Le premier site d'actualité sur le Tibet

www.tibet.fr

30/10/15 | 17 h 05 min

Tashi, Tibétain de 31 ans, arrêté pour avoir proclamé pacifiquement un appel pour la « Liberté du Tibet ».

LJ

Lobsang Jamyang, jeune moine de 15 ans, arrêté il y a un mois pour les mêmes raisons, dans le même Comté de Ngaba.

 

Dharamshala — Tashi, Tibétain de 31 ans et père de quatre enfants, deux fils et deux filles, a été arrêté par les autorités chinoises de Ngaba, au nord-est du Tibet, pour l’organisation d’une manifestation pacifique contre la domination chinoise, alors qu’il en criait des slogans appelant à la liberté au Tibet et le retour de Sa Sainteté le Dalaï Lama.

« Tashi, un homme de 31 ans a été retenu par la police chinoise le 26 octobre, dans les minutes qui ont suivi le début de sa marche de protestation dans la rue du chef-lieu, » déclarait  Kanyak Tsering, moine du monastère de Kirti Dharamshala.

« Tashi a parcouru les principales rue de la ville de Ngaba, tenant un portrait de sa Sainteté le Dalaï Lama et scandant  des slogans pour réclamer : « liberté au Tibet » et « retour de sa Sainteté le Dalaï Lama, » selon le Ven Tsering .

« Les autorités chinoises sont arrivées sur le lieux quelques minutes après et l’ont arrêté. Les conditions de sa en garde à vue restent inconnues  » selon le moine qui s’exprime sous couvert de l’anonymat.

Tashi, originaire du village n°5 de la ville de Meruma, comté de Ngaba dans l’Amdo, région du nord-est du Tibet Tibet (Ch: le comté de Aba, tibétaine et Qiang préfecture autonome du Nord-Ouest de la Province du Sichuan). « Avec Sa femme  s’appelle  Kalpe,  ils ont quatre enfants : deux fils et deux filles. »

La peur se développe dans le Comte de Ngaba du Tibet car des dizaines de Tibétains, y compris des moines et des femmes, ont été arrêtés et ont disparu au cours des récents mois.

Plus tôt ce mois-ci, les autorités chinoises ont arrêté un moine tibétain de 15 ans pour une manifestation  pacifique identique, alors qu’il criait aussi   des slogans appelant à la « liberté au Tibet » et au retour de Sa Sainteté le Dalaï Lama. »

La situation de Ngaba a empiré avec la Campagne de « rééducation patriotique », étant donné que les protestations pacifiques ont balayé la plupart des régions du Tibet en 2008.

De nombreux Tibétains sont arrêtés arbitrairement, sévèrement battus et emprisonnés par les forces de polices chinoises, pour la mise en scène de manifestations pacifiques et leurs appels en faveur des droits de l’homme, y compris la liberté religieuse.

Toutes les communications, incluant les lignes Internet dans le Comté et les régions avoisinantes sont strictement réglementées et souvent bloquées, à l’exception des institutions et des bureaux du Gouvernement chinois.

Les Tibétains restent sous surveillance  étroite en raison du nombre croissant de policiers chinois et de la recrudescence des points de contrôle de sécurité et des équipes d’officiels gouvernementaux qui surveillent , suivant tous leurs mouvements et activités…

La liste des Tibétains arrêtés et détenus par les forces de police et de sécurité chinoises pour l’organisation de manifestations pacifiques en faveur de la liberté au Tibet et le retour de sa Sainteté le Dalaï Lama, croît constamment ces derniers mois. Cette tendance est clairement en contradiction avec récent livre blanc de la Chine, qui affirme que le Tibet a atteint son « âge d’or