Le premier site d'actualité sur le Tibet

www.tibet.fr

15/11/16 | 22 h 26 min

Présentation par le Sikyong d’un nouveau documentaire et d’un livre sur Shougden pour contrer les allégations du groupe.

DSC_0094

Le Sikyong Lobsang Sangay (au centre) accompagné des secrétaires du Ministère de l’information et des relations internationales (DIIR) Sonam Norbu Dagpo (à sa droite) et Tenzin Dhardon Sharling lors de la conférence de presse pour la sortie du documentaire et du livre du DIIR sur Dolgyal au Mémorial Lhakpa Tsering le 14 novembre 2016.

Dharamshala : Pour contrecarrer les allégations mensongères de persécution religieuse lancées par des individus se revendiquant du culte de Dordjé Shougdèn, le Sikyong Lobsang Sangay a lancé aujourd’hui au Mémorial Lhakpa Tsering du DIIR un tout nouveau documentaire (que vous retrouverez à la fin de cet article http://www.tibetonline.tv/) ainsi qu’un livre apportant des explications factuelles sur ce culte controversé.

Le documentaire de treize minutes intitulé « Manifestants Shougdèn : vérités et contre-vérités » explore les affirmations du groupe, ainsi que les réponses et les choix politiques de l’Administration Centrale Tibétaine (CTA). Le livre de 467 pages est, quant à lui, une mise à jour d’un précédent ouvrage sur Dordjé Shougdèn qui comprend des articles écrits par d’éminents érudits bouddhistes, ainsi que le rapport intégral de Reuters traduit en tibétain.

Selon les propos du Sikyong lors de cette présentation, « C’est dans le but de clarifier la position de l’Administration centrale tibétaine et de mettre en lumière la distorsion flagrante de la réalité par ces groupes marginaux malavisés que nous lançons ce livre et ce film afin de fournir des informations concrètes et dignes de foi sur le sujet. »

« Des individus fourvoyés, manipulés par le gouvernement chinois manifestent régulièrement depuis quelques années lors des visites du Dalaï Lama en Europe ou aux États-Unis. Il est cependant à noter une baisse significative de leurs activités depuis la publication d’un article de Reuters, en mai, dévoilant leur connivence avec le gouvernement chinois.  »

« Malgré tout, de tels exemples de manifestations organisées par quelques étrangers mal informés circulent toujours sur les réseaux sociaux et ailleurs. Il existe même quelques cas, heureusement rares, de jeunes Tibétains qui semblent remettre en question la logique derrière cette controverse au nom du droit à la liberté d’expression et de religion. »

« Nous avons donc ressenti le besoin de compiler ce livre et de produire ce court documentaire afin de faire toute la lumière sur cette question, » a expliqué le Sikyong.

Il a par ailleurs ajouté que ces individus fourvoyés étaient manipulés par le gouvernement chinois dans le cadre de sa campagne de dénigrement du Dalaï Lama et de la juste cause du peuple tibétain soutenue par l’Administration Centrale Tibétaine.
_

DSC_0089

Le Sikyong et les secrétaires du DIIR lors de la sortie du livre sur Dolgyal au Mémorial Lhakpa Tsering, le 14 novembre 2016.

Le Sikyong a incité le gouvernement chinois à renoncer à sa politique infructueuse au Tibet plutôt que de pousser des gens mal informés à fomenter des troubles à l’intérieur même de la communauté tibétaine.

Dans ses remarques préliminaires, Mme Tenzin Dhardon Sharling, secrétaire du Ministère de l’information et des relations internationales, a expliqué les motivations du DIIR derrière la sortie de ce livre et de ce film sur Dordjé Shougdèn à un moment où il est généralement admis que les activités des Shougdèn sont en recul depuis quelque temps.

Tout en reconnaissant la baisse du nombre de manifestations publiques de la part de ces groupes, elle a fait état d’un accroissement important de leur activité sur les réseaux sociaux. Et ce ostensiblement pour perturber l’harmonie qui règne chez le peuple tibétain par de fausses informations et des remarques susceptibles de créer des divisions.

« Il est vrai que les manifestations Shougdèn contre Sa Sainteté ont été moins nombreuses au cours des derniers mois. Ils sont cependant de plus en plus actifs, en particulier sur les réseaux sociaux, sans que cela transparaisse clairement aux yeux du public. C’est dans ce but que nous sortons ce livre et ce film, » a-t-elle expliqué, se déclarant très préoccupée.

Elle a également mis en évidence les volte-face dans la stratégie des manifestants des pratiquants du culte de Dordjé Shougdèn

 » Ces groupes ont commencé à s’en prendre au Dalaï Lama au nom de la liberté religieuse et des droits fondamentaux. Maintenant, ils s’orientent vers une tentative de déstabilisation de la société tibétaine à l’instigation du gouvernement chinois, allant jusqu’à utiliser les mêmes mensonges que ceux de la machine de propagande chinoise, » a-t-elle ajouté.

Le livre ainsi que le film, produits par le DIIR, sont les derniers en date d’une série d’efforts marquant la volonté du ministère de fournir des informations dignes de foi sur la question, et de sensibiliser l’opinion à un groupe tristement célèbre pour ses agissements violents, dont des assassinats, au sein de la communauté tibétaine.

Traduction France Tibet