Le premier site d'actualité sur le Tibet

www.tibet.fr

15/10/16 | 9 h 29 min par Laden Tshering Samdup

Tibet : Pour qui sonne le glas ?

EAU inde

Les Sages d’antan, dans leur infinie sagesse considéraient l’Himalaya et le plateau du Tibet comme la demeure des Dieux, un lieu de pèlerinage. Nous, simples mortels, nous sommes intéressés à la science, à la technologie au point d’en être obnubilés et d’occulter la religion ainsi que les messages que les saints sages essayaient de nous relayer. Aujourd’hui il est possible que nous ayons bientôt à payer le prix de notre négligence et notre survie même est en jeu.

Après la profanation du Hindustan – zone géographique qui désigne la plaine indo – gangétique qui recouvre le nord de l’Inde, une partie du Pakistan et la quasi-totalité du Bangladesh – par les hordes d’Asie centrale du 12ème siècle au 16 ème siècle, les sages firent du Tibet leur refuge. Les Tibétains se révélèrent être des patrons dignes et fidèles permettant à leur sagesse à pénétrer jusqu’à leur mode de vie. Pendant des centaines d’années les Tibétains choisirent d’endurer l’âpre vie qu’offrait l’Himalaya pour ne pas perturber la Mère nature ainsi que l’environnement. Deux milliards d’individus vivant en aval des grandes rivières qui prennent leur source au Tibet bénéficient de la compassion et du respect pour la nature des Tibétains.

Le mal fit de nouveau surface au milieu du 20ème siècle, cette fois-ci sous la forme de la Chine et du communisme. Les religieux et pacifistes tibétains furent impuissants face à cet assaut. C’est à travers un tissu de mensonges que la Chine put s’approprier le Tibet et avec leur puissance économique comme levier, elle fit basculer le monde dans leur chemin de fausseté.

Le Tibet contribua à étancher leur soif économique et de ressources. L’air pur de l’Himalaya changea bientôt en un air fétide et corrompu par la pollution industrielle. Les prairies verdoyantes des nomades furent maculées de mines pour extraire l’or, le charbon, le cuivre et le lithium. L’eau des rivières fut pompée pour l’industrie lourde ou l’industrie minière. La déforestation priva la région de ses forêts. Des lignes ferroviaires et des routes défigurèrent les vallées tibétaines. Le climat et l’environnement tibétains ont beaucoup pâti de cette exploitation industrielle. Les neiges éternelles himalayennes ont commencé à fondre.

Le jour du jugement est arrivé pour le reste du monde. La Chine entonne un chant funèbre à Shangri La, ou le « paradis terrestre », sous couvert de discours mélodieux utilisant la gamme de l’industrialisation, de la prospérité et du développement mais qui pourrait conduire à l’extinction de la race humaine. Une première fausse note a retenti lors de la plus grande avalanche jamais connue qui a eu lieu sur le plateaudu Tibet  qui s’est révélé être le cri d’agonie de Mère Nature. Le reste du monde commence à réaliser la folie que représentait la soumission aux desseins chinois, en permettant aux Chinois de chasser les Tibétains de leur pays ainsi qu’en cautionnant la domination qui imposée aux Tibétains et la décimation de leur population et religion affinées au fil du temps pour la préservation de l’environnement.

Les 40 000 glaciers d’eau douce du Tibet font qu’il est considéré comme le troisième Pôle après l’Arctique et l’Antarctique. Mais aujourd’hui ces glaciers fondent à vue d’œil pour cause la frénésie chinoise pour l’industrialisation, les activités minières ou encore l’installation d’infrastructures. Le rythme auquel les glaciers fondent est estimé à 7% et les prédictions nous disent que les deux tiers des glaciers auront disparu d’ici 2050. Il faut savoir que 46% de la population mondiale est concentrée dans les régions de la Chine, Inde, Népal, Bhoutan, Bangladesh, Pakistan, Vietnam, Myanmar, Burma, Cambodge, Laos, Thaïlande et que la vie de ces personnes dépend des rivières et cours d’eau qui trouvent leur source au Tibet. Leur vie est donc menacée, une fois les glaciers disparus, seul le chaos attend ces zones.

Etonnamment la Chine n’a que faire de ces signes avant-coureurs et persiste dans son ingérence envers l’environnement et les eaux fluviales en tuant les rivières à leur source et en mettant des barrages sur leur chemin pour produire de l’énergie hydro-électrique. Elle joue avec les barrages pour absorber les pressions des nations en aval. Son plus récent et plus surprenant coup de poker est son jeu dangereux avec l’Inde au sujet des eaux du Brahmapoutre, de l’Indus et du Gange pour protéger des organisations terroristes pakistanaises. Beaucoup pensent que le Tibet pourrait être le point de départ d’une guerre qui pourrait embraser le monde.

Le pergélisol – sol qui est gelé en permanence – tibétain contient 12 300 millions de tonnes de carbone soit 1/3 du carbone contenu dans le sol à l’échelle mondiale. Environ 10% de ce pergélisol a fondu rien que dans la dernière décennie et le principal facteur est la construction d’infrastructures Chinoise – routes et chemins de fer. La destruction du pergélisol tibétain conduirait à une émission massive de carbone dans l’air ce qui augmenterait l’effet de serre et contribuerait à rendre la terre inhabitable par les humains.

Cet amincissement des neiges éternelles et des pergélisols est lié à un réchauffement du Tibet. La température augmente d’environ 0.3 degrés Celsius par décennie. Au cours des 50 dernières années la température au Tibet a augmenté de 1.3 degrés soit trois fois plus que l’augmentation globale de la planète. Malheureusement pour l’Europe et l’Asie du nord, des vagues de chaleur ont été corrélées aux changements qu’a subi le climat tibétain. Et aujourd’hui, des corrélations sont faites entre les changements climatiques en Amérique du Nord et au Tibet.

Sa Sainteté le Dalaï Lama, ainsi qu’une poignée de Tibétains, sont les seuls à être porteurs de la lourde vérité. Lorsqu’ils signalent l’urgence de la situation et pointent la cruelle vérité, ils sont simplement décriés comme seulement plaidant pour leur indépendance, autonomie ou leurs droits alors qu’ils luttent pour une cause bien plus noble. Cette lutte est pour la survie de l’humanité et cet objectif est atteignable en permettant aux Tibétains de reprendre leur patrie et d’en prendre soin comme ils l’ont fait pendant des siècles. Cette lutte est pour chacun d’entre nous et pour les générations suivantes, une lutte digne votre soutien.

« Aucun homme n’est une île, un tout, complet en soi ; tout homme est un fragment du continent, une partie de l’ensemble. […] la mort de tout homme me diminue, parce que j’appartiens au genre humain ; aussi n’envoie jamais demander pour qui sonne le glas : c’est pour toi qu’il sonne. »
John Donne, Poète métaphysique anglais.

Laden Tshering Samdup

A propos de l’auteur :

Laden Tshering Samdup

Laden Tshering Samdup

Laden Tshering Samdup est un business man à la retraite. Il a une maîtrise en économie obtenue à l’Institut de Birla pour les Technologies et les Sciences à Pilani, Rajastan, Inde.

Il est joignable via Boudha Peace School, Phulbari, Katmandou, Nepal.

Traduction France Tibet