Le premier site d'actualité sur le Tibet

www.tibet.fr

31/01/17 | 13 h 21 min par Tenzin Monlam

Ponctualité obligatoire à Damdo… sous peine d’arrestation et de passage à tabac.

 

Note de la rédaction : cette information date de début janvier ; en raison des difficultés de communication,  nous  vous la communiquons donc, même tardivement… Nous ne pouvons manquer,   de vous donner, s’il le fallait encore…, cette preuve de l’absurdité, conjuguée à la barbarie ,des autorités chinoises locales envers la population tibétaine.

Arrivés en retard à une conférence publique sur la santé, organisée dans le village de Damdo par les autorités locales du canton de Karma, de la préfecture de Chamdo le 28 décembre dernier, six Tibétains ont été arrêtés et plusieurs autres, y compris des femmes, auraient été victimes de coups, selon des informations rapportées par Radio Free Asia.

Arrivés en retard à la dite conférence, à laquelle assistait le responsable du canton, une vingtaine de Tibétains a eu à faire face à une réaction violente des forces de police accompagnant les officiels, altercation qui s’est terminée par l’arrestation et le passage à tabac de certains d’entre eux.

Une source a en effet rapporté que « lorsque certains Tibétains vivant dans les environs sont arrivés en retard à la réunion publique, les officiels et la police les ont sauvagement battus et ont procédé à l’arrestation de six d’entre eux », avant d’ajouter que « beaucoup d’entre eux ont été transportés en urgence à l’hôpital tandis que d’autres ont dû être ramenés chez eux ».

L’événement n’a été que tardivement relayé en raison de la chape de plomb qui pèse sur la transmission des informations dans la région. Les six Tibétains sont toujours détenus dans l’établissement carcéral de la Préfecture de Chamdo.

Le même informateur a précisé que les participants ayant tenté de calmer la situation se sont également vus molestés.

Un autre témoin des faits a rapporté que plusieurs femmes présentes sur les lieux avaient, elles aussi, été agressées après qu’elles en eussent appelé aux autorités.

A la suite de cela, la police et les autorités locales ont perquisitionné plusieurs domiciles et interrogé les personnes s’y trouvant.

Un troisième témoin a déclaré que « les autorités et la police du canton de Karma sont incultes et corrompus, ils détournent les fonds publics à leur profit » et « il n’est pas permis [aux Tibétains] de s’exprimer librement lorsque des missions d’inspection sur l’emploi des fonds gouvernementaux dans la région sont conduites par les supérieurs des autorités locales ».

« Le village de Damdo lui-même n’a jamais reçu aucune aide gouvernementale » a-t-il conclu.

Traduit pour France-Tibet par Éric Pegorer.