Le premier site d'actualité sur le Tibet

www.tibet.fr

07/12/18 | 17 h 56 min par Administration Centrale Tibétaine

PARIS / TIBET : RENCONTRE AVEC LE GROUPE TIBET DE L’ ASSEMBLEE NATIONALE

Le groupe d ‘Etudes sur le Tibet, nouvellement reconstitué à l’Assemblée nationale française, organisait ce 5 décembre 2018 un petit-déjeuner de travail sur le Tibet, dans les locaux de l’Assemblée nationale. 

Cette réunion était organisée par Elizabeth Toutut Picard, députée et présidente du groupe ; le sénateur André Gattolin, vice-président du groupe Tibet au Sénat français, prenait part à la discussion, ainsi que les députés Michèle de Vancouleur et Florence Grenjus. M. Thierry Munier, le coordinateur du groupe Tibet au Sénat et les assistants du groupe de l’ Assemblée nationale participaient également. 

Pour la partie tibétaine, le Représentant du Bureau du Tibet à Bruxelles, Monsieur Tashi Phuntsok, accompagné de Messieurs Namgyal Samdup, coordinateur, et Jigme Dorji, tous les deux du Bureau du Tibet de Paris. 

Madame Katia Buffetrille débutait la discussion par la présentation d’ un power point, complété d’un court document sur le Tibet. Mme Buffetrille, tibétologue, étudie depuis plus de 30 ans le Tibet où elle se rend régulièrement. 

La présentation comprenait diverses images du Tibet tant historiques que d’actualité. S’ ensuivaient un débat et une séance de questions-réponses. 

Le représentant M. Phuntsok  notait que l’exposé de Mme Buffetrille montrait à quel point l’occupation de la Chine par le Tibet reposait davantage sur une idéologie que sur une quelconque libération. 

M. Phuntsok faisait remarquer que le Tibet, celui connu du monde entier et celui sous domination de la Chine, sont deux entités totalement différentes. Pour la Chine, la Région Autonome du Tibet n’ est que le Tibet [ tel que sur la carte établie par la Chine], tandis que pour les Tibétains, le Tibet inclut aussi les deux régions du Kham et de  l’Amdo. 

image : Le Représentant Tashi Phuntsok et Namgyal Samdup avec les députés lors du petit-déjeuner de travail, à l’ Assemblée nationale le 5 décembre 2018.

Le Représentant Tashi Phuntsok expliquait encore que la commercialisation du Tibet avait dépassé les valeurs fondamentales.

« Le Tibet est aujourd’hui le deuxième pays le moins libre après la Syrie et il est dit qu’il y a beaucoup plus de caméras de surveillance que de fenêtres à Lhassa. 153 Tibétains se sont immolés par le feu au Tibet pour manque de liberté.  

Le sénateur Gattolin rappelait que le Gouvernement chinois refusait, depuis de nombreuses années, l’ obtention d’un visa demandé par le Groupe d’études du Sénat en vue  de se rendre au Tibet. La Chine est -elle  coupable de génocide au Tibet ?   Le Sénateur souhaite également connaître les problèmes liés à l’exploitation minière et à la dégradation de l’environnement au Tibet. M. Gattolin défenseur bien connu de la cause du Tibet au Sénat a visité Dharamshala à plusieurs reprises et lui même et le Représentant  Phuntsok se sont déjà rencontrés  de nombreuses fois. 

Mme  Toutut Picard relatait sa lecture de la vie de Palden Gyatso *, ancien prisonnier politique ayant subi plus de 30 ans en camp de travail, récemment décédé, et se disait atterrée par la suppression que subissent les Tibétains sous le très répressif régime chinois. Elle notait également la question du manque de réciprocité de la Chine dans ses relations internationales et se dit absolument pas convaincue de quelque contribution positive chinoise au Tibet. 

image : Le Représentant du Bureau du Tibet, Monsieur  Tashi Phuntsok s’entretient avec Madame Patrizianna Sparacino-Thiellay, Ambassadrice pour les Relations  diplomatiques et internationales à la Mairie de Paris, le 4 décembre 2018.

Le 4 décembre 2018, le Représentant Tashi Phuntsok s’ exprimait devant une haute délégation au Bureau du Maire de Paris. Madame Patrizianna Sparacino-Thiellay, Ambassadrice des relations diplomatiques et internationales au Bureau du Maire, a dirigé la réunion avec Madame Emmanuelle Pavillon-Grosser, responsable adjointe des Relations internationales, M. Issam El Abdouli, conseiller pour les Droits civils et humains et Madame Mélanie Rigaudon, responsable du Bureau du Maire adjoint, Monsieur Patrick Klugmnan. 

Après avoir offert les khatags* tibétains à la délégation, Monsieur Phuntsok rappelait la longue histoire des relations entre l’Hôtel de Ville de Paris avec Sa Sainteté et le Tibet. La réception en 1992 de Sa Sainteté le Dalaï Lama par le Maire de Paris, Jacques Chirac, est gravée dans les mémoires. De nombreuses visites de Sa Sainteté en France et une rencontre avec le Maire Bertrand Delanoë en 2003 ont également été évoquées. Tashi Phuntsok mentionnait encore l’admiration de Sa Sainteté pour les visions et les valeurs fondamentales de l’Union Européenne. 

La réunion visait donc à rappeler et à entretenir des liens initiés de longue date. 

Le Représentant Tashi Phuntsok a saisi cette occasion pour souligner aussi les liens existant entre le Bureau du Tibet et l’Hôtel de Ville depuis sa création. Il rappelait aussi à ses hôtes, la présence à Paris de la Communauté tibétaine en France et ses activités dynamiques dans la promotion et la préservation de la culture tibétaine. La Communauté respectueuse de la loi et sa contribution positive à la Culture et à la tradition de la Ville constituent son objectif principal. 

image : Le Représentant Tashi Phuntsok avec l’ Ambassadrice Patrizianna Sparacino-Thiellay et ses collègues dans le Bureau du Maire, le 4 décembre 2018.

L’Ambassadeur Sparacino-Thiellay * a remercié M. Phuntsok pour son exposé et l’a assuré de ses efforts positifs pour maintenir les relations. Cet échange a été suivi d’un échange de cadeaux. Le représentant de Phuntsok leur a présenté le livre illustré publié par le Bureau du Tibet à Bruxelles : « Merci l’Europe pour le drapeau du Tibet ». ***

 

Source Tibetan Central Administration
Traduction France Tibet

* Madame Patrizianna Sparacino-Thiellay, Ambassadrice pour les Droits de l’homme, en charge de la dimension internationale de la Shoah, des spoliations et du devoir de mémoire depuis 2013, Patrizianna Sparacino-Thiellay a été nommée conseillère diplomatique, déléguée aux Relations internationales au cabinet de la Maire de Paris, Anne Hidalgo.

** Parmi toutes les coutumes tibétaines, la plus connue est celle qui consiste à offrir une khatag, ou écharpe blanche, en signe de  respect ou  de bienvenue. La khatag est un symbole de bon augure. Elle marque d’une note positive le début d’une action ou d’une relation et souligne les bonnes intentions de la personne qui l’offre.

*** «  Merci l’Europe pour le drapeau du Tibet », ouvrage dédié que vous pouvez vous procurer au Bureau du Tibet à Paris