Le premier site d'actualité sur le Tibet

www.tibet.fr

18/07/17 | 20 h 03 min

PEKIN / GABORONE : En laissant venir le Dalaï Lama, le Botswana défie-t-il la Chine…?

La venue dalaï lama au Botswana en août 2017 pourrait froisser Chine

Indésirable en Afrique du Sud, le dalaï lama se rendra en août 2017 au Botswana. En acceptant sa venue, le pays s’expose à un risque de possible refroidissement de ses relations avec la Chine, premier partenaire commercial de l’Afrique. Le guide spirituel des Tibétains s’entretiendra avec le président Ian Khama, une rencontre officielle à laquelle Pékin s’«oppose».

Le Botswana est prévenu : «Pékin s’oppose à toute visite du dalaï lama et à toute rencontre avec un responsable officiel botswanais.» C’est ce qu’a déclaré le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Geng Shuang, dans un communiqué publié, le 16 juillet 2017, par l’ambassade de Chine à Gaborone à propos de celui que Pékin considère comme «un séparatiste qui s’abrite sous le manteau de la religion pour mener des activités contraires aux intérêts chinois».

Lors de sa venue, prévue du 17 au 19 août 2017, le dalaï lama, qui symbolise la résistance au régime communiste chinois, recevra «les honneurs habituels réservés aux dignitaires en visite dans le pays», avait annoncé, le 13 juillet, le gouvernement botswanais dans un communiqué, ajoutant que «son Excellence (le chef de l’Etat) rencontrera le dalaï lama quand il sera au Botswana».
«J’ai hâte de me m’y rendre» et «de rencontrer mes frères et sœurs africains», avait déclaré de son côté, fin juin, dans une vidéo, le chef spirituel des Tibétains, qui vit exilé en Inde.
Image :
La venue du dalaï lama au Botswana, en août 2017, pourrait froisser la Chine.© SAJJAD HUSSAIN /