Le premier site d'actualité sur le Tibet

www.tibet.fr

07/04/15 | 12 h 49 min par France-Tibet

TOKYO, 6 avril 2015 : Le Dalai Lama participait lundi au Forum mondial sur l’environnement pour les futures générations.

2015-04-06-Tokyo-G01

Hier matin, Sa Sainteté le Dalaï Lama participait à une rencontre cordiale avec un groupe de parlementaires japonais au cours de laquelle ils ont discuté de questions d’intérêt mutuel.

Après un déjeuner, il rejoignait un groupe prenant part au Forum mondial de l’environnement pour les futures générations (Global Environmental Forum for the Next Generation) devant un public de 1100 auditeurs  au Yomiuri Hall. Sa Sainteté y  était invitée à prendre la parole.

«Le thème de l’environnement est un sujet sur lequel j’ai encore beaucoup à apprendre. Quand je suis arrivé en Inde, je n’avais aucune idée de l’importance de l’environnement, mais peu à peu j’ai fini par comprendre son importance. Un facteur primordial : la population mondiale croissante. Nous sommes 7 milliards aujourd’hui et certains disent que nous pourrions être 10 milliards d’ici la fin de ce siècle. Dans ce contexte, un grand nombre de personnes vivent dans la pauvreté. Il y a un énorme fossé entre les riches et les pauvres, fossé que nous devons combattre afin d’assurer une plus grande égalité entre les Hommes ».

« Ensuite, il y a cette évolution du climat et ces catastrophes naturelles qui semblent être à la hausse. La nécessité de prendre soin de la nature et de l’environnement devient urgente. C’est une question de survie de l’espèce humaine car cette planète est notre seule maison. Nous devons réellement prendre l’écologie au sérieux. Bien que le climat évolue naturellement, la vitesse et l’ampleur des changements récents est un résultat évident de l’activité humaine. Nous devons en apprendre davantage sur ces changement et sur ce nous pouvons faire. »

« Si nous comparons les changements du climat et ses dommages sur l’environnement à la guerre et à la violence, nous pouvons voir que la violence a un impact immédiat sur nous. Le problème est que les dommages à l’environnement ne sont pas visibles immédiatement et lorsqu’ils sont devenus perceptibles, il est souvent trop tard. Essayer de revenir en arrière à ce moment est alors très difficile. Nous devons modifier nos comportements et prendre soin de l’environnement, même dans les petites choses du quotidien comme de penser  à éteindre les lumières lorsque nous quittons une pièce ».

2015-04-06-Tokyo-G11

Sa Sainteté le Dalaï Lama suggérait aussi que nous réévaluions notre mode de vie afin que le niveau de vie des pauvres évolue positivement et que les ressources soient utilisées de façon plus équitable. Par exemple, Sa Sainteté mentionnait les pays qui dépensent des sommes énormes d’argent pour l’armement. Personne ne veut la guerre; la guerre signifie tuer. C’est comme un feu dont le combustible est l’homme lui même. C’est un feu qui peut tous nous consumer. La guerre est une partie de l’histoire humaine, mais les idées qui sont à l’origine de ces conflits, le sens de «mon pays», «mon peuple», «nous» et «eux» n’ont plus de sens dans le monde globalisé dans lequel nous vivons. La guerre des civilisations n’aura pas lieu.

« Nous devons penser à tous les êtres humains, qui, comme nous, veulent vivre une vie heureuse. Mon avenir dépend des autres, et le leur dépend de moi. »

Le Dalaï Lama rappelait que le Japon, était le seul pays à avoir subi une attaque nucléaire, et à avoir  pris rapidement position en s’opposant aux armes nucléaires. Lors d’une réunion récente du Comité Nobel de la pPix à Rome, les lauréats, dont le Dalaï lama, avaient exprimé «leur profonde inquiétude en raison des risques croissants de guerre, y compris d’une guerre nucléaire, entre de grands Etats». « Cette menace provient du fait que certaines grandes puissances pensent qu’elles peuvent atteindre leurs objectifs à travers l’usage de la force ». « Cette tendance, si elle reste incontrôlée, mènera inévitablement vers une confrontation militaire accrue et une nouvelle Guerre Froide encore plus dangereuse », écrivaient-ils. Il a été décidé qu’il ne suffisait plus de se élever contre ces armes; il doit y avoir un calendrier pour leur élimination et une pression exercée sur ceux qui les possèdent pour se conformer à cette prescription.

«J’approuve fortement votre opposition aux armes nucléaires et vous invite à la conserver.»

Le Professeur Ryuichi Yamamoto de l’Université de Tokyo présentait clairement les dangers du changement climatique. Les températures mondiales sont en hausse. Il y a des inondations en Angleterre, la sécheresse en Australie, des tsunamis en Indonésie. Alors que des vagues de froid ont balayé certaines parties des États-Unis, la Californie elle connaît la pire sécheresse dans la région depuis 1200 ans. Il y a une diminution nette des glaces polaires entraînant naturellement une augmentation du niveau de la mer.

