Le premier site d'actualité sur le Tibet

www.tibet.fr

03/04/15 | 15 h 09 min

Nyingchi, ville stratégique aux confins de l’Inde

nyingchi tourisme

Le 3 avril 2015, Norbert, sur china.org, nous apprend que Nyingchi, dans la région autonome du Tibet sera  bientôt élevée au rang de préfecture. Ainsi s’installeront  » le Comité permanent de l’Assemblée populaire, le Gouvernement et l’organe consultatif politique.  »
Nyingchi devient donc l’égale des trois autres préfectures tibétaines : Lhassa, Shigatse, Qamdo.
Norbert vend à ses lecteurs le doux climat et les mannes financières de la nouvelle préfecture grâce au tourisme mais  il omet de préciser que :

– Nyingchi se situe à deux pas de la frontière indienne disputée par la Chine. Cette dernière en fait déclare l’Arunachal Pradesh comme appartenant à deux comtés (Medog et Zayu (noms chinois) de cette préfecture « autonome » tibétaine sinisée.

– Nyingchi sera le terminal de la ligne ferroviaire Lhassa-Nyingchi, 402 kilomètres de voie ferrée courant le long de la frontière et  du Brahmapoutre. Un projet de 6 milliards de dollars qui a débuté en novembre dernier et, selon les prévisions, devrait se terminer en 2021.

les barrages sur le Brahmapoutre

Les barrages sur le Brahmapoutre

– Le Brahmapoutre, appelé par les Tibétains, Yarlang Tsangpo, est aussi source de tensions sino-indiennes. Ce qui n’a pas empêché la Chine de commencer les travaux d’un barrage qui peut présenter de graves conséquences pour l’Inde et le Bangladesh, déjà mis à mal par la montée des eaux dans la Baie du Bengale. Ce barrage sur le Brahamapoutre – 1,26 milliards de dollars – est déjà en fonction et sera  à plein régime dans le courant de l’année avec un capacité de 510 mégawatts. Le fameux développement chinois au Tibet, nécessite des besoins énergétiques et hydriques croissants (cf cet article pour en savoir plus à ce sujet).

Pour ajouter aux intérêts chinois dans cette zone, notons aussi sa richesse forestière immense, en tant que plus grande forêt primaire du Tibet. Bref, la colonisation chinoise continue, exploite les sols, les eaux et paupérise les Tibétains.