Le premier site d'actualité sur le Tibet

www.tibet.fr

13/03/15 | 14 h 40 min

Pour le congrès annuel du PCC, les sites et blogs se font censurés

image

Source

Dans un pari pour faire taire un débat critique du Congrès National du Peuple de Pékin, les censeurs chinois ont lancé une nouvelle série de fermeture de comptes sur les réseaux sociaux. « Dans les derniers jours, beaucoup d’amis, activistes et commentateurs, m’ont dit que leurs comptes avait été fermés « , déclara Jia, un activiste des Droits de l’Homme basé à Guangzhou. « Je pense, continua-t-il, que cela a un rapport avec la volonté de contrôler l’opinion publique et les débats lors des sessions parlementaires. »  » Ils s’inquiètent probablement qu’il apparaisse bien trop de commentaire du genre qu’ils ne veulent pas voir publiés. » Jia précise que les commentateurs visés sont de ceux qui auraient critique le Parti Unique au pourvoir.

Plus de comptes d’internautes fermés

Le défenseur de la liberté d’opinion Wu Bin, connu par son pseudonyme Xiucai Jianghu, affirme qu’il n’a jamais vu une telle échelle de censure visant des comptes de réseaux sociaux :
« Mes comptes sur Tencent et Sina Weibo ont été supprimés, l’un après l’autre. Qu’importe combien j’en aurais eu, ils auraient tous été supprimés. »
 » Allant jusqu’à supprimer les comptes de ma femme et de mes amis, le plus loin qu’ils se sont permis. »
Wu est conscient que cette censure s’abattant sur lui fait suite à ces derniers commentaires.
« Cette vague de censure ne se base pas sur le contenus des commentaires, mais plutôt sur l’habitude de l’internaute à critiquer le gouvernement. »
« Certaines personnes se sont même fait supprimés leur compte alors qu’ils ne l’avaient jamais utilisé. »

Limiter le débat sur la Toile

Mais selon Jia, les autorités semblent enclines à limiter en particulier les discussions des internautes à propos de la toxicité de la pollution de l’air qui frappe régulièrement les cités chinoises.
Il pense que ses retweets au sujet des récentes protestations contre le fog ont entraînés la suppression que certains de ses comptes :
« J’avais retweeté sur Sina Weibo les commentaires de deux amis qui tenaient des pancartes se plaignant du fog, disant que les [promesses de ] tentatives pour résoudre le problème de la pollution atmosphérique n’avait pas été mises en place. »
« Mon compte Sina Weibo a été supprimé. »

Percy Alpha, le fondateur de GreatFire.org *, un groupe anti-censure, décrit à RFA la complexité du système de censure chinois communément appelé le Grand Pare-Feu (grande cyber-muraille) à travers les filtres, les blocages et la main d’oeuvre humaine :
« Nous avons beaucoup plus de sites Internet fermés en quelques jours alors que, de coutume, ils auraient été fermés en quelques semaines. »
« Je pense que le contrôle d’Internet par le gouvernement chinois s’intensifie de plus en plus. Simplement, tout site Internet avec un contenu sensible sera fermé.  » (Et Bouddha sait que le PCC est extrêmement susceptible ! NdT qui ne pouvait s’empêchait ce commentaire)

En accord avec le gouvernement

Environ 3 000 cadre du Parti Communiste se rencontrent actuellement dans le grand hall du Peuple, mais ils légifèrent rarement, un devoir accompli au cours de l’année par les 150 cadres les plus hauts placés. Quand ces derniers prennent des décisions, la majorité des cadres est fière d’être d’accord avec le gouvernement.

L’information donnée par les médias d’Etat sous ferme contrôle sur le Parlement et son corps consultatif, la conférence politique et consultative du Peuple Chinois, se résume de plus en plus à l’observation des célébrités et des rumeurs, et de moins en moins à s’orienter vers les débats et des reportages politiques.

La session annuelle du Congrès National du Parti se déroule du 5 au 15 mars 2015.

Article par Yang Fan, pour RFA’s Mandarin Service. Traduit et écrit en anglais par Luisetta Mudie.
Traduction de l’anglais au français par France Tibet