Le premier site d'actualité sur le Tibet

www.tibet.fr

08/03/18 | 20 h 56 min par Frederic Koller

Transformez la Chine ou elle vous transformera

Lobsang Sangay, premier ministre du gouvernement tibétain en exil, évoque la mainmise de Pékin et la naïveté des Européens face aux ambitions chinoises. Entretien exclusif

Le premier ministre du gouvernement tibétain en exil, Lobsang Sangay, était de passage à Genève il y a peu pour préparer la plus grande manifestation en Europe des Tibétains en exil, à l’occasion du 59e anniversaire du soulèvement contre l’occupation du Tibet par les troupes chinoises, qui se tient le 10 mars à la place des Nations devant le palais de l’ONU. A Berne, il a rencontré des membres du groupe de soutien au Tibet du parlement fédéral. Il leur a fait passer deux messages: la Suisse doit continuer de plaider pour un dialogue – interrompu depuis des années – entre autorités chinoises et représentants du dalaï-lama; la Suisse doit soutenir la politique d’une seule Chine comme le demande Pékin tout en soutenant la «voie du milieu» prônée par le dalaï-lama en vue d’instaurer une réelle autonomie du Tibet.

Lobsang Sangay, premier ministre du gouvernement tibétain en exil. DR

Le Temps: Il y a un an, Xi Jinping s’exprimait à Genève à la tribune de l’ONU pour prôner un monde ouvert, le multilatéralisme et un «futur partagé». Un discours très bien accueilli. Est-ce une source d’espoir?

Lobsang Sangay: Les conclusions du 19e congrès du PCC en novembre dernier étaient très claires: il est question de parti unique, de socialisme aux caractéristiques chinoises dans une ère nouvelle et de la «pensée Xi Jinping». La démocratie libérale et les libertés en sont absentes. Pour Xi Jinping, la nouvelle ère est celle de la conquête à l’international. Le choix auquel est confronté le monde est très simple: soit vous transformez la Chine en une démocratie libérale, soit la Chine vous transformera aux normes du socialisme aux caractéristiques chinoises. Longtemps, on a voulu croire que plus il y aura d’étudiants chinois à l’étranger, plus la Chine sera ouverte et plus la Chine se transformera de l’intérieur pour devenir comme nous. Aujourd’hui, c’est l’inverse, la Chine veut que le monde lui ressemble davantage. Pékin a un agenda, une idéologie. Si vous pensez que la Chine peut prendre le leadership pour, mettons, le changement climatique, alors prenez le Tibet comme mesure. Des environnementalistes chinois proposent de déclarer le plateau tibétain comme le troisième pôle pour en faire un parc national. Mais le gouvernement n’écoute pas: exploitation minière, déforestation, construction de barrages hydrauliques se poursuivent. Que veut dire Xi Jinping quand il dit qu’il est soucieux du réchauffement climatique?

Le choc idéologique entre l’Occident et la Chine est programmé?

Tout le monde veut travailler avec la Chine. Mais quand Xi Jinping parle de «futur partagé», il songe à imposer les valeurs chinoises. Mao Tsé-toung a réunifié la Chine, Deng Xiaoping l’a modernisée, Xi Jinping veut en faire le numéro un mondial.

Faut-il y voir une menace pour autant?

C’est un défi.

En Suisse on voit plutôt une opportunité de commerce.

Tout le monde rêve du marché chinois. Mais en fin de compte, une fois qu’elle a acquis la connaissance et les technologies, la Chine vend plus de biens que l’inverse. Rares sont les pays qui ont une balance commerciale bénéficiaire avec la Chine. La Suisse est peut-être une exception, mais la Chine gagne davantage dans l’échange commercial avec la plupart des pays. Son projet de Route de la soie bénéficiera avant tout aux entreprises chinoises. Elle achètera les matières premières en Asie centrale, les transformera en biens en Chine et les vendra sur le marché européen. C’est une stratégie affichée, planifiée, mercantiliste.

Vos interlocuteurs européens vous comprennent-ils?

Les Européens sont naïfs. La distance et l’orientalisme rendent difficile la compréhension de la Chine. Les sinologues ont trop souvent une vision romantique de la Chine. Je dois expliquer l’expérience du Tibet aux politiciens et aux experts de la Chine. Ça, c’est la réalité.

N’est-ce pas plutôt le business qui importe?

