Le premier site d'actualité sur le Tibet

www.tibet.fr

24/04/18 | 19 h 45 min par Tibet Libre

25 avril 2018 / 29 ème anniversaire du Panchen Lama du Tibet et toujours en captivité tenue secrète, depuis 23 ans : Les Tibétains appellent à sa libération.

RAPPEL DU RASSEMBLEMENT

   25 AVRIL 2018, dès 15h30

PARIS / PLACE DE LA REPUBLIQUE

Manifestation organisée par CTF, SFT France, TYC France et Chushi Gangdruk France.ཧྥ་རན་སི་ས་གནས་བོད་རིགས་ཚོགས་པ། བོད་ཀྱི་གཞོན་ནུ་དང་། ཧྥ་རན་སི་ཆུ་བཞི་སྒང་དྲུག། བོད་རང་དབང་སློབ་ཕྲུག་ཚོགས་པ་བཅས་མཉམ་འབྲེལ་ཐོག་ཕྱི་ཟླ་ ༤ པའི་ཚེས་༢༥ རེས་གཟའ་ལྷག་པ་ཉིན་༧ཀུན་གཟིགས་པཎ་ཆེན་ཆུང་སྲིད་རིན་པོ་ཆེ་མཆོག་དགུང་གྲངས་ ༢༩ འཁོར་བའི་སྐུའི་འཁྲུངས་སྐར་ཉིན་ལས་འགུལ་ཞིག་སྤེལ་འཆར་ལགས་ན་རང་རིགས་མི་མང་གང་མང་མཉམ་ཞུགས་ཡོང་བའི་འབོད་སྐུལ་གསལ་བསྒྲགས་སུ། འཛོམས་ཡུལ་ Place de la République ཆུ་ཚོད་ ༡༥:༣༠ ནས ༡༨:༣༠ བར། བོད་རྒྱལ་ལོ།།
Communiqué par Tenam

Au Tibet, il y a 23 ans, un enfant âgé de 6 ans, reconnu comme Panchen-lama était emprisonné, le 17 mai 1995. Depuis lors, nous sommes sans nouvelles de lui et de sa famille. Il aura 29 ans le 25 avril 2018, et n’a jamais pu s’exprimer publiquement. La Communauté tibétaine en exil appelle à la libération du Panchen-lama et célébrera son 29ième anniversaire le 25 avril 2018 sur la Place de la République à Paris.

Gendhun Choekyi Nyima est né le 25 avril 1989 à Lhari au Tibet. Il a été reconnu officiellement le 14 mai 1995 par le Dalaï-lama suivant la tradition comme la réincarnation du précédent Panchen-lama, mort à Shigatsé d’une crise cardiaque dans des circonstances troubles.

Cette reconnaissance va entraîner la fureur du gouvernement chinois, qui arrêtera trois jours plus tard l’enfant alors âgé de 6 ans, faisant de lui le plus jeune prisonnier politique au monde. Depuis cette date, on est sans nouvelles de lui et de sa famille. Le gouvernement chinois, bien que prônant officiellement l’athéisme pour ses membres, fit nommer à sa place un autre enfant, fils d’un membre du parti communiste, le reconnaissant officiellement comme réincarnation. En désignant son propre Panchen-lama, la Chine a politisé une question purement religieuse, espérant ainsi contrôler les déclarations d’une des plus hautes personnalités du Bouddhisme tibétain. Cependant, elle n’a pas réussi à gagner le respect et la reconnaissance du peuple tibétain. On pense que la Chine entend utiliser son candidat pour désigner le prochain Dalaï-lama après la disparition de l’actuel.

Le Dalaï-lama semble avoir anticipé cette possibilité. Non seulement, il s’est retiré de la vie politique en 2011 à la faveur d’une démocratie, qu’il mis en place durant son exil en Inde, mais encore, il a annoncé qu’il pourrait mettre fin à l’institution des Dalaï-lamas, laissant cependant le choix aux Tibétains, suivant la prééminence qu’il accorde à la démocratie.

Depuis 1995, plusieurs gouvernements ont demandé la permission de rendre visite au Panchen-lama, pour vérifier sa sécurité et son bien-être. Ces demandes ont été refusées par les autorités chinoises. De même, les efforts d’un certain nombre d’organisations de défense des droits de l’homme, notamment le Comité des Nations Unies contre la torture, la Commission des droits de l’enfant et le Rapporteur spécial sur la liberté de religion n’ont pas été couronnés de succès.

Tenzin Dorjee, un Tibétain président de la Commission américaine sur la liberté religieuse dans le monde (USCIRF) a appelé la semaine dernière à la libération du Panchen-lama.

Gendhun Choekyi Nyima qui aura 29 ans le 25 avril 2018 a disparu depuis 23 ans. Il représente le symbole de la violation des droits de l’enfant et de la liberté religieuse. Le mercredi 25 avril 2018, de 15:30 à 18:30, Place de la République, à Paris, la Communauté tibétaine et les associations demanderont de ses nouvelles et sa libération.