Le premier site d'actualité sur le Tibet

www.tibet.fr

14/03/19 | 11 h 23 min par Richard Finney / Traduction France Tibet

SHIGATSE / TIBET : Pékin implante un Camp de Formation à la Pensée Unique

chant patriotique orchestré le 28 mars 2018 – copie écran d’une vidéo d’un auditeur de RFA

 

#RévolutionCulturelle2.0

Dans un nouveau reportage, un groupe de plaidoyer tibétain basé à Washington annonce une tentative de promotion et de renforcement de la conformité politique. La Chine a ouvert à Shigatse, préfecture du Tibet, un nouveau camp de formation pour des travailleurs du Parti chargés d’imposer aux Tibétains de soutenir la règle du Parti Communiste de Pékin.

International Campaign for Tibet (ICT) informe que le camp, couvert par une supervision paramilitaire, va aider à configurer la pensée de milliers de cadres qui sont maintenant envoyés régulièrement à travers le Tibet pour contrôler et manager les façons de voir des Tibétains dans les monastères, les écoles et les lieux privés.

Citant des reportages dans les médias officiels chinois, ICT affirme que cette formation dans le camp inclut des cérémonies de lever de drapeau, des chants patriotiques, accompagnés d’une accentuation de l’autocritique et de la nécessaire rectification de la pensée du Peuple.

La formation ne cible pas seulement les pensées politiques individuelles et la nécessaire conformité à la politique du Parti, mais aussi la vie personnelle, avec une stricte surveillance au sein du camp, capable d’indiquer toute suspicion sur la loyauté des cadres eux-mêmes.

“Le nouvel Institut pour la formation des cadres du Parti sur la base paramilitaire de Shigatse apparaît cohérent avec la reconnaissance aux plus hauts niveaux du Parti qu’il n’a pas totalement sécurisé l’allégeance des officiels ni, plus largement, du public tibétain,” dit ICT.

D’après une source de RFA, les Chinois doutent de la fiabilité du public tibétain et cela a déjà jeté une ombre sur les célébrations de Losar cette année, le Nouvel An lunaire.  La police a rempli les rues de la capitale régionale Lhassa, et interdiction a été faite aux travailleurs du gouvernement de visiter les monastères.

Un résident de Lhassa témoigne au Service Tibétain de Rfa que, cette année, Losar a été précédé par des discours de la part d’officiels chinois exhortant la loyauté des Tibétains à l’égard de Beijing (Pékin) et dénonçant les travailleurs du gouvernement tibétain surpris à “montrer leur foi religieuse et à prier en secret”.

Un sujet  préoccupe tout particulièrement Pékin : la persistance de la loyauté des Tibétains à l’égard de leur leader spirituel le Dalaï-Lama, qui est considéré par les leaders chinois comme un dangereux séparatiste voulant provoquer la scission du Tibet à l’encontre de la loi chinoise.

“Si un membre du Parti n’a pas la bonne attitude sur ce sujet, ce serait un sérieux problème,”, dit de façon anonyme un inspecteur officiel de la commission régionale disciplinaire, dans un reportage du 1er février du Global Times cité par ICT.

Un tweet du 12 février émanant du Col. Vinayak Bhat, officier en retraite du Service Indien du Renseignement, analyste d’imagerie satellite, pointe en attendant ce qu’il appelle “de nouveaux camps de prisonniers” et des “monastères haute-sécurité”, qui se construisent dans la Région Autonome du Tibet et d’autres régions tibétaines de Chine.

Les images incluses dans le tweet montrent les aménagements dans ce qui semble devoir être tôt ou tard des étages complets de constructions,  avec quelques éléments composés entourés de double clôture, bien qu’aucune date ou emplacement spécifique ne soit indiqué pour lesdites images.

Reportage du Service Tibétain de RFA, écrit en anglais par Richard Finney

Traduction France Tibet