Le premier site d'actualité sur le Tibet

www.tibet.fr

04/01/20 | 21 h 49 min

PEKIN : Les pressions s’exercent tout azimuth … : fermeture  » obligée  » des instituts de la lignée de Larung Gar

Khenpo Sodargye. Photo by Tashitso.

Campagne internationale pour le Tibet. 3 janvier 2020.

L’une des principales voix du bouddhisme tibétain en République populaire de Chine a fait une annonce surprenante à propos de la fermeture de son Institut Bodhi de compassion et de sagesse, qui a des bureaux dans le monde entier.   L’ ONG  I.C.T. (Campagne internationale pour le Tibet a appris que certains des disciples  de Khenpo Sodargye soupçonnent que  le raison invoquée pour cette fermeture dans son annonce du 30 décembre 2019  en est tout autre .

L’annonce, libellée en chinois et publiée sur le site web de Larung Gar  ce 30 décembre 2019, déclare que certaines disciples ont « entrepris différentes activités au nom de l’Institut », ajoutant que Sodargye trouve décourageant que certains d’entre eux se livrent à des « activités illégales ». Un disciple chinois de Sodargye résidant en Occidents ,  source de ICT,  pense que si l’annonce de la fermeture est véridique  les raisons fournies sont   » clairement «  écrites par Sodargye, sous la direction des autorités chinoises.

Le disciple a déclaré avoir reçu des informations de l’intérieur de la Chine indiquant que Sodargye ainsi que l’autre abbé de Larung Gar, Khenpo Tsultrim Lodro, avaient été interrogés séparément par les autorités chinoises en novembre 2019, et que la fermeture était liée à ces interrogatoires.

Le mot «Khenpo» est un terme tibétain qui fait référence aux abbés du monastère et autres moines âgés. Les deux abbés étaient les principaux disciples de Khenpo Jigme Phuntsok, le fondateur de l’Académie bouddhiste tibétaine Larung Gar dans l’est du Tibet, officiellement connu sous le nom de l’Institut bouddhiste Serthar Larung Five Sciences. Jigme Phuntsok est décédé en 2004, et depuis lors, l’institut est pris en charge par une équipe d’abbés, dont Sodargye et Tsultrim Lodro.

Larung Gar est devenu l’un des centres les plus importants et les plus influents pour l’étude du bouddhisme tibétain en Chine, attirant des étudiants tibétains et chinois. Au cours des cinq dernières années, les autorités chinoises l’ont ciblé à plusieurs reprises entreprenant des démolitions importantes, forçant des moines et des nonnes à quitter,  détruisant de vastes étendues de logements dans le but de réduire considérablement la taille du centre.

Larung Gar a également survécu aux tentatives précédentes des autorités chinoises d’en démolir des sections en 2001. Sodargye et Tsultrim Lodro ont effectué des voyages internationaux ces dernières années pour donner des conférences sur le bouddhisme et la philosophie bouddhiste.

La fermeture des centres internationaux de Sodargye pourrait représenter un effort pour restreindre son influence religieuse et morale, qui s’est accrue ces dernières années. Pas plus tard qu’en 2014, Sodargye figurait sur la couverture du magazine chinois Renwu Zhoukan (People Weekly). C’était probablement la première fois qu’un moine bouddhiste ou un Tibétain figurait sur la couverture du magazine.

A screenshot of Khenpo Sodargye’s announcement of the closure of his Buddhist centers.

Selon la déclaration de Sodargye, voici les mesures décidées :

1. Je dissous l'Institut Bodhi de Compassion et de Sagesse et tous ses bureaux. En conséquence, les centres régionaux du dharma,
 les comités et les institutions liés à, et établis au nom de [l'Institut] de Bodhi seront dissous. 
Je voudrais réitérer que toutes les activités entreprises par ces institutions seront suspendues et que les sites Web qui s'y rapportent
 seront également dissous.

2. Désormais, si vous tombez sur une annonce quelconque faite au nom de l'Institut Bodhi, elles sont fausses.
 Tout type de don recherché au nom de l'Institut Bodhi n'a rien à voir avec moi, et veillez à ne pas en être les victimes.
 Si un tel acte venait à se produire, je serais dans l' obligation d'engager une action en justice afin d' en identifier 
le coupable, responsable de ces agissements.

3. Je continuerai à aimer la nation ainsi que la religion et à être au service d'un public fidèle. 
J'espère que le public fidèle restera honnête et respectueux des lois.

image : Khenpo Sodargye. Photo de Tashitso.