Le premier site d'actualité sur le Tibet

www.tibet.fr

01/09/20 | 21 h 43 min par Le Figaro avec AFP

PEKIN frappe tous azimuts … au tour de la Mongolie intérieure d’ être soumise au seul usage du mandarin

 

Des manifestations et des parents qui refusent d’envoyer leur enfant à l’école : l’imposition mardi 1er septembre du chinois dans l’enseignement aux dépens du mongol suscite un inhabituel mouvement de protestation en Mongolie-intérieure (nord de la Chine).

La rentrée des classes est placée sous le signe d’une nouvelle politique linguistique dans cette région autonome, où les personnes d’ethnie mongole ne représentent plus que 16% de la population, à côté de la majorité han (Chinois de souche). Toutes les écoles de la région doivent désormais enseigner le mandarin dès le plus jeune âge, selon une directive publiée la semaine dernière par le service régional de l’éducation. Dans toutes les classes, littérature, histoire et morale ne seront plus enseignées en mongol.

Une politique déjà appliquée dans d’autres régions

La région suit ainsi une politique déjà appliquée dans d’autres régions du pays habitées par des minorités ethniques, comme le Tibet et le Xinjiang (ouest), et visant à propager l’usage du mandarin, la langue officielle du pays. «Pratiquement tous les Mongols de Mongolie-intérieure sont opposés à ce nouveau programme d’enseignement», a déclaré à l’AFP un éleveur du secteur de Xilingol, du nom de Hu. «Dans quelques décennies, notre langue risque de disparaître».

image : En Chine, les élèves entrent à l’école pour un nouveau semestre. STR / AFP

À LIRE AUSSI : Xi Jinping resserre son étau sur la Chine