Le premier site d'actualité sur le Tibet

www.tibet.fr

03/10/17 | 22 h 46 min par Tenzin Dharpo

La nouvelle voie express Lhassa / Arunachal Pradesh…et le conflit frontalier sino-indien …

Dans un développement dont les experts expliquent qu’il donnera à la Chine un avantage considérable dans la situation géopolitique actuelle  au niveau de la  frontière sino-indienne revendiquée en bordure de l’ Etat de l ‘Arunachal Pradesh, la Chine a officiellement ouvert une voie express de la ville tibétaine de Lhassa à Nyingchi en limite du territoire tibétain.

L’autoroute  de 409 kilomètres est officiellement ouverte aux entreprises, selon le journal chinois Xinhua. Pour un coût de 5,8 milliards de dollars, l’ autoroute devrait réduire le temps de trajet entre Lhasa et Nyingchi de huit à cinq heures, à une vitesse limitée à  80 km à l’heure.

Selon les experts, l’infrastructure actuelle donnera à l’armée chinoise l’avantage de transporter des équipements et des troupes jusqu’à la frontière avec l’Inde aux limites de l’ Arunachal Pradesh dans le nord-est de l’Inde, zone qui a récemment été le théâtre de nombre d’ escarmouches entre les deux parties.

La nouvelle route contribuera également à aider le développement et l’accessibilité à l’autre côté de la frontière, selon les experts. Xinhua a signalé que l’autoroute améliorerait le tourisme dans les régions reliant les deux villes de Lhassa et Nyinchi.

En août, la Chine et l’Inde ont mis fin à leur conflit militaire qui avait duré des mois et ont retiré les troupes dans la région de Doklam, au Bhoutan, près de la frontière indienne. L’Inde s’est trouvée confrontée à l’armée chinoise alors que celle-ci construisait une route métallique stratégique dans le contesté du plateau de Doklam.

L’achèvement du projet militaire chinois  donnerait à Pékin une priorité tactique dans ce que les experts appellent la région du «cou de poulet» près de Siliguri en cas de désaccord avec l’Inde.

Traduction France Tibet

Pour Rappel : carte et conflit sino- indien :

PEKIN / NEW DELHI : Conflit larvé sur fond de « ligne de contrôle » à proximité du Bouthan et d’une éventualité de main-mise sur la partie amont du Brahmapoutre par la Chine.