Le premier site d'actualité sur le Tibet

www.tibet.fr

05/12/17 | 22 h 42 min

PARIS / ACCORD DE PARIS : Xi Jiping… et quelques autres chefs d’ Etat présents pour « One Planet Summit » pour se remobiliser sur le dossier après la décision en juin des États-Unis de se retirer de l’accord de Paris.

Une cinquantaine de chefs d’Etat et de gouvernement, dont Theresa May et Mariano Rajoy, et des personnalités comme Leonardo DiCaprio, sont attendus au Sommet climat qui se tiendra le 12 décembre en France, a annoncé lundi l’Elysée.

Au total, quelque 2.000 « acteurs-clés » du public et du privé devraient se rassembler pour les deux ans de l’Accord de Paris sur le climat, à la Seine Musicale, un nouveau lieu artistique proche de Paris.

Ce sommet, baptisé One Planet Summit, avait été annoncé en juillet par le président Emmanuel Macron pour remobiliser sur ce dossier après la décision en juin des États-Unis de se retirer de l’accord de Paris. 

De fait, en l’absence du président Donald Trump, ce pays ne sera représenté que par le chargé d’affaires de l’Ambassade à Paris, sur décision de la Maison Blanche, a indiqué l’Elysée.

En revanche, de nombreux Américains impliqués dans les questions climatiques ont répondu favorablement, comme l’acteur Leonardo DiCaprio, le milliardaire Bill Gates, l’ex-gouverneur de la Californie Arnold Schwarzenegger et l’ancien maire de New York Michael Bloomberg, dont la Fondation finance en partie le sommet.

Seront également présents Antonio Guterres, secrétaire général de l’ONU, et Jim Yong Kim (Banque mondiale), une dizaine de chefs d’Etat africains, ainsi que des dirigeants de pays affectés par les changements climatiques, comme le Bangladesh, les îles du Pacifique ou Haïti, selon l’Elysée.

Des responsables de grandes villes, de banques centrales, de fonds souverains, d’entreprises et d’ONG participeront aussi aux forums de ce sommet dont l’ambition est de « faire travailler les acteurs engagés sur la mise en oeuvre de projets d’une manière extrêmement concrète », selon l’Elysée.

« Une dizaine de grosses annonces » est attendue à l’issue de cette réunion qui « s’insère dans l’agenda international sur le climat », notamment des Cop, précise-t-on de même source.

Le 12 décembre, les chefs d’Etat et de gouvernement seront reçus à déjeuner à l’Elysée par Emmanuel Macron, puis se rendront par voie fluviale, sur la Seine, jusqu’à La Seine Musicale, implantée sur l’île Seguin à Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine).

Des événements annexes, organisés par des ministères ou des acteurs privés, se tiendront dès le 10 décembre.

publié le lundi 04 décembre 2017 à 16h4

ONE PLANET SUMMIT : DANONE, SCHNEIDER, HERMÈS… HUIT ENTREPRISES ABONDENT LE FONDS CLIMAT LIVELIHOODS

Danone, Crédit Agricole, Hermès, Firmenich, Michelin, SAP, Schneider Electric et Voyageurs du Monde investissent 50 millions d’euros dans le fonds Livelihoods destiné à lutter contre les effets du changement climatique. Une première version de ce fonds avait déjà mobilisé 40 millions d’euros en 2011.

À quelques jours du sommet climat One Planet Summit du 12 décembre, huit groupes européens (Danone, Crédit Agricole, Hermès, Firmenich, Michelin, SAP, Schneider Electric et Voyageurs du Monde) ont annoncé lundi 4 décembre un investissement de 50 millions d’euros dans un nouveau fonds Livelihoods destiné à financer des projets luttant contre le réchauffement climatique.

« Ce fonds de 50 millions d’euros, qui a vocation à monter à 100 millions d’euros fin 2018, portera au total à 140 millions d’euros le montant engagé depuis le lancement du premier fonds Livelihoods pour le climat en 2011« , a déclaré à l’AFP Bernard Giraud, président et cofondateur de Livelihoods Venture, destiné à réduire l’empreinte carbone des entreprises via le financement de projets agricoles vertueux (reconstitution d’écosystèmes, agroforesterie…) dans plusieurs régions du monde.

Avec 40 millions d’euros, le premier fonds, auquel participaient aussi la Caisse des Dépôts et Consignation (dont Novethic est une filiale) et La Poste, a financé trois types de projets, chacun d’un montant compris entre 2 et 5 millions d’euros, sur lesquels il s’est engagé sur une durée de 10 à 20 ans.

Replantation, agroforesterie et ruralité

Le premier est la replantation de mangroves et reconstitution d’écosystèmes en Casamance au Sénégal (10 000 hectares), à Sumatra en Indonésie (5 000 hectares) et dans le Bengale en Inde (4 500 hectares).

Le deuxième est de l’agroforesterie : plantation d’arbres fruitiers (manguiers) et caféiers dans l’Andra Prasdeh en Inde (6 millions d’arbres) avec la communauté des Adi Vasi avec le soutien à une marque de café Araku. Plantations d’arbres au Guatemala (hévéas, cardamone) dans une communauté montagneuse touchée par la déforestation. Projet de soutien technique à une communauté de 30 000 petits fermiers au Kenya, en lien avec un industriel kenyan des produits laitiers Brookside (plantations d’arbres, fertilisation avec compost, augmentation des rendements).

Le troisième est ruralité, énergie: projet de fabrication locale et distribution de foyers (poêle) en argile et paille ou en métal, pour réduire la cuisson en plein air, la déforestation qui s’ensuit et la pollution à la fumée, au Burkina Faso, au Pérou et au Kenya.

« Un des plus gros enjeux pour la suite est le passage à l’échelle, c’est-à-dire le développement à grande échelle de chacun de ces projets qui a donné de bons résultats« , a dit M. Giraud, selon lequel chacun des projets a un double impact « environnemental et social » localement pour les communautés concernées, en plus de rapporter des crédits carbone aux entreprises qui les financent.

La rédaction avec AFP

Image : Le fonds Livelihoods a déjà permis de replanter 10 000 hactares de mangrove au Sénégal.