Une solution  était suggérée par le Professeur Akira Miyawaki de l’Université de Yokohama, qui préconise la plantation dense d’arbres indigènes. Le Professeur Miyawaki ne se contente pas seulement de donner des conseils, il agit. Selon lui, les forêts ont un rôle très important pour protéger la vie sur Terre. Lui même a planté des forêts à proximité de centrales polluantes, mais il a également observé que lors des tremblements de terre c’étaient le plus souvent les arbres qui restaient debout. Par conséquent, une forêt est un lieu de refuge.

Après avoir planté 40 millions d’arbres, le Professeur Akira Miyawaki considère qu’il plante pour l’avenir. Ses résultats de plantation denses ont montré qu’il était possible d’obtenir une forêt mature en 20 ans, ce qui aurait pris 200 ans pour se développer par elle-même sans ce procédé. Il considère la plantation d’arbres comme un moyen de protéger nos proches. Il raconte l’histoire d’une petite fille dont les parents étaient inquiets parce qu’elle ne riait jamais. Il l’a impliquée dans la plantation d’arbres et elle s’est mise à sourire. Miyawaki croit en la création d’une forêt de la vie pour protéger l’humanité.

Dr Kazuo Murakami, un vieil ami de Sa Sainteté, à annoncé à l’auditoire que le mot clé dont il allait parler était «gènes», qu’il a décrit comme des interrupteurs qui transforment des actions ou les désactivent. En recommandant que nous éteignions nos gènes négatifs et allumions ceux positifs, il expliquait qu’en changeant notre cœur nous pourrions surprendre nos gènes. Nous pouvons les activer en modifiant notre état d’esprit. Il est un partisan de la puissance positive du rire. Il a montré des résultats d’expériences qu’il a conduites sur des rats. Les chatouiller libère leur stress et active leurs gènes positifs. Il ajoutait qu’il poursuit  des recherches sur la valeur thérapeutique similaire de la prière, en se concentrant sur les moines du monastère du mont Koya Shingon.

Murakami concluait cette partie en précisant que notre problème résidait principalement dans le fait que nous ne pensons qu’à nous-mêmes et à notre propre pays. Il nous faut apprendre à vivre une vie plus modeste et plus simple.

2015-04-06-Tokyo-G05

Invitée à commenter, Sa Sainteté annonçait combien il était impressionné par le travail des Professeurs. Le récit de la plantation d’arbres lui faisait se souvenir d’une suggestion qu’il avait faite en Australie : si les arbres étaient plantés régulièrement de la côte vers l’intérieur  de l’île, il serait possible de rendre la terre plus productive. De même, il a spéculé sur la possibilité d’installations colossales d’énergie solaire  dans le Sahara, où le soleil est abondant, la lumière du soleil pour permettre d’installer les usines de désalinisation de l’eau de mer. L’eau douce ainsi produite pourrait alors être utilisée pour verdir le désert et fournir des cultures à des millions de personnes.

 » Un de mes amis en Inde », ajoutait Sa Sainteté,  » l’écologiste de Gandhi et leader du mouvement Chipko, Sunderlal Bahuguna, m’a demandé que, partout où je passe, je puisse parler de l’importance de planter des arbres et de prendre soin d’eux . Et j’ai accepté de le faire, comme je le fais maintenant. »

«L’un des aspects importants du respect de l’environnement est de prendre suffisamment de recul. Il ya quelques années, les résultats du sommet de Copenhague ont été décevants car trop de participants faisaient passer leur intérêt national avant l’intérêt du monde. Ils ont fermé les yeux sur le fait que si le monde se porte bien, c’est pour notre bien à tous.

« Au lieu de gaspiller des millions de dollars dans des armes que nous n’oserons jamais utiliser, nous devrions utiliser cet argent à des fins plus positives. Et il est inutile d’attendre que nos dirigeants prennent des mesures, nous, les citoyens devons prendre des mesures pour montrer notre désapprobation face à ces instruments de guerre et de  violence. Ceci dans notre propre intérêt, parce que invariablement quand les choses vont mal, ce sont toujours les gens ordinaires qui souffrent ».

2015-04-06-Tokyo-G07

À la fin de ce forum, le Professeur Ryuichi Yamamoto suggérait que des personnalités comme celles qui ont composé cette rencontre, non seulement des scientifiques, mais aussi des experts en matière d’éthique, puissent être convoqués pour conseiller les dirigeants.

Une déclaration environnementale a été lue en japonais et en anglais commençant par le constat que l’environnement naturel de notre Planète est confronté à une crise majeure. Il poursuivait en précisant les différents points d’action :

1. Maintenir un intérêt sérieux et une conduite morale envers l’environnement mondial et mener des activités d’éducation environnementale et de sensibilisation afin qu’un comité d’éthique internationale puisse être établi.

2. Planter trois arbres par personne ou fournir un soutien dans la plantation d’arbres pour restaurer une terre verte.

3. Mettre en marche nos gènes d’altruisme par les sourires et la prière et mener une vie humble et en harmonie avec la nature.

Des remerciements ont été adressés aux membres du public qui se sont déplaces un lundi; au Professeur Murakami pour avoir invité Sa Sainteté; enfin  à Sa Sainteté pour avoir partagé son temps précieux.

En conclusion de ce Forum:

« Comme Sa Sainteté le suggère, n’attendons pas, mais remuons-nous pour agir. »

As His Holiness suggests, let’s not wait, but stir ourselves to action.”

Traduction France Tibet