Le premier site d'actualité sur le Tibet

www.tibet.fr

28/02/17 | 10 h 52 min

Un Tibétain témoin d’une répression sanglante par les autorités chinoises libéré de prison après 5 ans

Samdup salue Sherphel (droite), ancien prisonnier politique, à son domicile avec un portrait de Dalai Lama en arrière-plan.

Les autorités chinoises ont libéré un homme Tibétain nommé Sherphel après cinq ans d’emprisonnement à Serthar (Ch : Seda) Comté de Kardze (Ch : Ganzi) Préfecture Autonome tibétaine dans la province du Sichuan.

Sherphel a été libéré l’année dernière, le 25 novembre, après quatre ans et dix mois passés en prison pour avoir participé à une protestation contre les autorités chinoises dans le Comté de Serthar en 2012. Les nouvelles de la sortie de Sherphel ont pris du temps en raison de la répression de sécurité incluant des restrictions de partager des informations au Tibet. À son arrivée à la maison dans le Village d’Onsa dans la Commune de Shomar, il a été salué par ses membres de la famille et ami. Samdup fut aussi libéré la même année, durant le mois d’août.

Sherphel a été retenu pour avoir participé aux manifestations massives organisées par des tibétains locaux les 23 et 24 Janvier 2012 respectivement à Drango et à Serthar. À Serthar, plus de 300 Tibétains rassemblés ont crié des slogans appelant au «retour du Dalaï Lama! » Et « Liberté pour le Tibet! « La manifestation a été violemment réprimée par un grand nombre de troupes paramilitaires. Les manifestants ont été violentés par la police armée. Des tirs à l’aveugle ont fait au moins deux morts et le préjudice de 10 Tibétains. Sherphel a été retenu avec d’autres manifestants.

À Drango, des troupes paramilitaires chinoises ont tiré sur des manifestants non armés, tuant quatre tibétains et blessant d’autres Tibétains. Beaucoup d’entre eux ont été arbitrairement arrêtés et emprisonnés. Le tribunal chinois locale a condamné sept tibétains à l’emprisonnement de 10 à 13 années en plus de l’imposition d’amendes. Dans Serthar, quatre tibétains ont eu une peine de prison de trois à sept ans.

Traduction de Laëtitia Fromenteau pour France Tibet.