Le premier site d'actualité sur le Tibet

www.tibet.fr

23/08/20 | 21 h 52 min par Blogsdna

PEKIN / KATMANDU : Progressivement, la Chine fait des percées significatives sur le territoire népalais dans sept districts frontaliers, se saisissant principalement des bassins versants de rivières, sans que le Népal s’ offusque …?!

 « La Chine fait des percées significatives sur le territoire népalais dans sept districts frontaliers et  le gouvernement communiste du Népal regarde simplement dans l’autre sens « , rapporte l’agence de presse ANI le 22 août, citant le Département d’enquête du ministère de l’Agriculture du Népal.


Les districts où l’accaparement des terres par la Chine ont eu lieu,  et se poursuiventt encore, sont ceux de Dolakha, Gorkha, Darchula, Humla, Sindhupalchowk, Sankhuwasabha et Rasuwa.

 Le Département d’enquête du ministère de l’Agriculture du Népal a été cité pour avoir déclaré dans son rapport qu’à Dolakha, la Chine avait poussé la frontière internationale de 1 500 mètres à l’ intérieur des terres du  Népal. Le pilier frontalier numéro 57, installée auparavant au sommet de Korlang, se trouve  désormais situé dans la région de Korlang à Dolakha.

Sur la question des piliers, la Chine aurait fait pression sur le Népal pour qu’il ne signe pas le quatrième protocole sur la résolution et la gestion des différends frontaliers entre les deux pays, car Pékin souhaitait maintenir le statu quo et transgresser davantage les arrangements de frontière.

La Chine aurait également occupé des villages népalais dans les districts de Gorkha et Darchula. Comme à Dolakha, il  est déclaré que  les bornes frontières numéros 35, 37 et 38 dans le district de Gorkha et la borne frontière numéro 62 à Nampa Bhanjyang à Solukhumbu ont été déplacées.

Les trois premiers piliers seraient situés dans le village de Gorkha à Rui et dans les zones de Tom River. La carte officielle du Népal montre le village comme son territoire et les villageois ont payé des impôts à Katmandou, au  Népal.

Cependant, la Chine a occupé la région et l’a incluse d’ office dans la Région Autonome du Tibet – TAR – et  soumise à  son régime d’occupation en 2017.

Le même rapport cite également la Commission des droits de l’homme du Népal  ayant signalé qu’une partie du village de Jiujiu de Darchula avait également été occupée par la Chine.
« De nombreuses maisons qui faisaient autrefois partie du Népal sont maintenant saisies par Pékin et assimilées au territoire chinois «  note ce même rapport.

En outre, un rapport du Ministère népalais de l’agriculture fait état de l’occupation par la Chine de terres népalaises dans au moins 11 autres endroits relevant de quatre districts népalais. La plupart des zones occupées dans ces districts ont été déclarées être des bassins versants de rivières, y compris des zones de la rivière Bhagdare à Humla, la rivière Karnali, la rivière Sanjen et la rivière Lemde à Rasuwa ; la rivière Bhurjug, la rivière Kharane et la rivière Jambu à Sindhupalchowk, la rivière Bhotekoshi et la rivière Samjug à Sankhuwasabha ; la rivière Kamkhola et  la rivière Arun.

Le rapport note aussi  que le Népal s’était abstenu de poursuivre les pourparlers frontaliers avec la Chine depuis 2005, car son gouvernement ne voulait pas offenser la Chine en reprenant ces territoires et également afin d’éviter les critiques internes à ce sujet.

Le Népal aurait également suspendu les pourparlers sur la frontière de 2012 afin de se préserver d’une situation indécise.

Entre-temps, rien n’est venu d’une résolution proposée en juin 2020 par des membres du Congrès népalais de l’opposition à la Chambre des représentants, la chambre basse du Parlement népalais, demandant au gouvernement du KP Sharma Oli de restaurer les territoires népalais empiétés par la Chine.

Par Blogsdna

Traduction France Tibet
image : La Chine s’en sort avec l’accaparement continu des terres népalaises sous domination communiste