Le premier site d'actualité sur le Tibet

www.tibet.fr

20/07/17 | 17 h 45 min par Elisa Braun

PEKIN : En amont du prochain Congrès du PParti, le régime se montre d’autant plus vigilant qu’à l’accoutumée et bloque partiellement WhatsApp !!

La Chine bloque partiellement WhatsApp

Alors que Pékin renforce son contrôle en ligne, des utilisateurs ont constaté que l’application phare de Facebook était partiellement bloquée.

Après Winnie l’Ourson, le régime chinois censure un très gros poisson. L’application de messagerie WhatsApp, utilisée par plus d’un milliard d’utilisateurs dans le monde et propriété de Facebook, a été partiellement bloquée pendant plusieurs heures selon le New York Times. Si les messages texte pouvaient encore être échangés, les photos, vidéos et pièces jointes étaient en revanche impossibles à partager. Au matin du 19 juillet, l’application fonctionnait de nouveau normalement. L’étendue du blocage reste difficile à déterminer: en Chine, l’application WhatsApp est largement moins utilisée que WeChat. Les perturbations n’ont de plus pas été constatées de la même façon chez tous les utilisateurs.

Il s’agit en revanche d’un nouveau tour de vis de la part du régime contre l’information libre. Depuis plusieurs années, la répression contre les détracteurs du régime est particulièrement forte en Chine. Les images du Prix Nobel de la paix et opposant du régime récemment décédé, Liu Xiabo, font l’objet d’une censure totale. Toutes formes de commémoration sont interdites sur les réseaux sociaux du pays, comme WeChat. Le régime se montre d’autant plus vigilant qu’à l’accoutumée, puisque le prochain Congrès du parti, où sont déterminés les principaux postes de direction, aura lieu dans quelques mois. Le régulateur chinois des télécommunications a demandé l’interdiction des VPN en février prochain et renforcé son contrôle sur les entreprises technologiques étrangères grâce à un arsenal juridique important.

La grande muraille de la censure

Pour censurer WhatsApp, le gouvernement chinois a eu recours à une technique bien particulière, selon le chercheur en cryptographie et directeur de Symbolic Software, Nadim Kobeissi. Le système dit du «grand firewall» permet de bloquer uniquement les messages issus des serveurs de contenus multimédias. Les messages passant par des serveurs spécialisés dans la transmission de messages texte fonctionnaient pour leur part normalement. WhatsApp utilise un système de chiffrement qui empêche de consulter le contenu des messages échangés. Il s’agit du seul service de Facebook autorisé dans le pays: le réseau social de Mark Zuckerberg est bloqué depuis 2009, et Instagram depuis 2014.

Paul Triolo, responsable de la géo-technologie chez Eurasia Group, a déclaré au New York Times que la Chine ciblerait prochainement d’autres applications de messagerie chiffrées telles que Signal, soulignant que de telles applications «représentent une petite faille pouvant être potentiellement importante dans le grand firewall». La censure d’une partie de WhatsApp pourrait ainsi constituer un prélude à un blocage plus complet, comme cela a déjà été le cas par le passé. Outre Facebook et Instagram, Twitter, Google et Gmail sont tous intégralement bloqués dans le pays.