, Taïwan n’est pas tenu de respecter le verdict dès lors que les autorités n’ont pas pris part aux procédures d’arbitrage. A l’instar de la Chine et des Philippines, le gouvernement taïwanais souhaite privilégier des négociations multilatérales : « Nous souhaitons prendre part à des négociations avec toutes les nations impliquées sur un pied d’égalité, dans le but de maintenir la paix et la stabilité dans la région », a déclaré Tsai Ing-wen.Taiping est la plus grande île de l’archipel des Spratleys, au Nord de la mer de Chine méridionale. Occupéedepuis 1956 par Taïwan, elle est revendiquée par la République populaire de Chine, les Philippines et le Vietnam. L’ancien président Ma Ying-jeou y avait dépêché un groupe de journalistes étrangers en mars dernier pour prouver que l’île était habitable, rappelle China News Asia

Photo : La présidente Tsai Ing-wen saluant les officiers de la marine taïwanaise, prêts à partir en mission de patrouille en mer de Chine méridionale.

Taïwan ‘s miltary News Agency

Copie d’écran de Channel News Asia, le 13 juillet 2016.