Le premier site d'actualité sur le Tibet

www.tibet.fr

01/03/19 | 11 h 41 min par Yimou Lee / Traduction France Tibet

Taïwan : pas de compromis qui nuirait à la démocratie

Photo: Apple Daily.

Taïwan déclare refuser tout compromis qui pourrait nuire à sa démocratie après que le principal parti d’opposition prône l’ouverture de la paix avec la Chine.

Taipei : « Taïwan n’acceptera aucun accord qui pourrait nuire à sa souveraineté ou à sa démocratie » a déclaré le Président Tsai Ing-zen mercredi après que le parti d’opposition KMT ait annoncé qu’ils pourraient signer un accord de paix avec la Chine s’ils venaient à remporter la prochaine élection présidentielle qui aura lieu l’année prochaine.

La Chine revendique Taïwan qui est pourtant une île indépendant gouvernée de manière démocratique. La Chine s’est engagée à soumettre l’île, considérée, selon elle, comme un territoire sacré, au contrôle de Beijing en utilisant la force si nécessaire.

Bien que cela fasse des années que la Chine n’a pas envisagé un quelconque accord de paix, Wu Den-yih le Prédident du Kuomintang (KMT) parti politique favorable à Pékin, a déclaré la semaine dernière que le parti pourrait signer un accord de paix avec la Chine s’il venait à remporter les futures élections d’ores et déjà fort accrochées.

« La société taïwanaise n’acceptera aucun accord qui puisse nuire à sa souveraineté et sa démocratie » a déclaré la Présidente Tsai à des journalistes à Taipei. Elle a ajouté qu’il n’y aura pas de réelle paix tant que la Chine n’aura pas renoncé à utiliser la force pour ramener Taïwan dans son giron.

Des sources issues de la branche sécurité du gouvernement taïwanais ont confié à Reuters qu’il est possible que Beijing fasse de nouvelles propositions au KMT ce qui pourrait encore plus isoler Tsai et son gouvernement et donc faire basculer les résultats de l’élection.

Le parti démocratique et progressiste de la Présidente Tsai a subi de cuisantes défaites face au KMT aux élections municipales et locales de novembre.

Tsai, qui désire préserver le statu quo, a déclaré que la Chine doit utiliser des moyens pacifistes pour régler ses différents avec Taïwan et respecter les valeurs démocratiques de Taïwan.

Beijing a régulièrement, et ce depuis plusieurs années, envoyé des patrouilles aériennes militaires ainsi que des navires militaires autour de Taïwan tout en exerçant une pression considérable sur Taïwan pour réduire le nombre de ses alliés diplomatiques.

Tsai a appelé à plusieurs reprises au soutien international pour défendre la démocratie et le mode de vie taïwanais face aux menaces de la Chine.