Le premier site d'actualité sur le Tibet

www.tibet.fr

25/05/18 | 14 h 20 min par Guru Choegyi et Kunsang Tenzin / traduction et plus, France Tibet

Les parents interdits de transmettre la tradition de Saga Dawa à leurs enfants

 

 

Le 14 mai 2018, un arrêté municipal ordonne aux enfants scolarisés et aux parents de la ville de Chamdo d’éviter les rassemblements religieux pendant la fête de Saga Dawa

Le 16 mai 2018,

Les autorités chinoises de la ville tibétaine de Chamdo ordonnent aux enfants scolarisés et leurs parents d’éviter les activités collectives bouddhistes pendant le mois saint de Saga Dawa, les menaçant de conséquences non spécifiées s’ils ignorent l’interdiction.

Cette interdiction, éditée dans un document du 14 mai circule sur les réseaux sociaux et liste en cinq points les attentions particulières des autorités. Elle intime aux parents de ne pas emmener leurs enfants dans les monastères ni dans les rassemblements religieux en l’honneur de Bouddha, sa naissance, son enseignement et en mémoire de sa mort.

On peut lire sur l’arrêté de Chamdo : « Si vos enfants ratent ne serait-ce qu’un seul jour d’école et qu’ils ont été vus dans un monastère ou une fête religieuse, votre famille sera directement dénoncée au Bureau de l’Education de Chamdo. »

L’arrêté évoque la nécessité d’écarter les enfants de l’influence religieuse afin de promouvoir « une pensée critique » et interdit les parents et les tuteurs de fêter Saga Dawa, la fête la plus importante dans le calendrier bouddhiste.

RFA a obtenu une copie de cet arrêté affiché dans l’école maternelle n°2 de la ville de Chamdo. Elle comprend des directives issues du Comité du Conseil Educatif de la Région Autonome du Tibet, de la mairie de Chamdo et de son bureau de l’éducation.
Il y est écrit : « Des actions seront prises contre les personnes qui ne se soumettront pas à cet arrêté. »

Rien de nouveau sous le soleil himalayen, résistance et clandestinité

Une étudiante tibétaine poursuivant ses études en occident, interviewée par RFA, dit que les interdictions officielles interdisant la visite des monastères n’ont « rien de nouveau ».

« Ils ont même publié des recommandations comme celles-ci quand j’étais à l’école. Mais les parents tibétains et leurs enfants n’ont que faire de ces ordres et agissent en s’engageant dans les actes virtueux tel visiter un monastère quand ils en ont envie, » rapporte-t-elle.

« Et de toutes les façons, comment les autorités chinoises pourraient-elles avoir suffisamment d’effectifs policiers pour surveiller tous les enfants pendant Saga Dawa ? » interroge-t-elle.

Une enseignante de Lhassa a déclaré à RFA que ces interdictions se sont toujours étendues aux enseignants et au personnel des écoles. « Mais ils peuvent toujours réciter des mantras pour eux-même, » dit-elle..

Une autre source rapporte au journal que le 16 mai à Lhassa, premier jour de Saga Dawa, « un nombre « inhabituellement grand » de Tibétains a marché avec dévotion pour des circonvolutions intérieures et extérieures du Barkhor. (un lien avec l’incendie du Jokhang de cette année ? NdT)

« Dans le même temps, beaucoup de Tibétains adoptent un régime végétarien et s’adonnent à des activités méritoires comme les prosternations. »

« Ainsi, malgré la répression chinoise, les Tibétains ont tout de même pu pratiquer pendant le mois saint leurs prières entres autres actions. »

reportage Guru Choegyi et Kunsang Tenzin. Écrit en anglais par Richard Finney.Traduction France Tibet