Le premier site d'actualité sur le Tibet

www.tibet.fr

13/12/16 | 19 h 02 min par Yeshe Choesang

NGABA ( TIBET) : Encore un moine tibétain emprisonné : Lobsang Sonam, 23 ans, pour avoir prétendument partagé des informations sur le Tibet

Image non datée du moine bouddhiste Lobsang Sonam du monastère de Kirti, dans le comté de Ngaba au Nord-Est du Tibet. Crédit : TPI.

Dharamsala – Les autorités chinoises ont condamné un nouveau moine du monastère de Kirti dans l’Amdo, nord-est du Tibet, à six ans de prison, pour avoir prétendument partagé sur internet, à destination de l’étranger, des informations sur des agissements contraires aux règles chinoises au Tibet.

« Lobsang Sonam, 23 ans, a été condamné à 6 ans de prison le 9 novembre dernier par la cour du peuple du Comté d’Aba, dans la préfecture de Ngawa, au nord-Est du Tibet. » Voilà ce qu’a indiqué une source à Tibet Post International.

« Sonam a été arrêté par la police chinoise dans les rues de la ville de Ngaba, le 11 septembre de l’année dernière et sa position reste inconnue jusqu’à aujourd’hui » selon Kanyak Tsering et Lobsang Yeshe, porte-paroles en exil du monastère de Kirti a Dharamsala. Selon une source de TPI, en lien avec d’autres informateurs dans la région, Sonam serait maintenant retenu à la prison de Mianyang, située dans la ville de Wujia dans la préfecture de Mianyang à environ 100 km au nord-est de Chengdu, dans la province du Sichuan.

Sonam est l’aîné des quatre fils et filles de Kalsang et Tsering Dolma. Il est originaire de la division numéro 2 du Village de Yutso, dans la commune Rong Khar Sar du comté de Ngaba au nord-est du Tibet.

Le monastère de Kirti a été la scène d’auto-immolations répétées et de manifestations par les moines, les anciens moines et les nonnes opposés à la répression chinoise. La zone de Ngaba a été bouclée par les militaires depuis les manifestations majeures qui se sont déroulées dans la région au début du mois de mars 2008.

C’est un fait avéré : le régime a aussi imposé de sévères restrictions et censures sur internet et les connexions téléphoniques. Ceci afin de prévenir d’éventuelles fuites d’informations vers l’extérieur.

Au Tibet aujourd’hui, des tibétains sont arbitrairement arrêtés, emprisonnés et torturés pour avoir simplement exprimé les souffrances induites par les règles chinoises. Les autorités de Pékin, cependant, clament encore que « la Chine a libéré le Tibet pacifiquement et que les tibétains vivent désormais dans un paradis socialiste maoïste. »

Le Tibet a été envahi par la Chine communiste à partir de 1949 dans ce que Pékin appelle une « libération pacifique. » Depuis cette époque, plus de 1,2 millions de Tibétains (sur une population totale de 6 millions) ont été tués, plus de 6000 monastères ont été détruits, des meurtres, viols, emprisonnements arbitraires, tortures, traitement cruels, dégradants et inhumains ont été infligés aux Tibétains à l’intérieur du Tibet.

Traduction France Tibet