Le premier site d'actualité sur le Tibet

www.tibet.fr

18/12/17 | 12 h 53 min par Béatrice DESGRANGES

PEKIN et la « Discordance des temps » : Hu Jiamina, artiste peintre et Marine Brossard, couple franco-chinois arrêtés séparément par des policiers…

L’hommage téméraire d’un artiste au dissident à Liu Xiaobo n’aura été visible qu’une journée. On a vu l’artiste franco-chinois se faire emmener après que son œuvre, où figurait le siège vide de la cérémonie du Prix Nobel, a été recouverte par une bâche.

L’hommage d’un artiste franco-chinois au dissident Liu Xiaobo, Lauréat du Nobel de la Paix, aura survécu le temps de la première journée de son exposition à Shenzhen, beaucoup diraient « miraculeusement survécu »

Mais le miracle n’a pas duré. A la tombée de la nuit, les autorités avaient déjà recouvert son œuvre d’une bannière promotionnelle. Un des organisateurs de l’exposition a déclaré au « South China Morning Post » que la police enquêtait sur l’affaire parce que l’œuvre était « politiquement problématique ».

Selon le « Ming Bao », on a vu l’artiste Hu Jiamin et sa femme, qui disent être des citoyens français, emmenés par des policiers en civil dans la soirée de vendredi, à la fin de la manifestation artistique. On ne sait pas si le couple est toujours en détention.

Artist behind daring tribute to late dissident Liu Xiaobo out of contact in China

 French-Chinese artist seen being led away after his depiction of Liu’s empty chair at Nobel Prize ceremony was covered up in Shenzhen
PUBLISHED : Saturday, 16 December, 2017, 2:04pm
UPDATED : Sunday, 17 December, 2017, 6:03pm

A French-Chinese artist’s tribute to late Chinese dissident and Nobel laureate Liu Xiaobo survived the first day of a public exhibition in Shenzhen; many would say miraculously.

The miracle proved short-lived, however. By nightfall, authorities had covered the work with a promotional banner. An organiser told the South China Morning Postpolice were investigating the case as there were “political problems” with the artwork.

The artist Hu Jiamin and his wife, who said they were French nationals, were seen being taken away by plain clothes police on Friday night from the event, Hong Kong newspaper Ming Pao reported. It was not known if the couple were still under detention.

An empty blue chair and a row of red iron bars amid an idyllic traditional Chinese landscape were among the images Hu Jiamin had painted at the centre of his triptych mural that was on display at the Shenzhen-Hong Kong Biennale of Urbanism Architecture, which opened on Friday.

Those details were highly symbolic. Liu, who had dedicated his life to advocating democracy in China, was behind bars in December 2010 when his Nobel Peace Prize was quietly placed on the seat of an empty, blue chair at the Oslo ceremony. Liu died of liver cancer in state custody in July.

“I have been very upset since I heard about Liu’s passing away,” Hu told the Post on Friday. “I’ve always wanted to do something but it seemed like there was nothing I could do, particularly because I’m deeply disappointed by the way China has gone these past years.”

 

Une chaise vide et une rangée de barreaux rouges devant un paysage idyllique, évoquant la tradition picturale chinoise, figuraient parmi les images que Hu Jiamin a peintes au centre du triptyque mural qu’il exposait à la « Biennale d’architecture urbaine de Shenzhen-Hong Kong », ouverte vendredi dernier.

Ces détails sont éminemment symboliques. Liu Xiaobo, qui avait voué sa vie à la lutte pour la démocratisation de la Chine, était derrière les barreaux quand le Prix Nobel de la Paix a été doucement posé sur le siège d’une chaise vide bleue pendant la cérémonie d’Oslo. Il est mort d’un cancer du foie dans une prison d’Etat en juillet.

« J’ai été bouleversé quand j’ai appris sa mort », a déclaré Hu au « Post » vendredi. « J’avais toujours désiré faire quelque chose, mais je ne voyais pas ce que je pouvais faire, tant je suis désarçonné par l’évolution de la Chine ces dernières années. » Comme il l’a expliqué, il faisait allusion par là au contrôle grandissant du Gouvernement sur tous les aspects de la vie en Chine.

Hu et sa femme, une Française, s’étaient envolés de Lyon, où ils habitent désormais, pour Shenzhen. Le couple, lassé du renforcement du contrôle politique à Pékin, où il avait vécu pendant trois ans, s’est installé à Lyon en 2015.

Hu dit qu’il n’était pas exagérément inquiet sur les conséquences de son œuvre. « Je ne suis ni un radical ni un dissident… Je n’ai peint cette chaise que pour exprimer ma peine et mon hommage personnels à M. Liu, ce n’est pas un manifeste adressé au public », a-t-il ajouté.

