Le premier site d'actualité sur le Tibet

www.tibet.fr

22/02/16 | 8 h 00 min

Suppression des études tibétaines à l’Université de Copenhague

En début de semaine dernière l’Université de Copenhague a annoncé la fermeture de son département d’études tibétaines, citant comme motif l’insuffisance des fonds attribués. La décision de la prestigieuse Université de la capitale danoise est considérée comme une atteinte à «1200 ans d’esprit scientifique», a déclaré un membre du corps enseignant, récemment remercié.

Jan-Ulrich Sobisch, professeur agrégé du département, s’adressant au journal du Campus a développé: «Nous perdons ici 1200 ans de travaux de savants et médiateurs sur la souffrance humaine et comment la soulager. Peu de traditions si anciennes subsistent encore aujourd’hui, et la tradition tibétaine est l’une d’elles. »

L’Université a prévu dans sa mesure de réduire ses dépenses de 300 millions de couronnes (DK).
En effet, le Gouvernement danois a annoncé l’an dernier qu’il réduirait le financement de la recherche de 22 milliards à 1,2 milliard DK.
D’après son site officiel, l’Université perd ici plus de 500 membres du personnel. Près de la moitié d’entre eux ont été licenciés et le reste a décidé de démissionner.

Le statut politique apatride du Tibet ainsi que l’absence de liens commerciaux avec le Danemark ont fait du Département d’Etudes Tibétaines une proie facile de la coupe budgétaire.

Peu de commentaires positifs sont ressortis sur le site de l’Université. Un certain Roisin Elder a écrit : « Ceci est clairement la présence de la Chine, penchant la tête par dessus l’épaule du Danemark. C’est un développement récent et ces destructions d’emplois ne sont pas tant une décision économique qu’un moyen facile d’apaiser le géant totalitaire. »

Un autre message de Ngawang Lungtok y voit une décision terre à terre : «Ce n’est ni triste ni surprenant. C’était inévitable. Personne ne se soucie d’antiques études qui n’offrent pas plus la sécurité de l’emploi qu’un vrai pays pour les appuyer »

Les professeurs du Département d’Etudes Tibétaines sont sans emploi et les 12 étudiants intervenants sont maintenant sans cursus à poursuivre à l’Université de Copenhague.

Traduit par Maxime Belhache pour France Tibet