Le premier site d'actualité sur le Tibet

www.tibet.fr

18/01/19 | 12 h 20 min par Sang Jieja 

PEKIN / LHASSA : Les Tibétains ont l’ordre de retirer toutes les photos du Dalaï Lama et d’afficher les portraits de Xi et de Mao

Les images du Dalaï Lama retirées des temples,  alors que le Parti  renforce l’iconographie de ses «héros» dans les mo

Le Parti communiste chinois (PCC) a interdit le culte des images du Dalaï Lama et contraint maintenant les Tibétains à accrocher les portraits du Président chinois Xi Jinping et du fondateur du PCC,  Mao Zedong. (Photos fournies)

Le gouvernement chinois empêche à nouveau les Tibétains d’arborer les portraits du Dalaï Lama, malgré les protestations des nombreux Tibétains décédés après s’être immolés par auto-immolation lors de manifestations contre le «régime colonial» de Pékin et ses tentatives d’éradication de la culture tibétaine. Mais cette fois, il est également impératif que les temples et les monastères bouddhistes retirent son image et accrochent, en lieu et place, les photos du président Xi Jinping et du fondateur du Parti Communiste Chinois (PCC) Mao Zedong.

Les autorités de la ville de Hezuo, dans le comté d’Amdo, dans la région autonome du Tibet, ont publié un avis en décembre 2018 demandant à 38 comités de village, huit comités de résidents et 249 groupes de villageois (résidents) dans quatre bureaux de sous-district et six communes de la ville de « nettoyer des images du Dalaï Lama » – un euphémiste pour leur dire de détruire les images, en commençant par celles placées à la vue du public dans des lieux de culte – et d’ y accrocher des portraits de Mao et de Xi à la place.

La notice très ferme a ordonné aux entités villageoises d’adopter « une approche sérieuse » pour « mettre en place une réglementation et un système » afin de « contrôler et surveiller fréquemment » l’utilisation de tels portraits. Il leur a également demandé « d’établir un registre » pour évaluer le déroulement de l’opération.

Les Comités du Parti  ont reçu pour instruction « d’organiser les responsables principaux de tous les villages, unités de département et monastères, ainsi que les cadres et les ouvriers des townships, de tenir des réunions spéciales pour mobiliser les gens en vue de supprimer tous les portraits du Dalaï-Lama, et spécialement organiser et assigner le travail de nettoyage spécifique « .

« Tous les camarades, dirigeants et cadres en charge de certaines régions, villages et temples sont tenus d’améliorer leurs positions politiques, de comprendre la portée considérable de ce travail et de clarifier les objectifs des tâches à accomplir« , précise cet ordre.

Le canton de Zuigedo, est  un exemple d’autorité locale qui s’est pliée à ces directives avec enthousiasme, ce qu’elle a dit faire conformément à « l’esprit du 19ème Congrès national du PCC et à la nouvelle ère de socialisme à caractère chinois de Xi Jinping« .

Les responsables locaux ont déclaré que « le Parti doit gérer le Parti » et préserver la stabilité sociale, le système juridique socialiste et les intérêts fondamentaux du Peuple.

« Tout en supprimant tous les portraits du Dalaï Lama, il est nécessaire de présenter ensemble les images des dirigeants du Parti« , a déclaré un responsable local, évoquant également l’interdiction à la légère, comme une « campagne de nettoyage« .

Le Bureau de presse de la commune a confirmé que des images montrant le dirigeant exilé du bouddhisme tibétain avaient déjà été retirées de « quatre temples bouddhistes situés dans deux monastères, de six maisons Mani, ainsi que des domiciles de cadres de groupes de villages et de membres du Parti ».

Celles-ci ont toutes été retirées de la vue et remplacées par des images de Xi, de Mao et d’autres personnalités du Parti communiste, ajoute le journal.

Les bergers locaux ont emboîté le pas en modifiant les images encadrées ornant les murs de leurs maisons pour les rendre plus politiquement correctes, conmplète-il.

« Nous consoliderons encore l’efficacité de la Campagne et formerons un mécanisme de gestion à long terme pour contrôler et surveiller constamment la situation« , a déclaré un représentant du Bureau.

En d’autres termes, les cadres du Parti continueront à vérifier si quelqu’un viole l’ordre en cherchant des menaces potentielles contre le gouvernement du PCC, et recherchent des sanctions  contre tout dissident présumé, ou contre tout  « séparateur » – en utilisent le jargon du Parti.

Avec ce dernier mouvement, le PCC a de nouveau eu recours à une tactique du style de la Révolution Culturelle, dans le but de débarrasser le pays et, vraisemblablement, la conscience des gens de la pensée et des images du Dalaï Lama.

Cela non seulement bafoue les droits des Tibétains, notamment leur liberté de conviction religieuse, mais intensifie également leurs conflits avec le Parti. Les observateurs craignent que le PCC interdise non seulement les portraits du Dalaï Lama dans des lieux religieux tels que des monastères, mais oblige également les Tibétains à accrocher les images des dirigeants du parti, passés et présents, chez eux. Ils craignent que cela ne suscite un mécontentement généralisé et, éventuellement, davantage de manifestations de rue pouvant entraîner des décès.

Non pas que la suppression de l’identité religieuse du Tibet soit une nouveauté : la répression exercée par Pékin dans la région a commencé il y a plusieurs décennies. Lorsque des campagnes similaires ont été lancées pour la première fois, les monastères et les ménages ont été perquisitionnés et fouillés sans la moindre trace d’un mandat ou d’un soutien juridique. Les perquisitions ont souvent été menées de manière arbitraire et en toute impunité, en dépit de la violation des lois du PCC.

Les Tibétains ont répondu par des boycotts qui ont attiré le soutien des moines. Les affrontements avec les forces de sécurité chinoises n’étaient pas rares et du sang a été versé. La militante et poète tibétaine Woeser a bien résumé cela dans un article qu’elle a écrit dans « Images de dirigeants ».

« Il y a une implication cachée : nous vous libérons et vous donnons une nouvelle vie. Vous devez donc montrer votre gratitude, votre loyauté et votre obéissance dans vos paroles et dans vos actes« , a-t-elle écrit.

Le parti prétend que la Campagne vise à « éduquer et guider les habitants des villages de terres agricoles et de pâturages pour qu’ils maintiennent avec détermination la voie socialiste avec ses  caractéristiques chinoises et renforcent leur conscience nationale« .

De plus, le PCC insiste toujours sur le fait que les Chinois patriotes doivent « lutter résolument contre la clique du Dalaï-Lama, les forces étrangères hostiles et les extrémistes religieux« .

Cependant, les Tibétains d’outre-mer ont exprimé leur inquiétude quant aux conséquences : « ces actes vont provoquer une forte résistance de la part des Tibétains locaux et davantage de répression et de meurtres« , comme pour beaucoup de Tibétains, la Campagne constitue une insulte à leurs croyances religieuses, leurs traditions et leur culture. Il suggère également que les autorités locales attisent le conflit entre les Tibétains et le Parti.

https://international.la-croix.com/news/tibetans-get-home-decor-order-hang-xi-mao-portraits/9230?utm_source=Newsletter&utm_medium=e-mail&utm_content=14-01-2019&utm_campaign=newsletter_crx_lci&PMID=74f17e4c3d26d3f7413944b1135c210e

Sang Jieja  14 janvier 2019