Le premier site d'actualité sur le Tibet

www.tibet.fr

31/12/17 | 11 h 42 min par Tenzin Dharpo

INDE / CHINE : BRAHMAPOUTRE et EAUX BOUEUSES … explications transfrontalières sur fond de vues satellitaires !

Rescuers look at a road blocked by fallen rocks in Paizhen town in Mainling county of Nyingchi city, Nov. 18, 2017. (Photo courtesy: Liu Pengchao/Xinhua via AP)

La Chine a riposté mercredi aux affirmations des médias indiens concernant les eaux boueuses du Brahmapoutre, provenant du Tibet occupé et traversant l’Arunachal Pradesh en Inde, expliquant que les projets de tunnels n’ en étaient pas responsables mais causés mais par des tremblements de terre dans les régions tibétaines en novembre.

La porte-parole du Ministère chinois des Affaires étrangères, Hua Chunying, rappelait qu’un séisme de magnitude 6,9 ​​survenu à la mi-novembre a frappé la région près du Comté de Mainling, au Tibet, entraînant une turbidité dans le cours inférieur de la rivière. Elle précise : « Après le tremblement de terre, nous avons surveillé la qualité de l’eau du Yarlung Zangpo (nom tibétain pour Brahmapoutre) et les résultats ont montré que cette qualité répondait aux normes de l’eau de classe III. »

« Cette présence de boues est causée par des facteurs naturels, ce n’est pas un accident d’origine humaine, j’ai remarqué que les autorités professionnelles indiennes ont fait une analyse et éclaircit la situation », précisait la porte parole, faisant référence aux rapports sur les glissements de terrain de deux chercheurs du Centre national des Sciences biologiques (NCBS) et Ashoka Trust pour la recherche en écologie et environnement (ATREE). Les résultats de la recherche indienne montrent que les glissements de terrain induits par le séisme sur la rivière ont duré plus de trois semaines et ont entraîné une turbidité dans les tronçons inférieurs de la rivière Siang – nom local  du Brahmapoutre – dans l’Arunachal Pradesh.

« Cet événement n’ implique aucun jeu déloyal. Cependant, la turbidité induite par les glissements de terrain disparaît généralement en moins d’une semaine. Nous examinons donc la situation à l’aide d’images satellitaires, car la zone touchée ne se trouve pas sur notre territoire. Nous obtiendrons bientôt une image plus claire», a déclaré à l’Indian Express, Pradeep Kumar, de la gestion des rivières dans  la Central Water Commission.

Des chercheurs indiens ont également fait référence à des images capturées le 10 décembre [ 2017 ]par le satellite Sentinel-2 de l’Agence spatiale européenne , images qui montrent la progression des glissements de terrain ainsi ainsi que des blocages de la rivière Yarlung-Tsangpo à trois endroits dans le district de Bayi, dans le Tibet occupé.

Les experts craignent que les trois lacs formés lors des glissements de terrain ne se fondent plus qu’ en un seul et enclenchent des inondations dans les zones en aval, comme en l’ an 2000, lorsqu’un glissement de terrain massif sur le Yigong-Tsangpo, avait créé un réservoir naturel de 90 mètres de profondeur sur 2,5 kilomètres carrés, entraînant la disparition de plus de 50 villages dans l’Arunachal Pradesh et l’Assam en Inde, en conséquence de de ces débordements du Brahmapoutre.

Hua Chunying, la porte-parole du Ministère chinois des Affaires étrangères de Chine a déclaré hier que son Gouvernement maintiendra la communication avec l’Inde au sujet du traîtement des lacs engendrés par les glissements de terrain sur le Yarlung Tsangpo.

Traduction France Tibet

 

LA CHINE ALERTE L’INDE SUR LES DANGERS DES LACS ARTIFICIELS

Le séisme de magnitude 6,4 qui a secoué le Tibet le mois dernier a entraîné la formation de trois grands lacs artificiels alimentés par la rivière Yarlung Tsangpo, connue sous le nom de Brahmapoutre à son entrée en Inde, selon l’ annonce du 26 décembre de l’ agence PTI, citant un fonctionnaire du  ministère chinois des Affaires étrangères. Ces lacs énormes, formés par des glissements de terrain, soulèvent des inquiétudes quant à une inondation soudaine du côté indien, selon le ministère. La Chine s’est engagée à tenir l’Inde informée de leur évolution.

L ‘ étendue et le volume de l’eau dans ces lacs doivent encore être vérifiés. Mais l’ énorme accumulation dé l’ eau fait craindre que, si les lacs se rejoignent ou ébordent, ce serait des millions de personnes résidant le long des rives de la rivière dans les états indiens d’Arunachal Pradesh et d’Assam en aval, qui seraient gravement touchés.

« La partie chinoise, à travers les canaux existants, maintiendra la communication avec la partie indienne au sujet des  rivières transfrontalières », déclare Hua Chunying, porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, à Pékin.

Elle déclarait que la vérification par les autorités chinoises avait révélé que les lacs se trouvaient sur la partie orientale de la frontière entre l’Inde et la Chine.

Se référant aux lacs détectés par satellite, Hua ajoute :  » Il s’ agit de la  conséquence de facteurs naturels. Ce n’est pas un accident d’origine humaine.  »

La Chine avait précédemment rejeté les informations des médias selon lesquelles l’eau hautement polluée dans la rivière avait été causée par des tentatives de construction d’un tunnel massif pour détourner l’eau vers la région aride voisine du Xinjiang.

http://www.tibetanreview.net/china-to-alert-india-on-dangers-from-artificial-lakes/

28 DÉCEMBRE 2017 11:25

(TibetanReview.net, 28 déc. 2017) –

 

Articles Similaires:

RAPPORT: 99 lacs nouveaux et plus grands sur le plateau tibétain en raison du réchauffement climatique
La Chine tente de rassurer l’Inde sur le barrage de Yarlung Tsangpo
La Chine qualifie de «très sévère» la décision de l’Inde sur un territoire contesté au Bhoutan
Des images satellites montrent que la Chine est occupée à polluer le Brahmapoutre de l’Inde
La Chine promet d’être vigilante alors que le Tibet inaugure l’année des anniversaires sensibles

http://www.tibetanreview.net/china-to-alert-india-on-dangers-from-artificial-lakes/

 

Related posts:

  1. REPORT: 99 new and bigger lakes on Tibetan Plateau due to global warming
  2. China tries to reassure India on Yarlung Tsangpo dam
  3. China calls India’s move on disputed territory in Bhutan ‘very severe’
  4. Satellite pictures said to show China busy polluting India’s Brahmaputra
  5. China vows to be alert as Tibet ushers in year of sensitive anniversaries