Mais là encore on est dans le romantisme: on veut vendre 1,3 milliard de montres, 1,3 milliard de couteaux suisses. A la fin, c’est la Chine qui vous vendra des montres et des couteaux. La Route de la soie est une stratégie pour gagner de l’argent. S’il y a une dispute, la Cour d’arbitrage sera en Chine, Pékin ne veut pas de Cour de justice internationale. Ils veulent décider des standards, des normes, avec leurs juges.

Tout le monde rêve du marché chinois. Mais en fin de compte, une fois qu’elle a acquis la connaissance et les technologies, la Chine vend plus de biens que l’inverse

Qui soutient encore la cause d’un Tibet autonome en Europe?

Là encore, l’Europe est naïve. Prenons l’exemple des dialogues bilatéraux sur les droits de l’homme. On nous a dit de ne pas en parler publiquement pour ne pas faire perdre la face aux Chinois. Dix ans plus tard, les diplomates occidentaux doivent bien reconnaître qu’il s’agit juste d’un monologue. Depuis quinze ans les droits de l’homme sont en recul en Chine. Il en va de même au Tibet. Oui, le soutien au Tibet diminue. Mais on commence à m’écouter parce que ce que je disais il y a dix ans est en train de se réaliser. Cela a commencé par le Tibet mais aujourd’hui l’Australie passe par les mêmes étapes. En choisissant de s’aligner sur l’Asie et la Chine, du fait de l’éloignement européen, l’Australie s’est liée à la Chine. Au point que son parlement a fini par légiférer pour réduire l’influence étrangère. Cette influence n’est pas que commerciale, mais aussi politique. La troisième source de revenu de l’Australie est aujourd’hui l’éducation, grâce à l’arrivée en masse d’étudiants chinois. Si un professeur d’université mentionne Taïwan et que les étudiants chinois se plaignent, que fait l’université? Elle vire le professeur. Il y a déjà eu quatre ou cinq cas. Ce n’est pas l’éducation occidentale qui influence les étudiants chinois mais l’inverse: vous ne pourrez plus parler de Taïwan, ni du Tibet ni de Tiananmen. Ce sont les trois interdits, les trois T.

Pourrait-il en aller de même en Suisse?

Absolument. Aux Etats-Unis, il y a quantité d’Instituts Confucius, installés dans les universités. Et là où vous avez un Institut Confucius, vous avez les trois interdits. C’est documenté. Je ne serai jamais invité à donner un discours sur les droits de l’homme au Tibet dans une université qui collabore avec un Institut Confucius. Cela commence par le Tibet et cela se termine avec vous! La question du Tibet sert de test: pouvez-vous encore en parler ou non?

Ce n’est pas l’éducation occidentale qui influence les étudiants chinois mais l’inverse: vous ne pourrez plus parler de Taïwan, ni du Tibet ni de Tiananmen. Ce sont les trois interdits, les trois T

Le changement ne viendra-t-il pas de l’intérieur de la Chine?

La répression du gouvernement est systématique. Le Parti communiste veut dissimuler la vérité, il quadrille son territoire comme il l’a fait avec le Tibet: avec des espions, la police, l’armée et la police armée. Il y a désormais des cartes d’identité avec des puces biométriques de deuxième génération et des caméras de surveillance partout. Quand un nomade tibétain voyage, tous ses mouvements sont enregistrés. Des algorithmes et des logiciels de contrôle permettent de savoir dans quels villages il y a le plus grand nombre de déplacements, ce qui les rend suspects. Il y a, par ailleurs, le contrôle par le voisinage. Autrefois, une personne surveillait 500 familles, en rotation. A présent, il y a une personne pour 20 familles. En échange d’informations, on obtient des subsides. Si on veut aller à l’hôpital, obtenir un permis, il faut livrer des informations. Depuis deux ou trois ans, un nouveau système se met en place: il est plus secret, en réseau, et intègre l’ancien système de surveillance par le voisinage. Cela a été mis en place pour le plateau tibétain, cela s’étend à présent au Xinjiang. Dans le même temps, la mobilité interne est réduite, on ne donne plus de passeport aux Tibétains. Pour protester, ils n’ont plus d’autre recours que de s’immoler. D’un autre côté, pour répondre à votre question, la Chine a le plus grand nombre de croyants bouddhistes avec 300 millions de pratiquants. Ils respectent le dalaï-lama, nombre d’entre eux visitent Dharamsala pour suivre son enseignement, certains sympathisent avec les Tibétains. Ces voix existent mais elles sont réprimées.