Le premier site d'actualité sur le Tibet

www.tibet.fr

17/06/16 | 16 h 37 min

PEKIN / WASHINGTON : Obama accusé d’encourager le séparatisme après sa rencontre avec le Dalaï Lama

DLOb

  • Global Times – A chaque rencontre son lot de débat. Les autorités chinoises critiquent ouvertement
    Barack Obama, accusé de « manquer de vision politique », rapporte le Global Times. En cause :
    l’entrevue du président américain avec le Dalaï-lama – considéré comme un « dangereux
    séparatiste » par Pékin – que les autorités communistes ont décrite comme un « acte politique
    visant à diviser la Chine ». Le président américain n’est pas épargné par les critiques : « Obama
    aurait pu gagner le respect et la confiance de la Chine et des Chinois s’il avait pris une décision
    courageuse en refusant la rencontre. Mais il a échoué. Quand il partira, il laissera à son successeur
    une situation où il n’a pas pu améliorer nos relations bilatérales. » Le président américain et le
    Dalaï-lama se sont rencontrés « en privé » à la Maison Blanche mercredi 15 juin. Leur dernier
    entretien remontait à 2014, rappelle le Global Times.

    La Chine exhorte Washington à ne pas interférer dans ses affaires intérieures

    06-17-2016 09:38

    La Chine a appelé les États-Unis à  maintenir les relations bilatérales globales et à éviter toute interférence dans les affaires intérieures comme les questions relatives au Tibet.

    Cette intervention chinoise survient à la suite de l’annonce d’une rencontre à huis clos à la Maison Blanche entre le président américain Barack Obama et le 14ème Dalaï Lama.
    La Chine exhorte Washington à ne pas interférer dans ses affaires intérieures

    La Chine exhorte Washington à ne pas interférer dans ses affaires intérieures

    LU KANG
    Porte-parole
    Ministère chinois des Affaires étrangères

    « Les affaires tibétaines relèvent de la politique intérieure chinoise et aucun pays étranger n’a le droit d’y intervenir. Le 14ème Dalaï Lama n’est pas une pure figure religieuse. C’est un exilé politique engagé depuis longtemps dans des activités séparatistes sous couvert de religion.

    Cette rencontre va à l’encontre de la reconnaissance par les États-Unis du fait que le Tibet est une composante inséparable du territoire chinois et de leur rejet d’une indépendance du Tibet ou d’activités séparatistes anti-chinoises. Un tel rendez-vous est dommageable à la confiance mutuelle et à la coopération sino-américaines. Nous devons dire que quiconque tente d’utiliser le Tibet pour déstabiliser la Chine sera voué à l’échec. »