Le premier site d'actualité sur le Tibet

www.tibet.fr

27/07/17 | 18 h 27 min

Tenzin Choeying, jeune Tibétain qui s’était auto-immolé, est mort dans un hôpital indien.

Tenzin Choeying

Tenzin Choeying, étudiant tibétain qui s’était auto-immolé en Inde le 14 juillet dernier pour lancer un appel à la liberté pour le Tibet est mort dans un hôpital à Delhi, selon nos sources sur place.

Tenzin Choeying, 19 ans, est décédé le 22 juillet vers 16 heures 50. Il souffrait de graves brûlures qui avaient atteint plus de 90% de son corps, ont indiqué les médecins de l’hôpital Safdarjung de Delhi.

Les restes de Choeying ont été envoyés dans la ville de Dharamsala, située dans les collines indiennes,  capitale du Gouvernement tibétain en exil. Ils sont attendus pour le 25 juillet, selon le rapport à la RFA de l’activiste tibétain et proche de la victime Tenzin Tsundue.

« Là-bas, le Congrès des Jeunes Tibétains (CJT) planifie d’organiser sa crémation dans la matinée du 26, en accord avec les calculs astrologiques tibétains », déclarait Tsundue.

Choeying, un membre du CJT de la région de Bénarès en Inde, s’était immolé aux alentours de neuf heures du matin le 14 juillet dernier à l’Université Centrale des Études Tibétaines pour lancer un appel à la liberté de sa patrie, ont indiqué des sources tibétaines dans nos précédents rapports concernant cet événement. Une autre source  indiquait qu’il était particulièrement indigné que les Tibétains vivant sous les règles chinoises ne puissent apprendre leur propre langue.

« Un appel à l’aide urgent »

Sur sa page facebook, Tenzin Dorjee, ancien président d’Étudiants pour un Tibet Libre (Students for a Free Tibet)  écrit : « L’image d’une personne engloutie dans les flammes est choquante, perturbante, pour ceux qui vivent dans un monde libre. Mais au lieu d’en être perturbé, nous devons les comprendre comme un urgent appel à l’aide et à l’intervention venant de personnes qui ont été poussées à bout depuis des décennies de répression sans pitié et d’oppression coloniales de la part de la Chine. »

Les protestations par auto-immolation des Tibétains vivant en dehors des zones peuplées majoritairement de Tibétains en Chine sont rares, alors que ce sont 150 personnes qui se sont immolées dans ces régions de l’ouest de la Chine. La plupart des protestataires demandent la liberté pour le Tibet ainsi que le retour du Dalaï Lama, leur leader spirituel qui vit en exil en Inde depuis qu’il ait dû fuir son pays pendant la révolte nationale avortée de 1959.

Rapporté par le service tibétain de la RFA. Traduit par Dorjee Damdul, écrit en anglais par Richard Finney.

Traduction en français par France-Tibet.