Le premier site d'actualité sur le Tibet

www.tibet.fr

09/03/18 | 12 h 18 min par Dr Rinzin Dorjee

Titre : Que signifie la consolidation des pouvoirs de Xi Jinping pour la question tibétaine ?

Embed from Getty Images

L’agence officielle chinoise Xinhua a annoncé que Xi Jinping resterait au pouvoir après 2022 (date de fin de son second mandat), ce qui sera possible si le parlement chinois approuve l’amendement proposé par Xi Jinping de supprimer la limitation à deux mandats pour le président. Cette nouvelle a soulevé un véritable débat parmi les experts et les universitaires spécialistes de la question chinoise. Xi sera alors le second homme dans l’histoire récente de la Chine à enfreindre la limitation constitutionnelle de dix ans de mandat. Le premier étant Mao Tsé-toung.

Sous la coupe de Xi Jinping, deux scénarios se présentent alors pour le Tibet. Le premier, comme je l’ai mentionné dans un article précédent (ndlr : l’auteur est Dr Rinzin Dorjee, voir notes ci-dessous), consisterait à ce que Xi Jinping conserve sa trajectoire actuelle dans sa façon d’exercer le pouvoir. Le style avec lequel il gouverne le parti et l’État est presque dictatorial et les experts de la politique intérieure chinoise avaient réussi à prévoir, dans une certaine mesure, la façon dont il gouvernerait le pays. Lorsque Xi Jinping aura les pleins pouvoirs, peut être que la question tibétaine trouvera enfin une réponse. Mais renforcer ses pouvoirs et dépasser la limite des deux mandats ne suffiront pas. Xi doit démanteler la fondation Minzu (la bureaucratie chinoise anti spiritisme qui inclut des universitaires spécialistes du Tibet ainsi que des cadres du parti qui sont au pouvoir au Tibet). C’est un groupe qui est à la fois un groupe qui survit en bloquant les pistes pour trouver une solution à la question tibétaine aux hauts responsables chinois tout en étant l’un des groupe les plus corrompus du pays. Xi Jinping agira-t-il ? Seul le temps peut nous le dire.

Le second scénario se résumerait en ces mots de Lord Acton, l’historien britannique « Le pouvoir tend à corrompre ; le pouvoir absolu corrompt absolument ». Conférer plus de pouvoir à Xi Jinping conduira à une reproduction des campagnes politiques désastreuses de Mao. Mao resta au pouvoir pendant plus de quarante longues années : de 1935 à sa mort en 1976. Xi et Mao ont de nombreux points communs dans leur façon d’exercer le pouvoir et leur stratégie pour le conserver. Mao consolida son pouvoir au début des années 50 en faisant des réformes sur la gestion des terres et Xi a eu recours à une politique anticorruption pour prendre le contrôle du parti. La politique du Grand Bond en Avant de Mao a eu pour conséquence une famine de laquelle moururent 50 millions de chinois et reste la politique dont a le plus souffert le peuple chinois.

Mais la Chine moderne diffère en bien des points de la Chine de Mao, la politique de « la Nouvelle Route de la Soie » (liaison ferroviaire allant de la Chine à l’Europe en passant par le Kazakhstan) donne une plus grande portée à la Chine. Alors, le véritable objectif de la glorification de Xi et de cette politique de la nouvelle route de la soie est de remettre la Chine en position d’Empire du Milieu. Dans la compétition mondiale pour le pouvoir, la Chine va créer sa propre alliance pour asseoir sa politique à l’étranger. Dans un tel scénario, la situation au Tibet va s’exacerber sous la domination de Xi Jinping.

Dr Rinzin Dorjee est chercheur au Tibet Policy Institute. Les points de vue exprimés dans cet article ne reflètent pas nécessairement ceux du Tibet Policy Institute.

Traduction France Tibet