Le premier site d'actualité sur le Tibet

www.tibet.fr

15/11/20 | 19 h 32 min par Col Vinayak Bhat (Retd)

NEW DELHI : Révéler les technologies chinoises permettant de communiquer avec les sous-marins nucléaires à longue distance

La Chine essaie, comme d’autres précédemment, par des moyens détournés, d’acquérir des technologies avancées. Tous les moyens sont bons, des beaux yeux de velours des souris de l’Armée Populaire de Libération, discrètement infiltrées auprès des personnels de la base navale de Brest, à notre cher Jean-Pierre,  camarade du puissant Xi Jinping, chargé de lui instiller nos dernières technologies nationales.

Dans le registre :  » Ton meilleur ami peut devenir ton pire ennemi « , nous sommes donc très bien servis !

Belin Beliet – Gironde – Alibaba, le frère chinois d’Amazon a bien failli jeter son dévolu d’espionnite en plein cœur d’une zone humide sensible, afin sans doute de percer quelques secrets militaires français, en proposant l’installation d’une base logistique du géant du commerce en ligne sur 72 000 m2.

D’ailleurs, l’achat de fermes de 1700 hectares et d’excellente de terres à blé, dans l’Indre, non loin du Centre de transmissions en très basses fréquences (VLF) des forces sous-marines de la Marine Nationale, sises à Rosnay dans l’Indre – 36 – relève peut être de la même stratégie.

Ouf ! La zone humide et sa  » bio diversité  » sauvées pour cette fois ! Mais à quelles autres chinoiseries faut-il s’attendre ?

Pour comprendre, rappelons-nous l’alerte que FRANCE-TIBET avait lancée ce 18 juin 2020 et publiée sur les sites : tibet.fr[1] et alternatives pyrénées.com[2]

 

L’APPEL DU 18 JUIN 2020 de FRANCE-TIBET :  » Alibaba le géant du web va s’implanter à Belin-Beliet en Gironde « 

BELIN-BELIET ZONE  HUMIDE …

Biscarosse ? Belin-Beliet n’est qu’à :

  • 40 km de Biscarosse, c’est-à-dire des installations du Centre d’essais des missiles de la Direction Générale des Armées,
  • 45 km de la base aérienne 120, sise à  Cazaux,
  • 70 km de la plus importante base militaire aérienne française, la base 118, sise à Mont de Marsan !
  • 10 km de la commune de Le Barp où est installé le Laser Mégajoule qui est un des principaux éléments du programme militaire français de simulation destiné à assurer la pérennité de la dissuasion nucléaire de la France !!

[1] http://www.tibet.fr/actualites/lappel-du-18-juin-2020-de-france-tibet-alibaba-le-geant-du-web-va-simplanter-a-belin-beliet-en-gironde-nouvelle-aquitaine/

[2] https://alternatives-pyrenees.com/2020/06/18/lappel-du-18-juin-2020/

Commentaires par le BUREAU DE FRANCE-TIBET

 

Voici donc, au sujet des Zones humides, l’article de INDIA TOTAY qui a attiré notre attention et suscité notre commentaire :

NEW DELHI : Révéler les technologies chinoises permettant de communiquer avec les sous-marins nucléaires à longue distance

Le domaine de la communication avec les sous-marins, en particulier les sous-marins nucléaires qui ne font pas surface pendant plusieurs mois, est technique et compliqué. L’équipe d’India Today, OSINT, essaie de saisir les communications chinoises à très basse fréquence (VLF) qui peuvent aider les sous-marins nucléaires à très longues distances.

                                                      Le Président Xi Jinping 

La Chine avait compris l’importance de  » l’indigénisation  » en 1956-1966, lorsque l’Union soviétique d’alors s’en sépara. L’ancien président soviétique Nikita Khrouchtchev annula les relations politiques avec la Chine, retirant la plupart des scientifiques et le personnel de soutien fournis à Pékin, laissant le Parti communiste chinois ( PCC) Mao Zedong doit se débrouiller seuls.

Le Projet  « 6984  » était celui sur lequel les ingénieurs de l’URSS se penchaient. Le projet secret consistait à doter la marine chinoise de l’APL de la technologie spécifique pour communiquer avec ses sous-marins.

Historique

Après la scission sino-soviétique, Mao Zedong approuva personnellement LE PLAN  du nouveau projet  » 6984  » en vue de l’établissement d’une installation de communication VLF.

Le général Xu Mingde aurait pris le risque de demander l’aide de Zhou Jianwei, un ingénieur du Kuomintang et de ses étudiants pour la recherche et la mise en place d’une installation de communication qui pouvait fournir des liens directs avec les sous-marins nucléaires jusqu’à la côte ouest des États-Unis.

Les recherches des étudiants Wang Dongshan, Yang Yi et d’autres sont devenues l’épine dorsale de l’établissement de cette installation dans les montagnes retirées de la préfecture de Cili de la province du Hunan.

Les recherches de Wang Dongshan sur les communications VLF de type «Valley span» ont peut-être été copiées à partir des stations de radio navales américaines. Bien que prétendument conçues et construites localement, les similitudes avec l’antenne de la vallée de la station Jim Creek de la marine américaine sont étranges.

 

Infrastructure

Les images satellite du comté de Cili fournissent une évaluation très précise de la construction de cette installation. Il existe un grand nombre de tours rectangulaires en treillis d’acier pour maintenir les câbles sur les deux sommets de la vallée. Il y a une ligne de tours carrées dans la vallée pour soutenir les câbles de transmission ainsi que le câble de nacelle.

Les antennes sont fixées dans des câbles parallèles sur une distance de 2 400 à 3 400 m au-dessus de la vallée de Yangjiajie. La longueur du câble de bus est de près de 3 km, ce qui est perpendiculaire aux câbles de transmission fournissant plusieurs émetteurs de type T. Puissance citée dans les médias chinois et les sources au sol indiquent qu’il pourrait utiliser des fréquences extrêmement basses (ELF) pour les communications.

 

Il existe un grand nombre de bâtiments administratifs dans toute la vallée à des fins diverses. Les principaux bâtiments administratifs sont situés à l’extrémité est de l’installation et peuvent accueillir plus d’un millier de soldats.

Il existe au moins deux installations souterraines (UGF) avec des entrées de tunnel observées dans la vallée et au moins une de ces entrées sur le sommet nord de la montagne L’un de ces UGF est relié à une route pour une éventuelle tromperie et transport.

 

Augmentation des activités

Les images satellite analysées au cours des deux dernières décennies indiquent que l’installation aurait probablement été construite après la mise en service du barrage de Jiangya en 1998. Les activités de construction des cinq dernières années suggèrent également que cette installation a été agrandie, en particulier les installations administratives.

Le nombre de câbles de transmission s’est multiplié entre 2015 et 2019. Un certain nombre de nouveaux projets de recherche sont également observés dans ce domaine suggérant que de nouvelles techniques de modulation sont probablement essayées à partir de cet endroit.

Une étude approfondie de cette installation VLF* de la vallée doit être entreprise avec une meilleure résolution temporelle des images pour comprendre les intentions de la Chine.

Auteur, Col Vinayak Bhat (Retd), est consultant pour India Today. Analyste en imagerie satellite, il a servi dans l’armée indienne pendant plus de 33 ans

TRADUCTION : France-Tibet

  • Very Low Frequency