Il dit avoir espéré qu’on autoriserait son œuvre à rester exposée assez longtemps pour qu’un maximum de gens puissent la voir : « J’ai peur qu’une fois que la nouvelle se sera répandue, la chaise ne doive être effacée ou, au moins, changée de couleur », dit Hu en jetant un regard à son œuvre sous sa casquette grise. Il pensait néanmoins pouvoir échapper à de sérieux ennuis puisqu’il vit désormais en France et non en Chine : « Je vis en France maintenant, je pense donc qu’il est peu probable qu’il m’arrive quoi que ce soit. Mais, même si je vivais en Chine, je ne m’inquiéterais pas outre mesure parce que je pense que la peur vient de l’imagination des gens », déclarait-il de manière apparemment confiante dans l’après-midi de vendredi. Mais à la tombée de la nuit, les autorités sont passées à l’action, elles ont recouvert la fresque et la grande bannière imprimée d’une longue introduction à l’exposition. Aucune raison n’a été donnée pour ce changement.

La femme de Hu, Marine Brossard, qui s’était précipitée vers la fresque, a éclaté en sanglots en voyant qu’elle était cachée. Selon le « Ming Bao », tous deux ont ensuite été emmenés séparément par des policiers en civil, en dépit de leurs vigoureuses protestations.

Un des organisateurs de l’exposition a déclaré au « South China Morning Post » que la police avait diligenté une enquête sur la présentation de cette œuvre murale : « L’enquête concerne tous ceux qui sont impliqués dans cette affaire, moi y compris, parce que j’étais responsable du projet de Hu », a-t-il affirmé.

Impossible de joindre Hu samedi, et son téléphone était encore éteint au moment de la publication de l’article. Une heure après son arrestation, Hu a envoyé un bref message disant qu’il allait bien mais le « Post » n’a pu vérifier s’il a envoyé le message de son plein gré ou sous la contrainte.

L’artiste de 34 ans avait passé plus de quinze jours à peindre son œuvre sur le mur d’enceinte d’un temple situé en lisière de la ville où se tient l’exposition, la cité historique de Nantou .
La fresque, intitulée « Discordance des Temps », représente trois pièces en enfilade, elle se déploie ses couleurs acidulées dans une perspective linéaire.
Certains des objets qu’elle représente ont un sens politique implicite : des caméras, installées dans les coins, surveillent les pièces, un cordon de police est posé à terre et l’on peut lire sur le mur, délavé, le fameux slogan de Mao : « Servir le peuple ». Mais Hu insiste pour dire que son œuvre n’a rien de politique ; en fait, dit-il, elle contient énormément d’éléments et permet des interprétations multiples. « Une œuvre d’art réussie a nécessairement plusieurs niveaux de signification. Je ne travaillerais pas sur quelque chose qui exprime purement et simplement mes convictions politiques. Je pense que l’art serait très limité s’il en allait ainsi. »

La fresque a éveillé la méfiance des agents de police et des gardes qui patrouillaient à l’entrée de l’exposition mais l’arrestation de Liu Xiaobo, son incarcération et sa mort ayant été strictement censurées en Chine et le contrôle des médias, d’internet et de la vie des citoyens étant de plus en plus rigoureux depuis l’arrivée au pouvoir de Xi Jinping, la plupart des passants n’avaient aucunement conscience du symbole que recelait la chaise bleue.

Cela n’a pas empêché les gens de prendre des photos. Une jeune femme habillée de noir a marché vers le mur pour en faire l’arrière-plan d’un selfie : « je trouvais seulement la peinture très belle, affirme cette vendeuse de 24 ans, et je voulais en prendre une photo, je ne savais pas ce que signifiait cette chaise bleue. » Et quand on lui parle de Liu Xiaobo, elle a l’air littéralement abasourdie : « je n’en ai jamais entendu parler », dit-elle avec un regard candide. Mais pour Ye Du, un poète dissident ami de Liu Xiaobo qui a fait le déplacement depuis Canton, c’était à la fois une immense surprise et une émotion intense que de découvrir cette chaise bleue sur le mur d’entrée de l’exposition vendredi matin : « Cela m’a fait un choc, dit-il. N’est-ce pas un hommage direct à Liu Xiaobo ? L’ironie de l’histoire, c’est que c’est sans doute la très efficace censure gouvernementale qui a d’abord autorisé l’exposition de cette chaise bleue ! J’ai un immense respect pour l’artiste qui a peint cela. Il a fait preuve d’un courage exceptionnel en rendant ainsi ouvertement hommage à Liu Xiaobo. »

Les militants des droits de l’homme qui ont participé à des cérémonies en mémoire de Liu Xiaobo ont été harcelés, arrêtés, interrogés par la police ; parmi eux figurent sept personnes originaires de la province du Guangdong (comme Ye Du) qui ont célébré le septième jour de deuil avec un cérémonial en bord de mer.

(voir la mise-à-jour correspondante : https://www.change.org/p/mme-hidalgo-apr%C3%A8s-la-mort-de-liu-xiaobo-paris-doit-afficher-son-soutien-%C3%A0-liu-xia/u/21257938)

source : http://www.scmp.com/news/china/policies-politics/article/2124573/artists-daring-tribute-late-dissident-liu-xiaobo-goes

par

Nectar Gan