Le premier site d'actualité sur le Tibet

www.tibet.fr

02/11/17 | 18 h 22 min

PEKIN chatouilleux …: « Baisser les bras, courber l’échine »… seraient-ce les premiers pas vers une « collaboration douteuse » de l’éditeur allemand des revues Nature et Scientific American, pour plaire à Pékin?

 

 

 Devant les menaces des autorités, l’éditeur de la revue Nature a accepté de faire disparaître les articles contenant des références au Tibet ou à Taiwan de son catalogue chinois.

La science va-t-elle devoir apprendre à se taire pour plaire aux dirigeants ombrageux ? Selon le Financial Times, Springer, éditeur allemand des revues Nature et Scientific American, a bloqué l’accès à un certain nombre de ses articles en Chine au motif qu’ils contenaient des références sensibles, telles que “Taiwan”, “Tibet” ou encore “Révolution culturelle”, autant de sujets que Pékin met beaucoup d’efforts à faire disparaître de la mémoire de ses citoyens.

Pour les universitaires, en revanche, la pilule est difficile à avaler. Plusieurs d’entre eux ont pris la parole pour dénoncer l’incapacité de l’Occident à tenir tête aux exigences chinoises. Springer, de son côté, explique avoir simplement voulu sauver l’accès à ses autres contenus. “En ne faisant rien, nous prenions le risque bien réel que tous nos contenus soient bloqués”, explique l’éditeur. Il n’est d’ailleurs pas le seul à plier devant les menaces de Pékin : les Presses universitaires de Cambridge et LexisNexis ont également fait le choix de bloquer l’accès à certains de leurs articles pour les internautes chinois, devant la volonté des autorités locales de “renforcer l’édification morale et idéologique” de leur peuple.

 Image : La Cité Interdite, à Pékin. © HALEY/SIPA

 Image étudiants : https://pbs.twimg.com/news_img/925496064089772032/aVFYONp2?format=jpg&name=orig

 Jeudi 2 novembre 2017 à 11:053