Le premier site d'actualité sur le Tibet

www.tibet.fr

07/06/16 | 21 h 10 min par AFP

Ramadan en Chine : Pékin dicte ses règles aux musulmans du Xinjiang

Muslims

© Greg baker, AFP | La Chine compte quelque 10 millions de musulmans ouïghours dans la région du Xinjiang

Texte par FRANCE 24 

Plusieurs sites Internet du gouvernement chinois ont annoncé leur volonté de restreindre les possibilités d’observer le jeûne du ramadan dans le Xinjiang, région du nord-ouest de la Chine, où vit une importante communauté musulmane ouïghoure.

Le numéro 1 du Parti communiste dans le Xinjiang, Zhang Chunxian, a souhaité dimanche 5 juin un joyeux ramadan aux musulmans de la région du nord-ouest de la Chine, selon l’agence officielle Chine nouvelle. Cela n’a pas empêché pourtant les autorités chinoises de manifester leur décision de restreindre pour les fonctionnaires, les étudiants et les enfants de la région les possibilités de suivre le jeûne du ramadan, qui débute lundi 6 juin, selon plusieurs sites Internet gouvernementaux.

« Les membres du parti [communiste], les cadres, les fonctionnaires, les étudiants et les mineurs ne doivent pas jeûner durant le ramadan et ne doivent pas participer aux activités religieuses », indiquait une note publiée jeudi sur le site Internet de la ville de Korla, située dans le centre du Xinjiang, région où vivent quelque 10 millions de Ouïghours, des musulmans turcophones. « Durant le mois du ramadan, les commerces de restauration et de boissons ne doivent pas fermer », ajoutait le texte.

L’attitude anti-islam des autorités n’est pas nouvelle dans le Xinjiang, le parti communiste au pouvoir en Chine exige depuis plusieurs années des employés de la fonction publique et des élèves qu’ils ne jeûnent pas durant ce mois sacré pour les musulmans dans le Xinjiang.

Les étudiants et les professeurs surveillés par les autorités

Un site Internet du bureau de l’éducation du district de Shuimogou, dans la capitale régionale Urumqi, avait appelé lundi dernier à « empêcher les étudiants et professeurs de tous les établissements scolaires de se rendre dans les mosquées pour des activités religieuses [durant le ramadan] ».

Le district autonome xibe de Qapqal, dans le nord-ouest du Xinjiang, ordonne, lui, aux restaurants locaux de rester ouverts durant la période afin « de garantir que l’ensemble de la population ait un accès normal » aux services de restauration, a-t-il annoncé lundi sur son site Internet. « Durant le mois du ramadan, les restaurants musulmans peuvent décider s’ils veulent ou non ouvrir. Il n’y aura pas d’interférence », avait cependant annoncé jeudi le Conseil des affaires d’État (gouvernement central).

>> À lire sur les Observateurs : « Dans un Xinjiang ultra-surveillé, l’impossible ramadan des Ouïghours »

Climat de suspicion contre les Ouïghours

« La Chine pense que la foi musulmane des Ouïghours menace le pouvoir de Pékin », a dénoncé dans un e-mail lundi Dilxat Raxit, porte-parole du Congrès mondial ouïghour, une organisation basée à Munich et considérée par Pékin comme « séparatiste ».

Une partie de la population ouïghoure est hostile à la tutelle de Pékin et une frange radicalisée est à l’origine ces dernières années d’attentats meurtriers commis dans la région et en dehors, Pékin imputant ces attaques à des groupes « séparatistes » et « islamistes ».

Avec AFP