Le premier site d'actualité sur le Tibet

www.tibet.fr

02/03/15 | 20 h 30 min

QINGHAI (TIBET), 24 février 2015 : Pékin interdit les jeunes moines de retourner dans leurs monastères

image

Les autorités de Qinghai, province occidentale de la Chine, empêchent actuellement de jeunes moines tibétains venus célébrer le Losar – nouvel an lunaire – de regagner leurs monastères en exigeant qu’ils quittent leurs sacerdoces pour fréquenter les écoles publiques. La campagne de dissuasion menée par les autorités de Pékin s’inscrit dans le cadre d’une tentative du gouvernement d’atténuer l’ampleur de l’influence des monastères tibétains, le plus souvent considérés comme des centres de résistance et de dissidence.

“Quatre jours après le début du nouvel an, les dirigeants du gouvernement ont rencontré les parents des élèves des établissements de Tulan et Terlenkha pour leur dire que les jeunes moines qui étudient actuellement dans des monastères lointains ne seraient pas autorisés à y revenir. S’ils veulent étudier, ils n’ont qu’à s’inscrire dans des écoles publiques locales”, ont indiqué des sources de l’agence tibétaine RFA.

Depuis quelques temps, les parents s’étaient plaints que le tibétain ne soit pas enseigné dans les écoles publiques et les établissements privés qui avaient inséré l’apprentissage de la langue à leurs programmes ont été fermés. “Maintenant, le gouvernement les oblige à revenir à l’État laïc et à fréquenter les écoles locales, sans cours de langue tibétaine dans leur curriculum. Tout ceci nous confond et, en tant que parents, nous pose face à un grand dilemme”, ont déclaré certains représentants des parents, en sollicitant l’ajout de cours de tibétain aux programmes des écoles locales.

La campagne que le gouvernement a mise en œuvre dans la province de Qinghai rappelle celle qui avait été conduite à Driru, dans la région autonome du Tibet, où les autorités avaient ordonné en octobre dernier que les moines âgés de moins de 12 ans soient expulsés des monastères et renvoyés chez eux auprès de leurs familles.